Presentation 
Announcements 
Links 
New books carrello
Forthcoming 
Editorial rules 
Rules for editors 
Catalogue carrello
Online sources 
Distributors 
Mailing list 
Contacts 
My account
 
 
Francais   Italiano
Cart Contents  
Privacy Policy

New books

Antiquity Middle Ages Modern and contemporary age All the news Forthcoming


CEF_550 Cristina Mantegna, Olivier Poncet (ed.) 

Les documents du commerce et des marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIe siècle)


Contents
Introduction
Abstracts


Les documents qui accompagnent la naissance et le développement du commerce en Occident entre le Moyen Âge et la première époque moderne trouvent leurs racines au moment où débute, à partir de l’an Mil, le lent processus de transition vers une société urbaine rénovée et une économie d’échanges et de marché. Les bases d’un ensemble intégré de trafics sont alors posées : commerce local et international, de grossiste ou de détail, financement d’industries et opérations de change, etc.
Au cours des époques médiévale et moderne, marchandises et capital ont été les principaux facteurs de développement d’un ensemble d’affaires trop variées pour pouvoir être gérées autrement qu’à travers un complexe réseau d’échanges et d’associations. Celui-ci était fondé sur des écrits provenant de milieux de production divers et appelait une diversification typologique que l’on retrouvait un peu partout mais dont la traduction documentaire variait d’une aire géographique à une autre en fonction des produits et du rôle tenu par chacun des acteurs économiques.
Lors de son congrès de Rome de 2015, la Commission internationale de diplomatique a choisi de reparcourir cette vaste fresque historique afin de revenir sur quelques notions générales et fondamentales, parmi lesquelles la valeur juridico-commerciale du document commercial en lui-même et sa circulation dans un marché aux frontières sans cesse dilatées.

Cristina Mantegna est professeur à la Sapienza Università di Roma où elle enseigne la diplomatique, l’histoire et la signification de l’écrit documentaire et la codicologie. Ses recherches portent, notamment, sur le document public et privé du haut Moyen Âge en Italie, dont elle a analysé les formes et les finalités en tant que reflet des dynamiques juridiques et culturelles sous-jacentes aux processus de documentation. Elle est auteur, entre autres, des volumes des Chartae Latinae Antiquiores consacrés à Plaisance (vol. LXXI, 2007), à Parme (vol. XCIII, 2014) et à Brescia (en collaboration, vol. XCIX, 2017). Depuis 2008, elle est membre de la Commission internationale de diplomatique.

Olivier Poncet est professeur à l’École nationale des chartes où il enseigne l’histoire des institutions, de la diplomatique et des archives de l’époque moderne. Ses recherches portent sur la France et la papauté des XVIe et XVIIe siècles dont il étudie les dimensions institutionnelles et sociales, en s’attachant en particulier à comprendre l’influence de l’écrit documentaire, de sa genèse à son archivage en passant par ses modalités de diffusion et de réception dans la société. Il est l’auteur, entre autres, de
La France et le pouvoir pontifical, 1595-1661. L’esprit des institutions (Rome, 2011) et a récemment dirigé les volumes Juger le faux (Moyen Âge – Temps modernes) (Paris, 2011) et Diplomatique et diplomatie. Les traités (Moyen Âge – début du XIXe siècle) (Paris, 2015). Depuis 2005, il est membre de la Commission internationale de diplomatique.
 


Collection de l'École française de Rome 550
Roma: École française de Rome, 2018
452 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1316-7
Price: € 30

Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge 130/1 (2018)


L’Armenia nel Medioevo, vettore di mobilità tra Oriente e Occidente (sec. XII-XV
Introduzione, par Irene Bueno, Federico Alpi et Anna Sirinian ; La Chiesa armena e Roma nella Storia di Tamerlano di T‘ovma Mecop‘ec‘i, par Marco Bais ; Immagini degli Armeni nelle fonti arabe di età mamelucca. Il caso Mufaḍḍal, par Giuseppe Cecere ; Les Arméniens, la « nation » préférée des Latins partis pour la Terre sainte entre XIIe et XIIIe siècles ?, par Camille Rouxpetel ; Dalla guerra alle meraviglie orientali. Le letture della Flor des estoires de la terre d’Orient nel Medioevo, par Irene Bueno ; In Magna Armenia: appunti sugli Armeni nella Caffa del XIV secolo, par Federico Alpi ; Gli Armeni in Italia, ed in particolare in Toscana, nel Medioevo ed oltre, par Alessandro Orengo ; Interazioni armeno-latine nelle epigrafi e nei manoscritti armeni prodotti a Roma nei secoli XIII-XIV, par Anna Sirinian.
 
Beyond their dowries. Women and wealth in medieval and early modern north-central Italy
Looking beyond their dowries, par Denise Bezzina ; Married women, law and wealth in 14th-century Genoa, par Denise Bezzina ; Women and wealth in late medieval Pisa (c. 1350-1420), par Sylvie Duval ; Against the tide. Female property and political shift in late medieval Turin, par Marta Gravela ; L’héritage des filles à travers les écritures administratives des mères tutrices. Deux cas d’étude florentins au XVIe siècle, par Serena Galasso ; Inheritance and wealth among Jewish women in the ghettos of north-central Italy (17th-18th centuries), par Michaël gASperoni ; Multe sunt mulieres in matrimonio existentes que habent bona propria. Réflexions conclusives sur le dossier « Beyond their dowries », par Isabelle Chabot.
 
Varia
Dipingere il marmo nella Langobardia. La sintassi ornamentale da ponte con la tarda Antichità a matrice di una cultura artistica, par Fabio Scirea.
Milano, gli irlandesi e l’impero carolingio nel IX secolo. Intrecci politici e culturali intorno al divorzio di Lotario II, par Miriam Rita Tessera.


Mélanges de l'École française de Rome 130/1 (2018)
264 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1350-1
ISSN:  1123-9883
Price: € 50

CEF538 Alessandra Bagnera, Annliese Nef (ed.) 

Les bains de Cefalà (Xe-XIXe siècle) : pratiques thermales d’origine islamique dans la Sicile médiévale / I bagni di Cefalà (secoli X-XIX) : pratiche termali d’origine islamica nella Sicilia medievale


Contents
Introduction


Connu depuis longtemps, l’exceptionnel complexe thermal de Cefalà, qui met en valeur une source chaude naturelle située à 30 km au sud de Palerme, n’avait jamais fait jusqu’à présent l’objet d’une étude systématique et interdisciplinaire qui exploite en particulier les données archéologiques recueillies lors des fouilles menées dans les années 1990 et 2000. Les résultats de la recherche menée sous l’égide de l’École française de Rome et en collaboration avec la Surintendance de Palerme à partir de 2003 ont permis de préciser la chronologie des bains, dont les origines oscillaient jusqu’ici entre Antiquité et époque normande, et d’éclairer pour la première fois leur articulation initiale avec le site au sein duquel ils se trouvaient. Construit à partir du Xe siècle sous la dynastie régionale kalbide dans le contexte de la Sicile fatimide, monumentalisé par la dynastie des Hauteville au milieu du XIIe siècle, le complexe a connu une utilisation et une fréquentation ininterrompue et en constante évolution jusqu’au XXe siècle, avant d’être étudié et protégé. Ses transformations reflètent celles qu’a connues la société sicilienne au cours du Moyen Âge et notamment l’effacement progressif du contexte islamique initial, puis la féodalisation tardo-médiévale et enfin la redécouverte du complexe par les érudits de l’époque moderne. Cet ouvrage synthétise nos connaissances actuelles sur ce témoin des origines islamiques d’une partie du patrimoine thermal, mais aussi architectural et plus largement culturel, sicilien et éclaire ainsi d’une lumière nouvelle l’histoire du Palermitain médiéval, mais aussi celle du thermalisme.

 

Alessandra Bagnera est spécialiste d’archéologie et d’histoire de l’art islamiques. Ses recherches et ses publications portent sur l’archéologie, la culture matérielle, les pratiques funéraires, les productions céramiques, l’architecture et l’urbanisme de l’Islam médiéval, en particulier en Sicile, au Maghreb et au Pakistan.

 

Annliese Nef, ancienne membre de l’École française de Rome, est maîtresse de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses publications portent sur la Sicile et l’Ifrîqiya médiévales, l’historiographie de la Méditerranée médiévale, ainsi que sur l’enseignement de l’histoire de l’Islam aujourd’hui.


Collection de l'École française de Rome 538
Roma: École française de Rome, 2018
640 p., ill. n/b, pl. coul., 16 dépl. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1250-4
Price: € 90

BEFAR378 Arnaud Fossier

Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle)


Contents
Introduction


Ce livre est le résultat d’une enquête menée sur les archives les plus anciennes d’une institution originale et mal connue : la Pénitencerie apostolique. Né au tout début du XIIIe siècle dans le giron d’une papauté exerçant son pouvoir sur tout l’Occident latin, ce nouvel office fut d’abord chargé d’entendre en confession les pèlerins qui se rendaient à Rome pour demander l’absolution de leurs péchés. Puis il se vit mandaté pour répondre aux suppliques qui, chaque jour, étaient adressées au souverain pontife. L’enquête s’appuie donc sur les « formulaires » voués à recueillir, réordonner et abréger les milliers de lettres que la Pénitencerie expédiait en réponse aux suppliants. Véritables répertoires d’exemples, dans lesquels la forme et la norme étaient indissociables, ces manuels reflètent tous les cas de figure auxquels pouvait être confrontée la Pénitencerie : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, faux et usage de faux, moines ayant fui leurs couvents, etc. À tous ces suppliants, le tribunal du pape avait la charge d’octroyer des dispenses, des licences ou des absolutions, parfois dans le secret du « for de la confession ». Situé au croisement d’une histoire des pratiques de l’écrit et de l’avènement des bureaucraties, du gouvernement pastoral et de la souveraineté pontificale, de la confession auriculaire et de l’espace public, ce livre entend dépasser le cadre classique de la monographie institutionnelle. 

 

Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 378
Rome: École française de Rome, 2018
648 p.
ISBN:  978-2-7283-1286-3
Price: € 39


On line version TORROSSA