Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée
BEFAR320

[Monographie] - Antiquité


Le cavalier tyrrhénien : représentations équestres dans l'Italie archaïque

Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 320
Roma: École française de Rome, 2005
ISBN: 2-7283-0720-2
345 p., ill. n/b et coul.




Version en ligne TORROSSA

Table des matières
Introduction

État: Disponible
Prix: € 70.0
Qui sont ces cavaliers qu’on voit représentés dans les arts étrusque et italique, ces hippeis de Grande Grèce évoqués par les écrivains anciens, ces défunts déposés dans les tombes de l’Italie archaïque avec des mors de chevaux ? L’étude croisée des sources iconographiques, textuelles et archéologiques invite à en identifier plusieurs types : le chef de guerre aristocrate défendant les siens ou le combattant mercenaire offrant ses services à une autre cité, le jeune homme participant à des rites d’initiation ou de fondation, l’acrobate voltigeant sur son cheval, l’hoplite monté ou le cavalier démonté, le cavalier lourd ou léger. En déployant les différentes figures du cavalier tyrrhénien, ce travail ouvre une double perspective : apprécier, sinon les origines, du moins les composantes grecques, étrusques et italiques qui sont entrées dans la formation des traditions équestres de l’Italie préromaine ; ancrer la « préhistoire » des chevaliers romains dans la complexité de ses liens avec les autres cultures en contact. Intégrant cette étude dans une histoire culturelle de la protohistoire italienne, l’auteur propose une réélaboration des outils méthodologiques légués par les travaux antérieurs. Dans cette première page d’histoire romaine, il s’agit en effet de combiner les approches propres à l’histoire grecque et à l’archéologie étrusco-italique, à la croisée entre l’anthropologie religieuse et une histoire des institutions, de la société et des techniques.