Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


CEF_594_Couverture (2) Gilles Bertrand, Catherine Brice, Mario Infelise (dir.) 

Exil, asile : du droit aux pratiques (XVIe-XIXe siècle)


D’où vient la reconnaissance de l’asile et quels effets ont eu sur les plans juridique et administratif les vagues d’exil qui se sont succédé en Europe, du temps des guerres de Religion à celui des nations du XIXe siècle ? Pour répondre à cette question, il fallait que l’histoire du droit et celle des idées se combinent avec l’examen des parcours d’individus confrontés à l’attitude de protection ou de surveillance des autorités de divers États. Aux expériences de Venise à l’époque moderne et de l’exil protestant depuis la Hongrie ou vers les Amériques en passant par les pays du Refuge européen font écho les ajustements politiques issus de la Révolution et les réponses données au siècle suivant en France ou dans la péninsule italienne. Quatre sections structurent l’ouvrage. L’asile devient à partir du XVIe siècle une forme juridique qui se détache peu à peu de l’Église. Les expériences d’exil ponctuent une quête de liberté et de tolérance religieuse. Les exilés accueillis ou refusés se transforment en enjeux de stratégies internationales des États européens. Enfin, le XIXe siècle donne un contenu effectif à l’asile sans que le droit d’asile soit reconnu et pratiqué de façon universelle, laissant place à des modes de surveillance et de contrôle de plus en plus affinés.
 

Gilles Bertrand est professeur d’histoire moderne à l’Université Grenoble Alpes, membre honoraire de l’IUF. Ses thèmes de prédilection sont l’histoire de Venise, les dynamiques culturelles entre la France et l’Italie et les voyages en Europe à l’époque moderne, surtout entre la fin du XVIIe et le début du XIXe siècle.

Catherine Brice est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil, membre honoraire de l’IUF et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Elle travaille sur l’Italie du XIXe siècle et plus particulièrement sur les aspects économiques de l’exil politique (séquestres, confiscations, patrimoines en temps de révolutions et de guerres).

Mario Infelise est professeur d’histoire moderne à l’Université Ca’ Foscari de Venise. Il a travaillé sur l’histoire du livre, de la censure et des réseaux d’information en Europe entre le XVe et le XVIIIe siècle.


Collection de l'École française de Rome 594
Roma: École française de Rome, 2022
552 p.
ISBN:  978-2-7283-1555-0
Prix: € 29


Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines 133-2 (2021)



Mélanges de l'École française de Rome
422 p. ill. coul.
ISBN:  9782728315475
ISSN:  1123-9891
Prix: € 50


Version en ligne OpenEdition Books

cirefice Virgile Cirefice

« L’espoir quotidien ». Culture et imaginaires socialistes en France et en Italie (1944-1949)


 En reconstituant les cultures et les imaginaires des militants socialistes français et italiens, cet ouvrage entend réfléchir aux motivations de l’adhésion idéologique et aux déterminants de l’agir politique. Mouvantes, les cultures socialistes sont ouvertes à de nombreuses influences : on peut ainsi mettre en évidence des superpositions avec les cultures catholiques, radicales ou communistes. Étudier une période brève permet en outre de travailler à l’intersection de différentes échelles – locale, nationale, internationale – et de décrire la diversité des représentations du monde qui voisinent au sein des deux partis, les rituels qui permettent de les exprimer, le rapport au temps et les pratiques politiques jugées légitimes.Il s’agit également de contribuer à l’histoire du socialisme européen au sortir de la Seconde Guerre mondiale et d’expliquer ses déchirements. « Maîtres de l’heure », selon les mots de Léon Blum, les partis socialistes d’Europe occidentale participent à la plupart des gouvernements d’union nationale qui suivent la Libération et inspirent certaines des réformes les plus emblématiques de la période. Mais, très vite, ils se trouvent englués dans la guerre froide naissante, à la recherche d’une hypothétique troisième voie qui peine à se dessiner et ils sont contraints à des choix tranchés qui provoquent, en France comme en Italie, tensions, rancœurs et scissions.

 

Virgile Cirefice est agrégé et docteur en histoire, ancien élève de l’ENS de Lyon et membre de l’École française de Rome. Il travaille sur l’histoire politique et culturelle de l’Italie et de la France contemporaines.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 396
Roma: École française de Rome, 2022
590 p., ill. n/b et coul.,
ISBN:  978-2-7283-1531-4
Prix: € 35


Version en ligne TORROSSA Version en ligne OpenEdition Books