Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée


Recherche:
Moyen Âge

Notice Brève suivant suivant

CEF357

[Monographie] , Moyen Âge


La vengeance, 400-1200

Collection de l'École française de Rome 357
Roma: École française de Rome, 2006
ISBN: 2-7283-0751-2
526 p.

Table des matières
Introduction
Résumés des articles

État: Disponible
Prix: € 61.0
L’habitude de la vengeance est souvent venue discréditer les sociétés du haut Moyen Âge, comme une preuve de leur sauvagerie, dans les livres modernes d’histoire. Ainsi en occident la période d’éclipse du droit romain au bénéfice de pratiques vindicatives (400-1200) passe-t-elle pour sanglante et barbare. Pourtant la pensée historique l’a parfois abordée avec moins de préventions, dès le XIXe siècle, en Allemagne notamment. Aujourd’hui l’apport décisif de l’anthropologie de la faide africaine, fondée en 1930 par E. E. Evans-Pritchard, redonne aux Barbares et aux Féodaux la pleine stature de leur humanité, apte à la réflexion et au calcul autant et plus qu’à la pulsion, alternant du moins le pardon avec la cruauté, polémiquant beaucoup à travers les mots et les récits. Les études réunies dans ce volume considèrent donc, soit des systèmes vindicatoires dans leur ensemble, comme dans l’Islande des sagas ou la Francie mérovingienne, soit des éléments vindicatoires dans des systèmes plus complexes, de l’Angleterre à l’Espagne et jusqu’à Rome. Les réflexions historiographiques y côtoient des récits de cas ou des tableaux de la compétition faidale dans des contextes historiques variés. Elles suggèrent souvent que la vengeance et la forme qu’elle prend sont moins déterminés par une obligation stricte que par certains choix de stratégie et de justification, de construction narrative après coup. Elles abordent aussi, de plain pied avec le reste, les vengeances imaginaires de Dieu et des saints et certaines justifications bibliques de la guerre juste. Ce recueil voudrait familiariser le public continental avec tout un courant anglo-saxon, dont plusieurs représentants majeurs sont ici traduits en français, tout en indiquant des points en débat et des enquêtes à poursuivre.

Articles:
-Avant-propos : les mots de la vengeance
-Pouvoir impérial et vengeance : de Mars ultor à la diuina uindicta
-La vendetta e la scritura o la vendetta nella scrittura
-Une faide exemplaire ? À propos des aventures de Sichaire : vengeance et pacification aux temps mérovingiens
-Gabriel Monod, Fustel de Coulanges et les « aventures de Sichaire » : la naissance de l’histoire scientifique au XIXe siècle
-Le « droit de vengeance » chez les historiens du droit au Moyen Âge (XIXe-XXe siècles)
-Hommages, vengeances et trahisons au Xe siècle d’après Flodoard et Richer de Reims
-Aspetti giuridici della faida in Italia nell’età precomunale
-Un imaginaire faidal. La représentation de la guerre dans quelques chansons de geste
-Le comte d’Anjou face aux rébellions (1129-1151)
-Les émotions de la vengeance
-La vengeance, le roi et les compétitions faidales dans l’empire ottonien
-Vendetta e risarcimento nelle saghe islandesi
-Le motif de la vengeance : une rhétorique politique
-La vengeance féminine revisitée : le cas de Grégoire de Tours
-La vengeance d’Adèle ou la construction d’une légende noire
-Faide, vengeance et violence en Angleterre (ca 900-1200)
-Vengeance, justice et lutte politique dans l’historiographie castillane du Moyen Âge
-Le récit de vengeance des saints dans l’hagiographie franque (VIe-IXe siècle)
-La vengeance de Dieu : de l’exégèse patristique à la réforme ecclésiastique et à la première croisade
-L’au-delà et l’ici-bas des vengeances