Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée


Recherche:
Moyen Âge

Notice Brève suivant suivant

CEF75-3

[Monographie] , Antiquité , Moyen Âge


Caričin Grad. III, L’acropole et ses monuments (cathédrale, baptistère et bâtiments annexes)

Collection de l'École française de Rome 75/3
Rome: École française de Rome, 2010
ISBN: 978-2-7283-0736-4
646 p., ill. coul. et n/b, 6 dépl.




Version en ligne TORROSSA

État: Disponible
Prix: € 168.0
Le volume présente le résultat de campagnes conduites de 1978 à 1983 par une équipe franco-serbe, qui avait travaillé précédemment à Sirmium (actuellement Sremska Mitrovica). Le site de Caričin Grad. (« ville de l’impératrice ») correspond très probablement à l’ancienne Iustiniana Prima fondée sur son lieu de naissance par l’empereur Justinien Ier, qui voulait en faire d’après la novelle XI de 535 le siège de la Préfecture du Prétoire de l’Illyricum et d’un archevêché prestigieux dont la juridiction s’étendait aux provinces voisines. C’est donc une ville neuve, de surface limitée, et relativement éphémère puisque, fondée après 530 elle n’a pas survécu aux invasions avares des premières décennies du VIIe siècle. Construite sur une croupe cernée de deux rivières, elle comprend trois quartiers fortifiés : le plateau supérieur, qualifié couramment d’Acropole, a son enceinte propre qui ne contient que des édifices publics, religieux et profanes, de part et d’autre d’une rue à portiques. Cette Acropole avait été fouillée sous la direction du professeur V. Petković, partiellement au cours d’une première campagne en 1912, puis plus complètement de 1936 à 1938. Cet ensemble homogène a connu depuis la seconde guerre mondiale une fortune scientifique singulière comme exemple type de « quartier épiscopal ». L’équipe nouvelle, dans le cadre d’un projet placé sous l’égide de l’Institut archéologique de Belgrade, de l’École française de Rome et de l’Institut des monuments historiques de Niš, a consacré ses campagne annuelles, sous la direction de V. Popović, professeur à l’Université de Belgrade (décédé en 1999) et de N. Duval, professeur à l’Université de Paris-Sorbonne, à compléter et vérifier la fouille ancienne, à réaliser une couverture graphique et photographique soigneuse, à dresser un catalogue du matériel découvert (essentiellement la sculpture architecturale). Elle propose sur ces bases une description attentive de la cathédrale et du baptistère dont les plans ont été envoyés selon toute vraisemblance de la capitale, tandis que les édifices profanes et les fortifications reflètent les usages des ingénieurs militaires qui ont travaillé dans l’Illyricum. On signalera en particulier deux exemples de salles d’audience pourvues d’une abside carrée dont un troisième exemple avait été fouillé dans la Ville Haute par la seconde équipe franco-serbe qui a publié Caričin Grad II. Une d’elles est sans doute l’audientia episcopalis. L’autre appartient à un complexe, autrefois qualifié de « palais épiscopal » qui occupe la moitié nord de l’Acropole.et qui comporte dans une seconde phase des locaux utilitaires.