Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


Couv_617_plat-1 Virginie Martin, Gilles Montègre (dir.) 

Diplomatie et mobilités. Négocier l’« étranger » dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle)


Depuis la première modernité jusqu’à l’âge des révolutions, la mobilité des étrangers constitue un véritable enjeu diplomatique en Europe. Dans cet ouvrage, les auteurs questionnent le périmètre, les ressorts et les effets de l’action et de la protection diplomatiques sur les dynamiques de cette mobilité et la fabrique de l’étranger. Comment les diplomates contribuent-ils à impulser, encadrer ou entraver ces mobilités, subies ou choisies ? Dans quelle mesure participent-ils de l’intégration ou de la marginalisation d’individus et de communautés, qualifiés d’« étrangers » du fait de leur origine ou de leur sujétion à autrui ? En quoi tendent-ils ainsi à façonner autant qu’à brouiller l’identité, toujours incertaine, de ces étrangers ?
Autant de questions qui ouvrent la voie à une relecture critique du concept de soft power, mettant en lumière la portée politique de la négociation diplomatique des personnes et des biens culturels. Les ambassadeurs, rouages essentiels du marché des arts, des savoirs et des savoir-faire, se conduisent en entrepreneurs et en protecteurs de mobilités culturelles. Ce faisant, le traitement diplomatique de la personne (physique et juridique) de l’étranger et de ses biens infléchit, voire cisèle, la condition d’extranéité. Cet ouvrage, en privilégiant une diplomatie au ras du sol et au fil de l’archive, envisage ainsi de manière conjointe action diplomatique, échanges culturels et construction de l’altérité.
 
Virginie Martin est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne.
Gilles Montègre est maître de conférences HDR en histoire moderne à l’université Grenoble Alpes.
 


Collection de l'École française de Rome 617
Rome: École française de Rome, 2024
448 p.
ISBN:  978-2-7283-1599-4
Prix: € 34

Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines 135-2 (2023)


Usages formels et informels des espaces ouverts dans les villes méditerranéennes
Sous la direction de Coline Perrin et Stéphane Cartier
Le dossier de ce nouveau fascicule explore les usages formels et informels des espaces ouverts dans et autour des villes méditerranéennes, par des regards croisés en géographie, en sociologie et en droit. Les cas d’étude situés au Liban, en Grèce, en Italie et en France portent sur des espaces variés : places et trottoirs, terrains littoraux ou agricoles, interstices urbains non bâtis en attente de réaffectation. Ils révèlent des conflits d’intérêt et rapports de pouvoir autour de ces espaces, mais aussi de nouvelles manières de vivre ensemble et de gérer les relations d’une société avec la nature, dans des contextes de crises économique, politique et environnementale.


Mélanges de l'École française de Rome 135-2 (2023)
200 p., ill. coul.
ISBN:  978-2-7283-1635-9
ISSN:  1123-9891
Prix: € 50

Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge 135-2 (2023)


Le forme del vetro: tecnologie a confronto Produzioni vitree e invetriate in Sicilia, Italia peninsulare, Ifrī qiya e Al-Andalus tra IX e XI secolo
Sous la direction de Francesca Colangeli et Viva Sacco
Les articles rassemblés dans le premier dossier de ce volume viennent étudier la circulation du verre et de la céramique vernissée en Méditerranée centre-occidentale entre le IXe et le XIe siècle. De la Sicile à l’Italie péninsulaire, de l’Ifrīqiya à al-Andalus, ces analyses permettent de contribuer au débat sur la production et la circulation des biens, des idées et des personnes en Méditerranée.
 
Le commerce de l’alun en Occident (XIVe-XVe siècles)
Sous la direction de Didier Boisseuil et Pascal Chareille
Le deuxième dossier explore quant à lui les moyens matériels par lesquels les aluns produits étaient distribués auprès des utilisateurs dans l’ensemble de l’Europe à la fin du Moyen Âge, et les modalités de leur commercialisation. En ouvrant de nouvelles perspectives d’enquête nouvelles, il invite à regarder d’un oeil neuf le rôle et la circulation des matières premières dans l’Occident médiéval.


Mélanges de l'École française de Rome 135-2 (2023)
312 p., ill. coul.
ISBN:  978-2-7283-1633-5
ISSN:  1123-9883
Prix: € 50

Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité 135-2 (2023)


Chroniques vulciennes, 2. Histoire de fouilles, dispersions patrimoniales et horizons numériques
Sous la direction d’Alessandro Conti, Christian Mazet et Laura Maria Michetti
Ce deuxième dossier des Chroniques vulciennes se focalise sur trois thématiques transversales de l’histoire archéologique de la cité étrusque de Vulci : les fouilles qui y ont été menées, du XIXe siècle aux recherches sur le terrain les plus récentes de la Surintendance et de diverses équipes internationales ; la question des dispersions ou translocations patrimoniales, constituant l’une des caractéristiques majeures de l’histoire matérielle du site ; enfin les projets numériques engagés à la fois pour la documentation et la valorisation des importantes découvertes anciennes et plus actuelles.
Ces contributions sur l’histoire longue et mouvementée des fouilles de Vulci offrent de nouvelles perspectives pour l’archéologie du site étrusque, et sont animées de la conviction que passé et présent méritent un dialogue constant, source de fructueux apports dans la compréhension de cette cité palimpseste située au coeur des échanges méditerranéens antiques mais aussi des enjeux patrimoniaux contemporains.


Mélanges de l'École française de Rome 135-2 (2023)
368 p., ill. coul.
ISBN:  978-2-7283-1631-1
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50

Sacco-couverture Viva Sacco

Dalla ceramica alla storia economica. Il caso di Palermo islamica


Negli ultimi anni lo studio della Sicilia islamica, per lungo tempo affidato esclusivamente all’analisi delle fonti scritte, ha beneficiato di numerosi nuovi risultati archeologici, i quali hanno permesso di accedere a nuovi tipi di informazioni utili a gettare luce su alcuni aspetti della storia sociale ed economica dell’isola. Allo stesso tempo si è reso necessario distinguere la cultura materiale tipica dell’età islamica da quella della successiva epoca normanna, a lungo considerate un tutt’uno. Questo nuovo approccio allo studio della Sicilia islamica ha fatto emergere in maniera più evidente il ruolo chiave che Palermo ebbe nelle dinamiche politiche, economiche e sociali del Mediterraneo centrale.
Il presente lavoro si inserisce in questa nuova fase degli studi concentrandosi sulla capitale siciliana, osservata attraverso il filtro delle sue produzioni fittili destinate sia al mercato locale sia al più ampio mercato mediterraneo, oltre che delle importazioni ceramiche. Per la prima volta vengono messi a sistema oltre 40.000 frammenti provenienti da contesti archeologici di diversi siti palermitani ed extra-urbani al fine di proporre un utile strumento di lavoro per lo studio dei depositi stratigrafici. Inoltre, questo lavoro classificatorio permette anche e soprattutto di mostrare il contributo che la fonte archeologica, ed in particolare la ceramica, può offrire nella ricostruzione della storia economica di un periodo e di un’area geografica a lungo considerati avvolti nell’oscurità.

Dottore in archeologia e storia dell’arte islamica presso l’Université Paris-Sorbonne e l’Università di Messina, ancienne membre de l’École française de Rome, Viva Sacco è una archeologa e ceramologa specialista nello studio delle produzioni ceramiche circolanti in Sicilia e Ifrīqiya tra IX e XII secolo.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 415
Rome: École française de Rome, 2024
560 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1802-5
Prix: € 68


Version en ligne TORROSSA Version en ligne OpenEdition Books

Saint-Osor-Couverture-FB - Copie Sébastien Bully, Morana Čaušević-Bully, Stéphane Gioanni (dir.) 

St Peter of Osor (Island of Cres) and Benedictine monasticism in the Adriatic area


This book gathers the proceedings of the international round-table Saint-Pierre d'Osor et le monachisme bénédictin dans l'espace adriatique held in 2018 at Osor on the island of Cres (Croatia), which marked the culmination of twelve archaeological campaigns (2006-2017). The aim of this meeting was to present and contextualise, on a broad geographical and chronological scale, our knowledge of the monastery of St Peter and Benedictine monasticism in the Adriatic, whose importance in the reform of the Church in the 11th century was magnified by the Camaldolese Annals in the 18th century. This multi-disciplinary study of St Peter of Osor and its representations allows us to compare the available sources (archaeological, literary and archival) and to renew our understanding of the island monastery, its presumed foundation by Gaudentius, bishop of Osor and then monk at the Porto Novo monastery in Ancona, and its role in the implementation of the reform. It also sheds new light on Benedictine expansion, the spread of monastic culture, artistic transfers, the movement of people and networks of sociability between the shores of the Adriatic. Finally, it examines the dialogue between archaeology and history.
 
Sébastien Bully is researcher at CNRS – UMR ARTEHIS-Université de Bourgogne.
Morana Čaušević-Bully is senior lecturer at université de Franche-Comté – UMR Chrono-environnement.
Stéphane Gioanni is professor at université Lumière Lyon 2 – UMR Hisoma.


Collection de l'École française de Rome 615
Rome: École française de Rome, 2024
272 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1804-9
Prix: € 35


Version en ligne TORROSSA Version en ligne OpenEdition Books

9782728318063 Élisabeth Lusset, Clément Pieyre

La Pénitencerie apostolique sous Innocent VIII (1484-1492)


Accessibles depuis 1983, les registres de suppliques de la Pénitencerie apostolique ont fait l’objet de plusieurs éditions et répertoires concernant l’Empire, l’Angleterre, la Scandinavie ou encore la péninsule italienne à la fin du Moyen Âge. Cette édition est la première d’ampleur pour le royaume de France. Elle présente un corpus de 287 suppliques de declaratoriis adressées au pape Innocent VIII (1484-1492) afin de lutter contre les discours diffamatoires entachant la renommée du suppliant. La plupart émanent de prêtres accusés d’homicide, qui s’adressent à l’office pontifical pour être déclarés non coupables. D’autres suppliants sont des laïcs qui entendent obtenir la confirmation ou, au contraire, l’annulation de leur mariage, en théorie indissoluble. Enfin, certains individus, entrés au monastère contre leur gré, recourent à la Pénitencerie pour faire invalider leur profession religieuse. Des sociabilités villageoises au quotidien des clercs et des moines, en passant par les pratiques judiciaires, matrimoniales, agricoles ou fiscales, les suppliques éditées nous plongent au cœur de la vie sociale, politique et religieuse du règne de Charles VIII, au sortir de la guerre de Cent Ans.

Élisabeth Lusset, ancienne élève de l’ENS de Lyon et ancienne pensionnaire de la Fondation Thiers, est chargée de recherche au CNRS (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, UMR 8589).
Clément Pieyre, archiviste paléographe, conservateur général des bibliothèques et ancien directeur de la bibliothèque de l’École française de Rome, dirige la Bibliothèque Diderot de Lyon (ENS de Lyon).


Sources et documents 13
Rome: École française de Rome, 2024
520 p.
ISBN:  978-2-7283-1806-3
Prix: € 42

Couv_611

L’Inquisition romaine et la France. Juridiction, doctrine et pluralité des catholicismes européens à l’« âge tridentin » (XVe-XIXe siècle)


Ce volume propose un bilan et une prospective sur l’histoire des relations qu’entretiennent, du XVIe au XIXe siècle, l’Inquisition romaine et la France. Si l’ouverture de l’Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede (1998) a permis des progrès considérables, tant de l’histoire de l’Inquisition elle-même que de l’histoire intellectuelle du monde catholique, l’historiographie s’est jusqu’à présent surtout focalisée sur les territoires où le Saint-Office exerçait une pleine juridiction, et donc peu sur la France. Il s’agit dans cet ouvrage de réévaluer le rôle de la Congrégation dans la vie du catholicisme français, et inversement la place de la France dans l’histoire de la plus puissante des administrations pontificales.
Quels furent les acteurs de la mise en place et du maintien de ces rapports ? Quels étaient leurs différents terrains d’intervention ? Suivant quelles modalités s’est construite cette autorité sans juridiction ? Toutes ces questions sont abordées dans un temps long, pensé par Paolo Prodi comme une « époque de l’histoire de l’Église », caractérisée par la permanence d’un paradigme fonctionnel. Cette enquête place donc l’époque moderne au centre de son questionnement, mais entend aussi interroger la genèse et le devenir des logiques modernes, en essayant de penser les ruptures et continuités liées à ce même paradigme.

Albrecht Burkardt est professeur d’histoire moderne à l’université de Limoges.
Jean-Pascal Gay est professeur d’histoire du christianisme à l’Université catholique de Louvain.


Collection de l'École française de Rome 611
Rome: École française de Rome, 2024
468 p.
ISBN:  978-2-7283-1595-6
Prix: € 34