Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée
BEFAR315

[Monographie] - Antiquité


Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen : études d’histoire et d’archéologie

Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 315
Roma: École française de Rome, 2003
ISBN: 2-7283-0398-3
735 p. , ill. n/b, relié




Version en ligne TORROSSA

Table des matières
Introduction

État: Épuisé
Prix: € 96.0
Les notions de conquête ou d’acculturation constituent-elles des concepts opératoires capables de dégager la signification historique du parc balnéaire africain ? Ou faut-il repenser les processus d’hellénisation et de romanisation, notamment pour établir une périodisation de l’histoire maghrébine dans laquelle les thermes peuvent s’intégrer, mais qu’ils contribuent aussi à définir ? N’y a-t-il pas là matière à réfléchir sur la « crise du IIIe siècle » ou à remettre en cause l’idée d’une rupture liée à la « conquête vandale » ? Comment interpréter la typologie des édifices ? Que révèlent les nombreux bains asymétriques ou l’équipement des sources thermales et des demeures ? Quelle corrélation établir entre les monuments les plus prestigieux, de plan symétrique, et le dynamisme relatif des différents pôles économiques et politiques de l’Empire ? En quoi les thermes de plan semi-symétrique sont-ils symptomatiques des relations entre l’Afrique et l’Italie et en quoi rendent-ils compte des mécanismes de l’évergétisme et de la construction privée ? Quel est le rôle des thermes dans la cité ? Comment s’insèrent-ils dans l’urbanisme et dans la vie politique, en tant que lieux de rassemblement et de propagande ? Qu’en est-il de la permanence des activités sportives ? Comment s’organisent les chantiers, véritables laboratoires de formes architecturales, qui procèdent à l’érection des grands thermes ? Dans quelle mesure les thermes, microcosmes et scènes du pouvoir, offrent-ils aux luttes idéologiques un terrain de prédilection pour s’exprimer ? Telles sont les questions fondamentales et variées auxquelles la présente étude fournit des réponses qui outrepassent son strict cadre géographique et chronologique en s’appuyant en outre sur un catalogue archéologique et un corpus épigraphique rassemblés et harmonisés pour la première fois. Les notices des bains publics et privés, fondées sur une définition rigoureuse du vocabulaire, et les planches, réalisées selon un jeu d’échelles cohérent (1 : 500 ou 1 : 250), débouchent systématiquement sur un schéma qui résume une proposition de lecture de l’édifice.