Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée
CEF529

[Monographie] - Époque moderne et contemporaine


Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis : la fraternité en Italie (1820-1924)
Actes du colloque, École française de Rome, Rome, 10-12 mai 2012

Collection de l'École française de Rome 529
Roma: École française de Rome, 2017
ISBN: 978-2-7283-1212-2
344 p., ill. n/b

Table des matières
Introduction

État: Disponible
Prix: € 24

Le XIXe siècle des nationalités s’est pensé comme le siècle de la fraternité, entre les peuples et les hommes. Et la nation moderne s’est souvent présentée comme fondée sur une extension de la famille, unie par le sang, les valeurs, la culture. Cette vision a entraîné des formes de mobilisation politique originales comme le volontariat, les sociétés de secours mutuel, les fraternités. Plus spécifiquement (mais non exclusivement) consacré à l’Italie du Risorgimento, ce volume prend acte de deux points qui apparaissent clairement : l’utilisation massive du mot frère (fratelli), fraternité (fratellanza) durant les guerres d’indépendance, et aussi de la mobilisation massive de frères de sang, d’une même famille, qui ont pu combattre ensemble : les frères Bandiera, Fabrizi, Cavour, Cairoli… en sont quelques exemples. Or, si la fraternité est un concept, c’est aussi un état et un sentiment. Un état, car être frère relève d’un statut familial, encadré par des normes, des lois qui n’instaurent pas l’amour fraternel, qui lui, est un sentiment. À l’intersection de ces acceptions de la fraternité, le volume aborde donc la dimension biographique et met en évidence que la fraternité « de sang » est en fait, souvent, le cadre d’un affrontement politique régulé par les intérêts familiaux. Entre les concepts et la pratique, les idées et les acteurs, la polysémie de la fraternité s’avère être un formidable outil de mobilisation négociée.

 

Catherine Brice est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris Est Créteil, membre du Centre de Recherche en Histoire européenne comparée (CRHEC) et de l’IUF (2013-2018). Elle a étudié la monumentalité publique et la monarchie italienne au XIXe siècle, a dirigé un projet ANR consacré à La fraternité comme catégorie de l’action politique et travaille sur les aspects économiques de l’exil politique italien au XIXe siècle.