Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


BEFAR373 Clément Chillet

De l’Étrurie à Rome : Mécène et la fondation de l’Empire


Table des matières
Introduction


Si le nom de Mécène ne recouvre plus guère aujourdhui que lactivité de patronage des arts, il ne faut pas oublier que Caius Maecenas, le « Mécène historique » fut bien plus que le protecteur de Virgile, Horace, Properce. Bras droit dAuguste, il joua un rôle politique déterminant dans la période troublée du Triumvirat, et sa trajectoire semble se confondre avec la création de ce que nous considérons comme un nouveau régime, pour lequel les Romains neurent, pendant longtemps, aucun nom. Cest ainsi que, aux côtés du futur Auguste, il fut chargé, pendant la période triumvirale de rôle fiscaux, policiers, diplomatiques avant de se retirer du devant de la scène politique sans perdre de son influence réelle au moment où Auguste prétendit restaurer la République. Au-delà des aspects institutionnels, cet ouvrage cherche aussi à décrire la place de lindividu Mécène dans la société de son temps, sans en faire un exemple, ni un modèle, sans lisoler des cadres sociaux qui le déterminèrent, ni le fondre dans la masse confuse des mouvements du temps long. L’étude de la personnalité sociale construite par Mécène, principalement fondée sur une ascendance étrusque largement retravaillée, place lindividu dans un mouvement plus large de revalorisation des identités locales en Italie, encouragée par Auguste pour servir la Conjuratio Italiae sur laquelle il assit sa légitimité. Par ailleurs, louvrage tente de redonner sa place à cet individu non pas au cœur dun cercle  littéraire comme on le lit souvent  mais à lintersection de nombreux réseaux (fondés sur des critères daffinités intellectuelles, politiques, géographiques). À travers l’étude de différentes facettes dun personnage immergé dans les mouvements qui transformèrent profondément Rome, cest une meilleure compréhension de la société impériale naissante que cet ouvrage cherche à atteindre.
 

Clément Chillet, agrégé de Lettres Classiques, est ancien membre de l’École normale supérieure de Lyon et de l’École française de Rome. Il est actuellement maître de conférences en histoire romaine à luniversité Grenoble-Alpes.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 373
Roma: École française de Rome, 2016
609 p.
ISBN:  978-2-7283-1202-3
Prix: € 33

CEF527 Monique Dondin-Payre, Nicolas Tran (dir.) 

Esclaves et maîtres dans le monde romain : Expressions épigraphiques de leurs relations


La principale distinction relative au droit des personnes est que tous les hommes sont soit libres soit esclaves (Institutes, I, 9). Gaius souligne ainsi la place fondamentale de l’esclavage dans la Rome impériale. La barrière de la liberté était si structurante et le recours au travail servile pratiqué à une telle échelle, que la société romaine mérite assurément le qualificatif d’esclavagiste. Certes, la condition servile était inférieure, mais la concevoir en terme de barrière ou de strate horizontale, séparant les esclaves et les libres, se révèle insuffisant. Dans une population servile à la hiérarchie très marquée, la condition personnelle des esclaves dépendait beaucoup des relations verticales, qui unissaient chacun d’entre eux à leur maître. Tel est le sujet de ce livre collectif. L’examen prioritaire de la documentation épigraphique vise à en restituer la complexité. Il fait place à des serviteurs, à des domesticités et à des maîtres d’une grande diversité, dans différentes régions de l’Empire. Les grandes étapes de la vie des hommes et des femmes réduits en esclavage (l’enfance, la mort, en passant parfois par l’affranchissement) sont prises en compte. C’est aussi dans ses multiples dimensions, du droit aux affects, que la relation entre esclaves et maîtres se trouve mise en lumière.

 

- Monique Dondin-Payre, docteur d’État, directrice de recherches au CNRS (UMR 8210, Paris), est notamment spécialiste d’épigraphie, d’onomastique et des processus de romanisation des provinces romaines.

- Nicolas Tran est professeur d’histoire romaine à l’Université de Poitiers et à l’Institut Universitaire de France. Ses recherches sur les associations, le travail et les sociétés portuaires de l’Empire romain s’intéressent notamment à la condition des esclaves et des affranchis. Il est l’auteur de Dominus tabernae. Le statut de travail des artisans et des commerçants de l'Occident romain (Ier siècle av. J.-C. - IIIe siècle ap. J.-C.), Rome, 2013.


Collection de l'École française de Rome 527
Roma: École française de Rome, 2016

ISBN:  978-2-7283-1241-2 (Epub)
Prix: € 


Version en ligne OpenEdition Books

BEFAR374 François Lerouxel

Le marché du crédit dans le monde romain (Égypte et Campanie)


Table des matières
Introduction


Dans le monde romain, le crédit est partout : riches et pauvres, hommes et femmes, urbains et ruraux, tous prêtent et empruntent les uns aux autres. En effet, si les banques privées existent et sont nombreuses et actives à l’époque romaine, les particuliers ne s’adressent pas à elles pour emprunter de l’argent. Ce livre tente d’expliquer comment débiteurs et créanciers se sont rencontrés et pourquoi ils ont décidé de faire affaire. Autrement dit, il retrace l’histoire de l’organisation et du fonctionnement du marché du crédit romain, principalement à partir des papyrus d’Égypte, de 30 avant J.-C. à 275 après J.-C., et à partir des tablettes de Campanie au Ier siècle après J.-C. Ces documents de la pratique, relativement peu exploités jusqu’ici en histoire financière romaine, sont des sources exceptionnelles puisqu’ils permettent d’écrire une véritable histoire du développement du marché du crédit dans la longue durée, depuis la conquête de l’Égypte en 30 avant J.-C. qui transforme l’économie monétaire égyptienne, en passant par la mise en place progressive d’un système de rédaction et d’enregistrement des contrats privés particulièrement sophistiqué, jusqu’au grand bouleversement inflationniste qui frappe l’Empire à partir de 275 après J.-C. et qui ouvre une nouvelle ère dans l’histoire de l’économie monétaire de la province.
 
- François Lerouxel est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, membre junior de l’Institut universitaire de France (promotion 2016) et membre du laboratoire AOROC (UMR 8546 CNRS/ENS). Il a co-édité Les affaires de Monsieur Andreau en 2014 avec C. Apicella et M.-L. Haack et Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain en 2016 avec A.-V. Pont.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 374
Roma: École française de Rome, 2016
398 p.
ISBN:  978-2-7283-1183-5
Prix: € 30

CEF522-bis Brigitte Marin, Catherine Virlouvet (dir.) 

Entrepôts et trafics annonaires en Méditerranée : Antiquité-Temps modernes


Table des matières
Introduction


Depuis une dizaine d’années les problèmes de pénurie alimentaire se sont de nouveau invités à la table des réunions au sommet entre États. En 2015, l’exposition universelle de Milan, en prenant pour thème « Nourrir la planète », choisissait de mettre l’accent sur ces questions. À l’heure où les ministres de l’agriculture des pays du G20 se préoccupent de nouveau de recenser les stocks mondiaux en denrées alimentaires de première nécessité que sont le riz et les céréales et de favoriser l’accroissement des capacités de stockage des pays producteurs pour en réguler le marché, on constate un regain d’intérêt pour l’étude de cette même question dans les sociétés anciennes. Cet ouvrage présente la synthèse d’un programme de recherche sur la place des entrepôts céréaliers dans les systèmes d’approvisionnement en Méditerranée, de l’Antiquité à la fin de la période moderne. À l’origine de ce projet, il y avait le constat d’une relative méconnaissance de ces bâtiments et de leur place centrale dans l’économie des sociétés préindustrielles. Cette lacune est aujourd’hui comblée. Le mouvement impulsé par cette recherche a suscité d’autres études publiées ou en cours de publication. Le livre présente un point des connaissances sur quatre questions transversales – le maillage géographique des bâtiments de stockage, leurs formes et leurs fonctions, les techniques de conservation des grains, enfin la place du dispositif de stockage dans les économies d’Ancien Régime – et quatre études de cas – un entrepôt d’Ostie antique, la situation de la Sicile sur la longue durée, celle de Venise au XVIIIe siècle, celle de l’Espagne à l’époque moderne. Il révèle le rôle central du stockage dans les économies d’Ancien Régime, la complexité de son organisation qui implique l’interaction de professionnels et d’intérêts privés, avec un pouvoir politique organisé et conscient des enjeux du stockage sur le plan politique et social. Saisis dans la longue durée de leur histoire, les entrepôts constituent un bon observatoire pour comprendre l’administration des approvisionnements urbains, de la production à la distribution, ses acteurs et ses transformations.
 
- Catherine Virlouvet est professeur d’histoire romaine à l’Université d’Aix-Marseille. Depuis 2011, elle est directrice de l’École française de Rome. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les problèmes d’approvisionnement de la Rome antique.

- Brigitte Marin est professeur d’histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille. Elle dirige la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (USR 3125 AMU/CNRS). Elle a publié plusieurs études d’histoire des villes de l’Europe méridionale à l’âge moderne, concernant en particulier Naples au XVIIIe siècle.


Collection de l'École française de Rome 522
Roma: École française de Rome, 2016
406 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1246-7
Prix: € 30

CEF181 Sandro Carocci

Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo Trecento


Tra la fine del XII secolo e i primi decenni del successivo, un piccolo numero di potenti lignaggi si afferma al vertice della nobiltà romana e laziale : i cosiddetti barones Urbis. Questo libro analizza il processo attraverso il quale un’aristocrazia di recente nascita, ma eccezionalmente dinamica, è riuscita ad accumulare, anche al di là dei confini laziali e dello Stato della Chiesa, un numero impressionante di possedimenti signorili. Grazie alla consistenza delle loro risorse finanziarie, politiche e militari, i baroni hanno imposto sulle campagne una forma di dominio molto forte, e destinata a perpetuarsi nei secoli a venire. Oltre all’analisi della creazione e della composizione dei patrimoni signorili, Baroni di Roma propone sia una ricostruzione sistematica delle genealogie, colmando alcune lacune e correggendo le distorsioni e gli errori trasmessi dai precedenti lavori, sia uno studio delle pratiche di successione di queste grandi famiglie che dettero alla Chiesa papi, cardinali, grandi prelati e, non da meno, condottieri e funzionari.
Il volume, esaurito da tempo, è nuovamente disponibile con una prefazione alla prima ristampa.

- Sandro Carocci è professore ordinario di storia medievale all’Università degli studi di Roma Tor Vergata.


Collection de l'École française de Rome 181
Roma: École française de Rome, 1993 - 2016 (réimpr.)
497 p., 12 dépl.
ISBN:  978-2-7283-0293-2
Prix: € 34

copertina-web Laura Mecella, Umberto Roberto (dir.) 

Governare e riformare l’impero al momento della sua divisione : Oriente, Occidente, Illirico


Nell’ambito di un più generale interesse alle politiche di riforma nell’impero romano, questo volume raccoglie gli atti di un incontro di studio dedicato alla diversa reazione delle due Partes dell’impero alla crisi e ai gravi problemi che investirono il mondo romano nel periodo dalla morte di Teodosio (395) al regno di Anastasio (491-518). Obiettivo dell’incontro è stato quello di concentrare l’attenzione sulle diverse scelte di governo, sulle linee di riforma adottate per consolidare le istituzioni e fronteggiare le emergenze. Si è pensato, in particolare, di privilegiare la prospettiva dell’Oriente, allo scopo di indagare e approfondire le scelte politiche che, attuandosi in un contesto sicuramente più solido rispetto all’Occidente, consentirono a questa parte dell’impero di sopravvivere. Grande importanza riveste in questa indagine anche lo studio delle personalità, degli uomini, e dei gruppi di potere, che hanno pensato e realizzato le riforme. I contributi raccolti nel volume non hanno la pretesa di raggiungere una conoscenza esaustiva rispetto ai numerosi problemi sollevati; si propongono, al contrario, di stimolare la discussione, favorendo nuove prospettive di ricerca sulla capacità della Pars Orientis di reagire con successo alla grande crisi del V secolo.
 
Laura Mecella è dottore di ricerca in Storia Antica ed attualmente lavora come ricercatrice in Civiltà Bizantina presso l’Università Europea di Roma. Tra i suoi principali interessi di studio figurano la storia imperiale romana, specialmente di III secolo d.C., la storiografia, sia greca che latina, di età tardoantica e la cronografia bizantina.
 
Umberto Roberto è professore associato di Storia romana presso l’Università Europea di Roma. Tra i principali interessi di studio figurano la storia politica, culturale e religiosa dei secoli III e V d.C., la storiografia di età tardoantica, i rapporti tra Romani e barbari.


Collection de l'École française de Rome 507
Roma: École française de Rome, 2015 (en ligne) - 2016 (papier)
386 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1128-6
Prix: € 25


Version en ligne OpenEdition Books

CEF517 Paolo Cammarosano, Bruno Dumézil, Stéphane Gioanni, Laurent Vissière (dir.) 

Art de la lettre et lettre d'art. Épistolaire politique III : Convegno di studio


Au Moyen Âge fleurit un extraordinaire art de la lettre, qui, s’il s’inspire des grands modèles antiques, s’en démarque aussi volontiers. La perfection stylistique d’une missive, fût-elle administrative, témoigne à la fois de l’importance d’un souverain et de la compétence de sa chancellerie. Mais la véritable lettre d’art ne s’inscrit pas forcément dans une correspondance simple entre deux individus dans la mesure où elle suppose un public et un horizon d’attente plus vastes. La forme épistolaire n’est plus alors qu’une façade pour proposer un discours philosophique ou politique, en prose ou en vers. Les plus grands lettrés du Moyen Âge, de Sidoine Apollinaire à Philippe de Mézières, se sont plu à composer de telles épîtres, qui ont ensuite traversé les siècles. C’est à ce genre méconnu de la lettre d’art médiévale qu’est consacré le troisième volume du cycle Épistolaire politique.
Livre en vente sur le site du CERM (Trieste) : www.cerm-ts.org


Collection de l'École française de Rome 517
Roma - Trieste: École française de Rome ; CERM, 2016
359 p., ill. n/b
ISBN:  978-88-95368-23-8
Prix: € 32

CEF519 Stéphane Baciocchi, Christophe Duhamelle (dir.) 

Reliques romaines. Invention et circulation des corps saints des catacombes à l’époque moderne


Table des matières
Introduction


Issu d’une enquête collective du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE), Reliques romaines est la première vue d’ensemble d’un phénomène massif : la diffusion des « corps saints » extraits des catacombes de Rome, de leur « invention » moderne en 1578 au XIXe siècle. L’ouvrage présente une triple originalité. Tout d’abord, il combine un socle documentaire commun (les archives romaines de la distribution) avec des études de cas portant sur de multiples terrains de la réception (du Mexique à la Pologne, des Pays-Bas à la péninsule Ibérique, de l’Allemagne à la France en passant par la Suisse et l’Italie), mettant ainsi en relation des sources et des historiographies jusqu’alors restées disjointes. L’ouvrage peut donc mener de front – et c’est sa seconde originalité – l’histoire institutionnelle, l’histoire sociale et l’histoire religieuse des reliques, explorant toute l’épaisseur du processus de diffusion sans dissocier sa matérialité de sa dimension spirituelle, ses traits communs des parcours individuels qui l’animent. Cette double conjonction permet enfin une réflexion sur les échelles et les temporalités du phénomène : entre universalisme romain et appropriation locale, des rythmes multiples (ceux de la distinction sociale ou des clientèles romaines, ceux de l’acclimatation de la relique ou des conjonctures pèlerines) et des configurations spatiales emboîtées (des grands fronts de catholicité aux querelles de clocher, du réseau des cours princières à celui des implantations jésuites) font des « corps saints des catacombes » un passionnant laboratoire pour une histoire connectant l’ensemble de la catholicité au plus humble sanctuaire.

- Stéphane Baciocchi, ingénieur à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), fait partie du Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS/CNRS). Il a animé de nombreuses enquêtes collectives et fait en particulier porter ses recherches sur l’histoire des sciences sociales, et sur les méthodes d’analyse sociale et spatiale en histoire de la Révolution française.

- Christophe Duhamelle, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), fait lui aussi partie du Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS/CNRS). Spécialiste du monde germanique à l’époque moderne, il étudie à propos des relations interconfessionnelles l’articulation entre l’appartenance religieuse, les dispositifs politiques et juridiques, et l’histoire sociale.


Collection de l'École française de Rome 519
Roma: École française de Rome, 2016
775 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1187-3
Prix: € 54

Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge 128/2 (2016)


 « Ben più del denaro ». Il diritto della moneta, la sua sovranità, le sue funzioni

Paolo Evangelisti, Avant-propos ; Paolo Evangelisti, La moneta, istituzione comunitaria e leva dello sviluppo della res publica. Il Dodicesimo libro del cristiano di Francesc Eiximenis ; Bruno Callegher, Rei Nummariae Scriptores : teorie monetarie e storia economica prima di Adam Smith ; Roberto Lambertini, Denarii et pecunia : la riflessione francescana sulla moneta nei commenti alla Regola ; Mario Ascheri, Eiximenis, un grande comunicatore : non solo sulla moneta ; Luciano Palermo, Sulla teoria e sulla funzione della moneta nel XIV secolo.

Varia

Dario Internullo, Un unicum per la storia della cultura. Su un papiro latinoarabo della British Library (P.Lond. inv. 3124) ; Adele di Lorenzo, Jean-Marie Martin, Annick Peters-Custot, Le monastère de S. Elia di Carbone, ses archives et l’histoire de la Basilicate médiévale ; Carlo Tedeschi, Monasteri dell’Abruzzo adriatico : un dossier documentario (1019-1065) ; Luciana Petracca, L’ordine dei templari in Capitanata : storia, sviluppi, aspetti e problematiche ; Marco Conti, La spesa pubblica bolognese alla fine del XIII secolo. Prime indagini sul Liber expensarum del 1288 ; Albane Schrimpf, Les droits seigneuriaux sous les abbés Bernard Ier et Thomas Ier du Mont-Cassin (fin du XIIIe siècle). Norme et pratique à Cervaro et Sant'Angelo ; Luciano Piffanelli, Entre crises territoriales et nécessités de négociation : jalons pour une analyse du commissarius seu orator (Florence, XIVe-XVIe siècles) ; Petra Predoević Zadković, The Will of the Noblewoman Stelidija of Duino; Pierluigi Terenzi, « In quaterno communis ». Scritture pubbliche e cancelleria cittadina a L’Aquila (secoli XIV-XV) ; Lorenza Vantaggiato, Les registres 245 et 246 des archives de Giovanni Antonio Orsini del Balzo. Étude de cas : commerce et pêche à Tarente (1463-1466) ; Antoine Brix, Un ouvrage géographico-généalogique inconnu des années 1530. Le Franc cyon de noblesse du manuscrit Vatican, BAV, Reg. lat. 866.

Atelier doctoral

Présentation; Lotfi Ben Miled, La place des peuples des Balkans et du monde slave médiéval dans les écrits des géographes et des voyageurs de l’Occident Musulman (XIe-XVe siècles) : Entre le réel et l’imaginaire ; Brunilda Bregu, Entre Orient et Occident, l’architecture religieuse médiévale du nord de l’Albanie. Études architecturales comparatives à travers les méthodes de l’archéologie du bâti : les églises Sainte-Parascève de Balldrem et Saint-Nicolas de Lezha ; Gianvito Campobasso, Alcune fonti per lo studio del Regnum Albaniae degli Angiò : documenti, epigrafi, araldica e visual evidences ; Luka Aničić, Corpus analysis of Glagolitic inscriptions from the island of Krk and a problem with the current dating hypothesis of Baška tablet.

Regards croisés

Annliese Nef, La Sicile de Charybde en Scylla ? Du tout culturel au transculturel.


Mélanges de l'École française de Rome 128/2 (2016)

ISBN:  978-2-7283-1228-3
ISSN:  1123-9883
Prix: € 


Version en ligne REVUES.ORG

BEFAR369 Camille Rouxpetel

L’Occident au miroir de l’Orient chrétien : Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (XIIe-XIVe siècle)


Introduction


Pourquoi l’Orient chrétien ? Les Latins – croisés, pèlerins ou missionnaires – partant pour la Cilicie. la Syrie-Palestine et l’Égypte du XIIe à l’orée du XVe siècle, se rendent à la rencontre d’hommes à la fois semblables parce que chrétiens et dissemblables parce qu’orientaux. C’est cette expérience d’une altérité rendue particulière par la grande proximité avec laquelle elle se conjugue qui constitue l’objet de ce livre. En effet, les différents discours sur l’altérité, construits à la confluence de la culture savante, d’un système de représentations occidentales et de l’expérience née de la rencontre affectent en retour la définition de la christianitas. Les attitudes des auteurs varient selon leur statut et selon les trajectoires propres à chacun. Après l’analyse des modalités et des rythmes de l’intégration des chrétiens d’Orient par les Latins à leur univers culturel, cette étude analyse le discours latin sur l’altérité orientale. Aux prémisses de la rencontre et à l’autorité de la chose lue, succèdent bientôt la découverte de visu et in situ et l’autorité de la chose vue et, souvent, entendue. Comment les Latins perçoivent-ils leurs coreligionnaires et ces perceptions parviennent-elles à bouleverser les a priori du départ ? Puis, au premier regard, dans lequel affleure la spontanéité de la réaction à l’altérité, succède et se superpose un discours plus construit où les autorités et les représentations pèsent davantage, sans que cela soit toujours du domaine du conscient. Les enjeux, territoriaux, pastoraux et évangéliques contribuent alors à définir les contours des images de l’autre.

Camille Rouxpetel est membre de l’École française de Rome et docteur en études médiévales de l’Université Paris IV-Sorbonne.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 369
Roma: École française de Rome, 2015
581 p., 2 pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1121-7
Prix: € 40


Version en ligne TORROSSA