Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Les expéditions sont suspendues jusqu'à la réouverture de l'EFR
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée
CEF392

[Monographie] - Antiquité


Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République

Collection de l'École française de Rome 392
Rome: École française de Rome, 2007
ISBN: 978-2-7283-0783-8
482 p., ill. n/b

Table des matières
Introduction

État: Disponible
Prix: € 62.0
Le triomphe est la cérémonie la plus magnifique de la République romaine, le général est autorisé à entrer dans la ville et à exalter sa victoire. Au début de la période hellénistique, le rituel acquiert une forte dimension politique et permet notamment d’affirmer l’hérédité du pouvoir, c’est pourquoi la nobilitas invente de faux triomphes. Au IIIe siècle, la recherche de triomphes s’amplifie, ce qui conduit le sénat à en réglementer l’octroi. Les conflits entre l’assemblée et les généraux expliquent le développement de l’ovation et du triomphe sur le Mont albain. Les triomphateurs disposent de moyens variés pour commémorer leurs triomphes et en actualiser le souvenir, notamment à l’occasion des élections, le plus efficace est d’utiliser l’argent de leur butin pour la construction de temples. L’adoption de nouveaux cultes permet de célébrer une protection divine, mais aussi d’inscrire le triomphe dans l’espace et le temps de la cité. L’exemple des Caecilii Metelli met au jour des constructions idéologiques complexes qui préfigurent la période augustéenne.