Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


CEF568-couv Marcella Aglietti, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné (dir.) 

Consoli e consolati italiani dagli stati preunitari al fascismo (1802-1945)


Il volume raccoglie tredici contributi dedicati al ruolo svolto da consoli e consolati nella costruzione dello Stato e della nazione nell’Italia tra Otto e Novecento. Prima dell’Unità, negli anni della «diaspora italiana», comunità e sistemi consolari erano divisi tra sei Stati preunitari, seppur in presenza di una «italianità» già viva e attiva. Una italianità che è possibile ritrovare attraverso pratiche ben documentate nelle fonti consolari e, in particolare, nella speciale interazione esistente tra i consoli e i rispettivi rappresentati. L’obiettivo è stato dunque quello di esaminare l’evoluzione delle amministrazioni consolari italiane in quei decenni strategici e così rivelare quale sia stato il contributo di quelle istituzioni, impegnate in un processo di modernizzazione e di burocratizzazione, nella formazione del legame tra Stato e amministrati. I saggi ne seguono l’evoluzione attraverso il susseguirsi degli avvenimenti, dal dominio imperiale francese ai tentativi delle monarchie conservatrici di creare delle identità regionali, dalle vicende del lungo Quarantotto - che trasformò i consoli sardi nei promotori dell’unificazione delle Italie in una Italia - al momento della «transizione unitaria» e dell’età liberale, fino al Ventennio e ai nuovi compiti della promozione di una «italianità fascista». Un percorso che mette in luce fino a che punto i sistemi consolari delle Italie pre- e post-unitarie, finora quasi del tutto ignorati dalla storiografia, siano stati protagonisti nella genesi dello Stato e della nazione, tanto più se analizzati attraverso la lente comparativa e il confronto con altre realtà d’oltreconfine.

 

Marcella Aglietti è professore ordinario di storia delle istituzioni politiche presso il Dipartimento di Scienze politiche dell’Università di Pisa. Ha al suo attivo saggi e monografie sui temi della storia consolare, della cittadinanza e delle "istituzioni di confine” frutto di collaborazioni di ricerca in Italia, Spagna e Francia. 

 

Mathieu Grenet è maître de conférences di storia moderna all’INU Champollion di Albi e membro Junior dell’Institut Universitaire de France. È autore di La Fabrique communautaire : les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840 (Roma-Atene, 2016), e ha pubblicato vari saggi sul tema delle mobilità internazionali, degli scambi interculturali e della costruzione delle identità in età moderna.

 

Fabrice Jesné è maître de conférences di storia contemporanea all’Università di Nantes e direttore per gli studi moderni e contemporanei all’École française de Rome. I suoi studi si sono concentrati sulla storia politica balcanica dell’Italia liberale e, più recentemente, sull’istituto consolare italiano in età contemporanea.


Collection de l'École française de Rome 568
Roma: École française de Rome, 2020
434 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1416-4
Prix: € 45

CEF564_couverture-BR Katell Berthelot (dir.) 

Reconsidering Roman power: Roman, Greek, Jewish and Christian perceptions and reactions


Among the imperial states of the ancient world, the Roman empire stands out for its geographical extent, its longevity and its might. This collective volume investigates how the many peoples inhabiting Rome’s vast empire perceived, experienced, and reacted to both the concrete and the ideological aspects of Roman power. More precisely, it explores how they dealt with Roman might through their religious and political rituals; what they regarded as the empire’s distinctive features, as well as its particular limitations and weaknesses; what forms of criticism they developed towards the way Romans exercised power; and what kind of impact the encounter with Roman power had upon the ways they defined themselves and reflected about power in general. 
This volume is unusual in bringing Jewish, and especially rabbinic, sources and perspectives together with Roman, Greek or Christian ones. This is the result of its being part of the research program “Judaism and Rome” (ERC Grant Agreement no. 614 424), dedicated to the study of the impact of the Roman empire upon ancient Judaism.
 
 
Katell Berthelot is a CNRS Professor working on the history of Jews and Judaism in the Greco-Roman world, and a member of the TDMAM research center at Aix-Marseille University (UMR 7297). In 2014-2019 she was the Principal Investigator of the ERC “Judaism and Rome”. 
 
 
 
 


Collection de l'École française de Rome 564
Roma: École française de Rome, 2020
530 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1408-9 ; 978-2-7283-1411-9 (EPub)
Prix: € 41


Version en ligne OpenEdition Books

Classique-COUDRY Marianne Coudry

Le Sénat de la République romaine


Introduction


Comprendre le fonctionnement du Sénat aux deux derniers siècles de la République en s’intéressant à la façon dont les décisions y étaient élaborées, tel est l’objectif de cette thèse, qui rompt avec la perspective juridique et institutionnelle longtemps dominante, en privilégiant le point de vue des pratiques politiques. La dynamique des délibérations et ses enjeux sont au centre de l’étude : rôle des magistrats qui consultent les sénateurs, exercice de l’initiative politique, poids des groupes hiérarchiques à l’intérieur de l’assemblée, distribution de l’autorité, telles sont les questions traitées dans la partie principale de l’ouvrage, qui envisage aussi l’arrière-plan idéologique de ces pratiques, après une analyse de l’espace et du temps politiques propres au Sénat : lieux de réunion et calendrier des séances. La réédition du volume est l’occasion pour l’auteur de présenter, dans une préface, l’évolution des recherches des trente dernières années sur le Sénat républicain et de dresser un bilan des études qui ont prolongé, confirmé, ou contesté ses propres résultats.
 
Marianne Coudry est agrégée d’histoire, ancien membre de l’École française de Rome, et professeur émérite des universités après avoir enseigné dans celles de Nancy et de Mulhouse. Elle a co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont L’invention des grands hommes de la Rome antique (2001), Praeda. Butin de guerre et société dans la Rome républicaine (2009), Le luxe et les lois somptuaires de la Rome antique (2016), et co-édité deux des volumes de l’Histoire romaine de Dion Cassius dans la Collection des Universités de France (2011 et 2014) et une nouvelle traduction annotée de la Guerre des Gaules et de la Guerre civile de César aux Belles Lettres (2020).
 
 
 


Classiques de l'École française de Rome
Rome: École française de Rome, 2020
872 p.
ISBN:  782-7-2831-4393-3
Prix: € 20

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité (2019) 131-2


En raison de la situation sanitaire actuelle, la revue des Mélanges n'est pas en mesure, pour l'instant, d’assurer l’impression et la livraison du numéro 131-2. Dans ce contexte, nous nous efforçons malgré tout d'assurer au mieux la continuité de nos publications.
Vous trouverez le numéro en ligne sur Open Edition Journals.


Mélanges de l'École française de Rome 131-2
200 p., 200 ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1429-4 ; ISBN électronique 978-2-7283-1430-0
ISSN:  0223-5102
Prix: € 


Version en ligne journals.openedition.org




Collection de l'École française de Rome
: École française de Rome

ISBN: 
Prix: € 
État: ???catalogo.dettaglio.stato.???

CEF_518-4_couv Thierry Pécout (dir.) 

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (XIIIe-XVe siècle) : vers une culture politique ? / Gli ufficiali e la cosa pubblica nei territori angioini (XIII-XV secolo): verso una cultura politica?


Au sein de l’ensemble des territoires contrôlés par les dynasties angevines, nous proposons d’examiner le personnel chargé des services centraux, la chancellerie, les cours de justice, les Chambre des comptes et archives, ou encore le conseil royal ou l’hôtel, tout comme les officiers des cours locales. On s’interrogera sur l’origine, la formation, les réseaux et les carrières de ce personnel, ainsi que sur la genèse institutionnelle de ses offices et charges. Tous ces éléments de départ s’articuleront avec une réflexion sur l’émergence de cultures administratives et politiques propres à ce groupe, autant de valeurs, de normes sociales, de pratiques, de dévotions et de goûts spécifiques caractérisant la genèse d’un milieu, et dans certains cas d’un « corps de l’État », dans le prolongement du colloque précédent tenu à Angers en novembre 2015 (« Parcours universitaires et formations intellectuelles des officiers angevins »). La question des circulations, des modèles et des échanges est certes importante. Mais dans un contexte monarchique, l’enjeu est aussi d’interroger précisément les phénomènes de « dépersonnalisation » de l’État et de discuter cette notion au regard de l’élaboration d’une « machine administrante » distincte de la personne du souverain et dont ce milieu est l’acteur. Pour éclairer ces processus, il s’agira de recourir tant à la prosopographie qu’aux carrières individuelles, à l’archéologie, à l’histoire et à l’histoire de l’art, à l’histoire des idées et des croyances, tant aux usages de l’écrit administratif ou spéculatif, qu’aux arts et lettres.
 
Thierry Pécout, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Jean Monnet (Saint-Étienne), membre honoraire de l’Institut universitaire de France, membre du Comité des travaux historiques et scientifiques, directeur du Centre d’étude et de recherche sur les communautés, congrégations et ordres religieux (CERCOR, UMR LEM 8584), directeur des Fasti Ecclesiæ Gallicanæ, travaille sur l’histoire sociale et culturelle de l’institution, entre fin XIe et XIVs., sur les processus d’institutionnalisation au sein des Églises séculières (épiscopat et chapitres cathédraux) et du gouvernement princier, dans les domaines de la maison de Provence-Anjou-Sicile.
 
 
En raison de la crise sanitaire, nous publions ce titre en ligne avant la sortie de la version imprimée, pour permettre aux chercheurs d'y avoir accès sans attendre. 
 


Collection de l'École française de Rome 518-4
Rome: École française de Rome, 2020

ISBN:  papier 978-2-7283-1444-7 ; électronique 978-2-7283-1445-4
Prix: € 


Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge (2020) 132-1


 En raison de la situation sanitaire actuelle, la revue des Mélanges n'est pas en mesure, pour l'instant, d’assurer l’impression et la livraison du numéro 132-1 (janvier-juin 2020). Dans ce contexte, nous nous efforçons malgré tout d'assurer au mieux la continuité de nos publications.


Mélanges de l'École française de Rome 132-1

ISBN:  électronique : 978-2-7283-1404-1 ; papier : 978-2-7283-1403-4
ISSN:  1123-9883
Prix: € 


Version en ligne journals.openedition.org

Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines (2019) 131-1


Table des matières



Mélanges de l'École française de Rome 131-1
200 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1423-2 (papier) ; 978-2-7283-1424-9 (en ligne)
ISSN:  1123-9891
Prix: € 50


Version en ligne TORROSSA Version en ligne journals.openedition.org

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité (2019) 131-1


Table des matières



Mélanges de l'École française de Rome 131-1
258 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1427-0 (papier) ; 978-2-7283-1428-7 (en ligne)
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50


Version en ligne TORROSSA Version en ligne journals.openedition.org

Classiques-couv_Richard Jean Richard

La Papauté et les missions d'Orient au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles)


Table des matières
Introduction


Publié en 1977, réédité en 1998, le livre de Jean Richard est une vaste synthèse sur les missions d’Orient. Promenant le lecteur, à la suite des franciscains et des dominicains, de la Crimée au Cathay et de l’Égypte à la Perse, l’ouvrage montre les efforts considérables effectués par les ordres mendiants, soutenus par la papauté, pour diffuser l’Évangile aussi bien auprès des peuples païens que des chrétientés orientales séparées, dans l’espoir de ramener celles-ci à l’obédience de Rome. Jean Richard insiste sur la direction pontificale de la mission. À partir du pontificat de Grégoire IX, une doctrine missionnaire se précise, et les papes successifs la font appliquer par ces serviteurs zélés de l’Église. Mais il s’interroge également sur la fin des missions médiévales, leurs succès, en particulier l’élargissement de la connaissance du monde, mais aussi leurs échecs, dus à la résistance du bouddhisme et de l’islam, à la fragilité des institutions provinciales et au petit nombre des moissonneurs, surtout après la Grande Peste de 1348.
 
Jean Richard, ancien élève de l’École des Chartes, ancien membre de l’École française de Rome, est médiéviste, professeur émérite de l’université de Dijon, membre de l’Institut et auteur de nombreux livres dont l’Histoire des croisades, Paris, Fayard, 1996.
 
Préface à la nouvelle édition de Michel Balard. 
 
 


Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome, 2019
331 p.
ISBN:  978-2-7283-1409-6
Prix: € 20