Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée

[Monographie] - Antiquité


La légitimité dynastique d'Auguste à Néron à l'épreuve des conspirations

Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 313
Roma: École française de Rome, 2002
ISBN: 2-7283-0652-4
287 p.




Version en ligne TORROSSA

Table des matières
Introduction

État: Disponible
Prix: € 44.0
Ce livre traite des conspirations qui se sont déroulées entre la mort de César et celle de Néron, en posant constamment une question : que peuvent-elles nous apprendre quant à la légitimité dynastique? L'approche choisie n'est pas théorique mais délibérément pratique. En utilisant les outils donnés par la prosopographie et surtout en interrogeant les sources latines et grecques, de toutes natures – historiens, poètes, rhétoriciens – l'auteur propose à la fois une analyse de la pratique politique sous les Julio-Claudiens et une peinture, par touches juxtaposées, des cadres de la légitimité dynastique. L'étude se fonde sur une analyse précise des sources et du lexique employé, afin de faire le départ entre ce qui est topos littéraire et ce qui est information historique. Sur cette base, trois catégories sont distinguées: certaines conspirations jouent sur la référence à la République idéalisée et instrumentalisée, pour s'opposer au régime en place. D'autres, à la réalité parfois douteuse, sont de simples prétextes servant à justifier une évolution du régime, surtout sous Auguste. Enfin, un bon nombre d'entre elles montrent que, sous les Julio-Claudiens, la notion de dynastie, de domus, s'élabore progressivement, à travers des choix et des mises à l'écart que les conspirations expriment ou justifient. Ainsi ces accidents de la politique sont-ils autant de pierres de touche de la légitimité dynastique.