Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


Giulia Puma

Les Nativités italiennes (1250-1450). Une histoire d’adoration


Table des matières
Introduction


Cet ouvrage, situé à la croisée de l’histoire des images et de l’histoire religieuse, est fondé sur la constitution d’une série longue, allant de 1250 à 1450, et couvrant les régions centrales de la péninsule italienne, des scènes peintes, à fresque et sur retable, représentant la Nativité du Christ. La série est traitée aussi bien pour les possibilités quantitatives qu’elle offre que pour les études de cas ou de groupes d’images qu’elle permet d’identifier. La thèse de l’ouvrage est que le principal moteur de transformation de l’iconographie de cette scène théophanique, centrale dans la christologie médiévale, réside dans le motif de l’adoration, la représentation d’une ou plusieurs figures agenouillées, priant et adorant l’Enfant nouveau-né. L’apparition et le développement de ce motif sont ancrés dans un contexte large qui permet d’appréhender les évolutions spirituelles, esthétiques et sociales du rapport aux images. L’apport de l’ouvrage est double, d’une part il constitue la première histoire iconographique de la Nativité du Christ rigoureusement fondée sur les apports épistémologiques les plus récents dans le champ des études visuelles, d’autre part, le motif du ou des adorateurs dans la composition picturale constitue un observatoire privilégié du rôle actif des images dans la culture et les pratiques dévotionnelles à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance. Analysées comme rouages, mais également comme miroirs de telles pratiques, ces images s’avèrent des sources visuelles aussi complexes que riches pour la recherche historique, et cet ouvrage voudrait être une démonstration de leur fort potentiel heuristique.
 
Giulia Puma est maître de conférences en histoire de l’art, histoire des images et culture visuelle du Moyen Âge à l’Université Côte d’Azur (Nice – CEPAM, UMR 7264).
 


Collection de l'École française de Rome 562
Rome: École française de Rome, 2019
412 p., ill. n/b et pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1405-8
Prix: € 41

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 130/2 (2018)


Table des matières



Mélanges de l'École française de Rome 130/2 (2018)
268 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1390-7
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50

BEFAR383 Cesare Santus

Trasgressioni necessarie : communicatio in sacris, coesistenza e conflitti tra le comunità cristiane orientali (Levante e Impero ottomano, XVII-XVIII secolo)


Table des matières
Introduction


Communicatio in sacris è l’espressione con cui la Chiesa di Roma ha cercato di definire e disciplinare ogni forma di partecipazione di un cattolico alle celebrazioni liturgiche e ai sacramenti di un culto non cattolico. Tra il XVII e il XVIII secolo, tale fenomeno era particolarmente diffuso nel Mediterraneo orientale e nell’Impero ottomano, in seguito agli sforzi dei missionari europei per la conversione delle comunità cristiane locali. Questo libro analizza le pratiche comprese sotto questa etichetta come punto di partenza per una riflessione più approfondita sul processo di costruzione delle identità confessionali nel Levante di età moderna. Oltre a studiare il dibattito teorico sulla questione, l’attenzione principale è volta a ricostruire i diversi contesti sociali, politici e religiosi che rendevano inevitabile la communicatio. Le relazioni tra latini e greci sono analizzate nel caso dell’arcipelago egeo delle Cicladi e nelle isole Ionie sottomesse alla Repubblica di Venezia. Gli scontri tra i cristiani orientali convertiti al cattolicesimo e quelli rimasti fedeli alla propria Chiesa d’origine sono studiati attraverso la comunità armena di Costantinopoli. L’analisi si fonda su di un ampio ventaglio di fonti, prodotte soprattutto dalla rete consolare francese nel Levante e dalle congregazioni romane di Propaganda Fide e del Sant’Uffizio.
 
Cesare Santus, già membro dell’École française de Rome, è attualmente ricercatore del FNRS all’université Catholique de Louvain. Si interessa soprattutto del controllo dottrinale esercitato dalla Chiesa cattolica sui cristiani orientali.
 
 
 


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 383
Roma: École française de Rome, 2019
536 p., ill. n/b et pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1368-6
Prix: € 45

Bertrand Jestaz (éd.) 

Documents pour servir à l’histoire de la Renaissance à Venise


Table des matières
Introduction


L’histoire de l’art se nourrit de documents à condition qu’ils soient édités assez rigoureusement pour fournir des informations fiables. Le présent recueil répond à ce besoin. Il rassemble 745 documents latins ou vénitiens recueillis principalement à l’Archivio di Stato de Venise qui sont soit inédits, soit connus déjà par des éditions défectueuses et ici expurgés de leurs erreurs. Ils s’étendent sur une période qui va pour la plupart du milieu du XVe à la fin du XVIe siècle. Ils concernent d’abord l’architecture de Venise, dont la construction de monuments insignes comme l’église S. Giorgio Maggiore (plus de 45) ou la Scuola S. Rocco (près de 80) ; puis les différents acteurs de la vie artistique, artistes, artisans, amateurs, maîtres d’ouvrage, collectionneurs et marchands, ces derniers révélés souvent par des inventaires dont l’édition apporte à l’histoire des collections des matériaux nouveaux et considérables ; enfin l’exercice des différents métiers d’art (peinture, sculpture, orfèvrerie principalement, et aussi l’imprimerie). Un index recensant les lieux, les personnes et les œuvres d’art citées en permet une consultation aisée. Un glossaire vénitien in fine aidera le lecteur non initié.
 
Bertrand Jestaz, archiviste-paléographe, diplômé de l’École du Louvre, ancien membre de l’École française de Rome, a été conservateur au musée du Louvre, puis directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études et professeur à l’École des Chartes. Il est spécialiste de l’art de la Renaissance.


Sources et documents 10
Rome: École française de Rome, 2019
622 p.
ISBN:  978-2-7283-1376-1
Prix: € 69

Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines 130/2 (2018)


Table des matières


La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839 – fin des années 1920)
Par-delà les confins de la science italienne. Relectures transnationales d’une science nationale, par Marie Bossaert et Antonin Durand
Lieux de savoir : institutions et réseaux
In Europa e ritorno. I congressi degli scienziati italiani tra modelli europei e via nazionale, par Maria Pia Casalena ; «Volgere i progressi della scienza a beneficio della scuola». Il Bollettino di Matematica di Alberto Conti, par Erika Luciano ; Les milieux agronomiques européens et la formation d’un modèle agricole italien au XIXe siècle, par Andrea Maria Locatelli et Paolo Tedeschi ; Adolfo Venturi et la fondation de l’histoire de l’art en Italie au tournant du XIXe siècle. Modèles, possibilités et pratiques d’une discipline en devenir, par Michela Passini
Trajectoires transnationales
Pasquale S. Mancini : du laboratoire juridique national à la Fabrique du droit international (1866-1869). La visite au grand juriste, par Vincent Genin ; L’orientaliste et le mondain. Sociabilités aristocratiques transnationales en Italie (Florence, années 1870), par Marie Bossaert
Penser la nation, construire l’État
Science « pour » l’État ou science « sur » l’État ? Guido Cavaglieri et la défaite de la science administrative en Italie, par Andrea Rapini ; Le diritto processuale civile de l’Italie post-unitaire (1865-années 1920), par Solange Fatal ; Quanto è ricca l’Italia? La costruzione di un sapere nazionale (e transnazionale) tra Otto e Novecento, par Terenzio Maccabelli ; Construire l’histoire de la science italienne en exil. Guillaume Libri et son Histoire des sciences mathématiques en Italie, par Antonin Durand ; An Italian mission at the University of São Paulo. Science and education issues in the diplomatic relationships between Italy and Brazil in the 1930s, par Luciana Vieira Souza da Silva et Rogério Monteiro de Siqueira
 
Varia
A co-authorship network analysis of national and international growth in prehistoric archaeology, Italy (1875-2000). Combining bibliometric and qualitative data in history of science research, par Sébastien Plutniak
Les papiers des consulteurs. Questions missionnaires et procès de décision au Saint-Office, XVIIe-XVIIIe siècles, par Cesare Santus
Da Venezia e Vienna a Roma. Drammi musicali per Lorenza de la Cerda Colonna, par Sara Elisa Stangalino


Mélanges de l'École française de Rome 130/2 (2018)
210 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1392-1
ISSN:  1123-9891
Prix: € 50

Couv-Caricin Grad-IV Bernard Bavant, Vujadin Ivaniševic (dir.) 

Caričin Grad. IV, Catalogue des objets des fouilles anciennes et autres études


Table des matières
Introduction


Caričin Grad est un site archéologique bien connu de Serbie, qui correspond selon toute vraisemblance à Iustiniana Prima, la ville fondée par l’empereur Justinien Ier près de son lieu de naissance. Sa durée d’existence fut très brève : des années 530 aux premières décennies du VIIe siècle. La coopération franco-serbe s’y est développée depuis 1978.
Le présent volume, consacré pour l’essentiel à des études de matériel, résulte de la reprise en 1997 de cette coopération qui avait été interrompue en 1991 par la dislocation de la Yougoslavie. La nouvelle équipe franco-serbe qui se mit alors au travail se donna pour objectifs non seulement d’achever les fouilles précédemment entreprises, mais aussi de publier le matériel antérieurement découvert et les travaux ponctuels restés inédits.
Comme la brièveté de l’occupation du site est exceptionnelle, et qu’elle fait de Caričin Grad un point d’ancrage chronologique précieux pour toute l’archéologie de l’Antiquité tardive dans les Balkans, on a dressé un catalogue complet des objets trouvés sur le site jusqu’en 1978, qu’ils soient conservés dans les musées de Leskovac ou de Belgrade, ou attestés seulement par les anciens inventaires. Ce catalogue, classé selon les fonctions des objets, constitue le premier chapitre du livre. Le chapitre II présente les résultats de la fouille de l’église double de la Ville Basse, effectuée en 1964-1965, en renouvelant la mise en phases et en offrant une documentation graphique sérieuse. Le chapitre III étudie pour la première fois un petit lot de céramiques qui fut découvert en 1975-1977 dans la partie sud de la Ville Haute et qui présente un grand intérêt, car il atteste dans ce secteur une réoccupation sporadique, probablement de nature domestique, aux Xe et XIe siècles. Enfin le chapitre IV ouvre sur les perspectives d’avenir : il s’agit de la première étude sur la provenance des marbres utilisés dans la décoration architecturale des bâtiments publics de Caričin Grad, avec recours à des analyses pétrographiques et géochimiques.

Bernard Bavant, ancien membre de l’École française de Rome et ancien chargé de recherche au CNRS (en retraite depuis 2017), s’est intéressé à l’histoire de la période protobyzantine, surtout en Syrie et dans les Balkans (formes de l’habitat, culture matérielle, rapports entre sources écrites et données archéologiques). Il a été co-directeur de la fouille de Caričin Grad de 1997 à 2018.
Vujadin Ivanišević est directeur de recherche à l’Institut archéologique de Belgrade, membre correspondant de l’Académie serbe des sciences et des arts et correspondant étranger de l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Numismate et archéologue de formation, il a travaillé sur le monnayage serbe médiéval, sur la période des Grandes Migrations et les débuts du Moyen Âge, et il porte un intérêt particulier à l’archéologie du paysage. Il dirige la fouille de Caričin Grad depuis 1999.
 


Collection de l'École française de Rome 75/4
Rome, Belgrade: École française de Rome ; Institut archéologique de Belgrade, 2019
368 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1338-9
Prix: € 65

Paolo Grillo, François Menant (dir.) 

La congiuntura del primo Trecento in Lombardia (1290-1360)


Table des matières
Introduction
Résumés des articles


I decenni che precedettero la terribile epidemia di “Peste Nera” del 1348 in Europa sono stati a lungo presentati univocamente come un periodo di gravi difficoltà, dovute all’instabilità politica e, soprattutto, all’eccessiva crescita della popolazione rispetto alle risorse agricole, il cui aumento era frenato dalle scarse tecnologie disponibili. Questa ricostruzione è stata oggetto negli ultimi anni di una profonda revisione, con una rinnovata attenzione allo sviluppo della commercializzazione, anche a lungo raggio, dei prodotti alimentari e agli investimenti nelle campagne, rivelatisi tutt’altro che ininfluenti. Rispetto alle grandi panoramiche finora dominanti nel dibattito, questo volume presenta una serrata analisi di una realtà regionale – la Lombardia dalla fine del XIII secolo alla metà del XIV – considerata sotto molteplici punti di vista, dalla storia rurale a quella delle manifatture, dei prestiti e dei commerci, dagli aspetti fiscali e monetari a quelli militari e dell’assistenza. Ne esce un ritratto articolato, che senza negare gli elementi di difficoltà, mette in luce la sostanziale “tenuta” del sistema produttivo e sociale lombardo prima delle grandi epidemie del 1348 e del 1361.
 
Paolo Grillo, insegna storia medievale presso l’Università degli studi di Milano e studia le istituzioni e la società delle città lombarde fra XII e XIV secolo. Fra le sue pubblicazioni: Milano guelfa. 1302-1310, Roma, Viella, 2013; L’ordine della città. Controllo del territorio e repressione del crimine nell’Italia comunale (secoli XIII-XIV), Roma, Viella, 2017; Nascita di una cattedrale. 1386-1418: la fondazione del Duomo di Milano, Milano, Mondadori, 2017.
 
François Menant, professore emerito di storia medievale presso l’École Normale Supérieure di Parigi e ancien membre dell’École française de Rome, ha studiato la vita economica e sociale della Lombardia del pieno e del basso Medioevo. Fra le sue opere, Campagnes lombardes du Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Roma, École française de Rome, 1993, e L’Italia dei comuni, 1100-1350, Roma, Viella, 2010.
  
 


Collection de l'École française de Rome 555
Rome: École française de Rome, 2019
280 p.
ISBN:  978-2-7283-1372-3
Prix: € 48

CEF518-3 Isabelle Mathieu, Jean-Michel Matz (dir.) 

Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle)


Table des matières
Introduction
Résumés des articles


Dans le cadre du projet ANR Europange consacré aux « processus de rassemblements politiques : l’exemple de l’Europe angevine (XIIIe-XVe siècles) », le colloque qui s’est tenu à Angers en novembre 2015 s’est intéressé à la culture des officiers (centraux comme locaux) et de l’entourage des princes dans les territoires angevins, à leurs parcours universitaires et à leur formation intellectuelle au sens large. Différents thèmes ont pu être envisagés : les cursus universitaires (universités et facultés fréquentées, grades…), les apprentissages pratiques et techniques, notamment le rapport à l’écrit et aux comptabilités, les livres et les bibliothèques possédés par les officiers, leurs productions intellectuelles (juridiques, scientifiques, littéraires…). Au-delà des différences ou des similitudes qui ont pu être mises en avant entre les différents territoires angevins, ces journées, à travers des trajectoires de vie concrètes, ont permis d’identifier des carrières types et l’existence, parfois, d’un véritable déroulement de carrière s’apparentant à un cursus honorum. Outre le fait d’appréhender les composantes techniques et pragmatiques de l’apprentissage des officiers, les différentes interventions ont également dégagé des dynamiques mettant en lumière l’existence d’une culture administrative et/ou politique. Le présent ouvrage rend compte de ces échanges fructueux.  

 

Nell’ambito del progetto ANR Europange, dedicato ai «processi di unione politica: l’esempio dell’Europa angioina (XIII-XV secolo) (processus de rassemblements politiques : l’exemple de l’Europe angevine (XIIIe-XVe siècles), il convegno tenutosi ad Angers nel novembre 2015 ha interessato la cultura degli ufficiali (sia centrali che periferici) e l’entourage dei principi nei territori angioini, il loro percorso universitario e la loro formazione intellettuale in senso lato. Diversi gli argomenti presi in considerazione: corsi universitari (università e facoltà frequentate, gradi...), apprendimento pratico e tecnico, incluso il rapporto con la scrittura e la contabilità, libri e biblioteche di proprietà degli ufficiali, le loro produzioni intellettuali (in ambito legale, scientifico, letterario…). Al di là delle differenze o similarità riscontrabili tra i diversi territori angioini, durante queste giornate è stato possibile, attraverso esempi concreti, identificare delle carriere-tipo e l’esistenza, in alcuni casi, di altre che appaiono essere un autentico cursus honorum. Oltre a comprendere gli elementi tecnici e pragmatici dell’apprendimento degli ufficiali, i vari interventi hanno anche messo in luce dinamiche che evidenziano l’esistenza di una cultura amministrativa e/o politica. I testi qui raccolti sono la testimonianza di tali fruttuosi scambi.

 

Isabelle Mathieu est maître de conférences à l’université d’Angers, membre de l’unité de recherche CNRS Temos. Ses recherches portent sur l’histoire de la justice et des régulations sociales à la fin du Moyen Âge.

Jean-Michel Matz, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire médiévale à l’université d’Angers, membre de l’unité de recherche CNRS Temos. Ses recherches portent sur l’histoire religieuse et culturelle des derniers siècles du Moyen Âge, et sur l’histoire comparée des territoires angevins en Europe.

 

 


Collection de l'École française de Rome 518/3
Rome: École française de Rome, 2019
418 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-783-1364-8
Prix: € 44


Version en ligne OpenEdition Books

Le vie della comunicazione nel medioevo


Table des matières
Introduction


In continuità con il progetto del Cerm Atelier jeunes chercheurs, organizzato con il sostegno e la partecipazione dell’École française de Rome e inaugurato nel giugno del 2014 con due giornate di studio dedicate alla società monastica, nell’ottobre del 2016 si è svolto il secondo Atelier, questa volta incentrato sulle vie di comunicazione nel Medioevo, tema ampiamente trattato dalla storiografia e tuttavia lungi dall’essere esaurito. I diciassette saggi raccolti in questo libro tengono conto di diversi tipi di comunicazione svolti entro livelli diversi, tra un’ampia pluralità di soggetti, entro spazi assai estesi. Lontano dall’avere pretese di completezza, gli interventi dei diciassette autori intendono piuttosto offrire nuovi risultati e nuovi stimoli alla ricerca futura su alcuni problemi legati alla comunicazione fornendo al tempo stesso un’importante e aggiornata bibliografia. Le vie della comunicazione non si esauriscono in queste pagine, nelle reti viarie che permettevano la circolazione di persone, oggetti e modelli ma sono qui intese in modo trasversale per poter cogliere le interferenze che la comunicazione, intesa nel più ampio significato del termine, ha prodotto. 
 
 


Collection de l'École française de Rome 560
Rome, Trieste: École française de Rome; Centro Europeo Ricerche Medievali, 2019
509 p., ill. coul.
ISBN:  978-88-95368-32-0
Prix: € 

Bernard Dompnier, Stefania Nanni (dir.) 

La mémoire des saints originels entre XVIe et XVIIIe siècle


Table des matières
Introduction
Résumés des articles


Alors que les travaux sur le culte des saints à l’époque moderne ont largement privilégié ces dernières décennies l’étude de la construction des réputations de sainteté et celle des procédures de canonisation, et donc surtout les figures les plus récentes, ce livre propose de s’attacher à la place que tiennent les saints les plus anciens dans la piété et dans la culture des XVIe et XVIIIe siècles. Quelles que soient les sources examinées, il apparaît en effet que la mémoire du catholicisme moderne est largement organisée autour de personnages portés sur les autels depuis de nombreux siècles. Bien plus, on assiste à la même époque à un regain de ferveur pour les saints des origines, qu’illustrent aussi bien la diffusion des reliques des catacombes romaines dans toute la catholicité que l’intérêt renouvelé pour de « vieux » saints locaux, plus ou moins oubliés avec le temps. Le catholicisme tridentin, notamment en réponse aux attaques protestantes, s’édifie donc en donnant une nouvelle actualité à l’ancien sanctoral, non sans opérer évidemment une nouvelle lecture des figures qui le composent, mises en conformité avec les nouveaux idéaux confessionnels.
Mais les enjeux liés à la sainteté originelle dépassent le seul domaine du culte. La réactivation de la mémoire des vieux saints ne saurait ainsi être séparée de stratégies des pouvoirs politiques – des États ou des villes – en quête de renforcement de leurs assises. Plus largement, le corpus de ces figures de sainteté constitue un bien commun, au-delà de la seule institution ecclésiale. La familiarité avec elles est suffisante pour que les diverses formes de productions culturelles (théâtre, littérature, peinture, musique) s’en emparent comme d’un répertoire librement disponible. Le projet qui porte ce livre, fondé sur le croisement d’interrogations conduites sur des documents de divers types, l’inscrit dans le courant actuel d’histoire de la mémoire, c’est-à-dire qu’il accorde une attention particulière, à travers la pluralité des représentations, aux relectures, (ré)appropriations et reconstructions tant des figures singulières que de la cohorte à laquelle ils appartiennent, patrimoine symbolique pour les sociétés des XVIIe et XVIIIe siècles.

Bernard Dompnier, professeur émérite d’histoire à l’université Clermont Auvergne, spécialiste du catholicisme des
XVIIe et XVIIIe siècles, travaille principalement sur l’histoire du culte et des dévotions.

Stefania Nanni, professeur d’histoire moderne à l’université Sapienza de Rome, travaille sur les sentiments religieux et la sacralisation des espaces dans l’Europe moderne.

 
 

 


Collection de l'École française de Rome 545
Rome: École française de Rome, 2019
562 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1300-6
Prix: € 40


Version en ligne TORROSSA

Pierre-Marie Delpu

Un autre Risorgimento. La formation du monde libéral dans le royaume des Deux-Siciles (1815-1856)


Table des matières
Introduction


Entre l’effondrement de l’Empire napoléonien en 1815 et le milieu des années 1850, où la « question napolitaine » devient une affaire diplomatique internationale, la partie continentale du royaume des Deux-Siciles voit s’affirmer un scénario de politisation cohérent qui associe la revendication des libertés politiques à l’opposition à la monarchie bourbonienne. À partir de la documentation administrative bourbonienne, des écrits personnels des libéraux et de leurs productions politiques, on se propose d’étudier ce mouvement politique par ses acteurs. Il a pris la forme d’une société civile d’opposition réticulée et disparate, davantage anti-absolutiste qu’elle n’est idéologiquement libérale. À travers les circuits locaux, nationaux et transnationaux de la politisation libérale dans le Mezzogiorno pré-unitaire, c’est la singularité du Risorgimento méridional qu’on voudrait mettre en évidence, entre adhésions et résistances à la construction nationale italienne et réappropriations de cette dernière.

 

Pierre-Marie Delpu, ancien élève de l’École Normale Supérieure LSH (Lyon), agrégé et docteur en histoire, enseigne l’histoire contemporaine à Aix-Marseille Université. Ses travaux actuels portent sur les cultes des martyrs révolutionnaires dans l’Europe méditerranéenne au XIXe siècle.

 


Collection de l'École française de Rome 556
Rome: École française de Rome, 2019
520 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1384-6
Prix: € 29

Nicolas Lamare

Les fontaines monumentales en Afrique romaine


Table des matières
Introduction


 Les fontaines monumentales constituaient des marqueurs essentiels du paysage urbain de l’Antiquité. Dans les villes du Maghreb romain et tardo-antique, elles occupaient une place privilégiée que leur accordaient peu d’autres régions de l’empire. Cet ouvrage prend en considération les provinces romaines d’Afrique, entre Atlantique et Tripolitaine, au cours des six premiers siècles de notre ère. Les analyses et les résultats de cette recherche se fondent sur un catalogue d’édifices et un corpus épigraphique inédits.
Soulignant les enjeux passés et présents dans l’étude de l’hydraulique antique, l’enquête retrace l’histoire des explorations archéologiques en Afrique du Nord, pour s’intéresser ensuite aux relations entre terminologie et classifications typologiques modernes et dresser un tableau de l’évolution morphologique des fontaines monumentales antiques. L’analyse technique et architecturale des édifices constitue le cœur de cette étude qui prend également en compte la gestion des aménagements hydrauliques et la perception des fontaines dans le tissu urbain.
Il s’agit ici de considérer les fontaines monumentales comme des composantes de la ville et du réseau hydraulique. Cette réflexion envisage ainsi l’ensemble de la circulation et des usages de l’eau et ambitionne plus largement de penser la civilisation urbaine, les aménagements de la ville antique et ses transformations sur la longue durée.

Click here for English Abstract
 
Nicolas Lamare est docteur en archéologie de l’université Paris-Sorbonne et membre associé de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée.
Spécialiste du Maghreb antique, il a collaboré à plusieurs chantiers de fouilles en France, au Maroc, en Tunisie et en Turquie.
  
 
 


Collection de l'École française de Rome 557
Rome: École française de Rome, 2019
484 p., ill. et planches n/b
ISBN:  978-2-7283-1380-8
Prix: € 64