Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 130/2 (2018)


Table des matières



Mélanges de l'École française de Rome 130/2 (2018)
268 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1390-7
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50

Mireille Cébeillac-Gervasoni, Nicolas Laubry, Fausto Zevi (dir.) 

Ricerche su Ostia e il suo territorio


Il volume raccoglie gli Atti del III Seminario ostiense, tavola rotonda internazionale ormai divenuta annuale presso l’École française de Rome, articolata, come nei seminari precedenti, in due sezioni. La prima, tematica, ha come oggetto Ostia e la riva destra del Tevere, e si apre con contributi che vanno dall’età protostorica (Bronzo recente e finale) all’età arcaica. Per il periodo romano, accanto alla presentazione di scavi recenti si segnala la ripresa delle ricerche nella Necropoli di Porto all’Isola Sacra, col riesame di alcune categorie di materiali, determinanti ai fini della cronologia, provenienti dalle esplorazioni sistematiche condotte alla fine degli anni ’80 del secolo scorso. La seconda sezione accoglie contributi di vario genere, alcuni dei quali approfondiscono aspetti del vastissimo, e ancora solo parzialmente esplorato, patrimonio epigrafico ostiense, nonché i risultati di scavi e di sondaggi stratigrafici recenti nel contesto della città, interessanti anche per chiarire meglio l’attitudine e il programma operativo degli archeologi al tempo del Grande Scavo del 1938-42.
 
Mireille Cébeillac-Gervasoni, già membro dell'École française de Rome, è stata direttrice del Centre Jean Bérard di Napoli e, successivamente, direttrice di ricerca al CNRS (UMR 8210, ANHIMA). I suoi lavori hanno riguardato in particolar modo le élites e le città dell'Italia romana, ma anche, fin dagli inizi, l'epigrafia e la storia di Ostia antica. È stata autrice, insieme a Maria Letizia Caldelli e Fausto Zevi, del volume Ostia. Cento iscrizioni in contesto (Roma, 2010), e una delle promotrici dei "Seminari Ostiensi" all'École française de Rome".
 
Già allievo dell’École normale supérieure (Parigi) e membro dell’École française de Rome, maître de conférences in storia romana all’Università di Paris-Est Créteil, Nicolas Laubry è attualmente direttore degli studi per l’Antichità presso l’École française de Rome. Tra i suoi principali interessi vi sono l’epigrafia dell’Occidente romano (Italia, Gallia) e la storia religiosa, istituzionale e sociale delle pratiche funerarie tra la fine della Repubblica e gli inizi della Tarda Antichità.

Perfezionatosi in Archeologia classica fra Roma e Atene, per quasi 25 anni Fausto Zevi ha lavorato nelle Soprintendenze archeologiche, dapprima a Ostia, poi come Soprintendente a Napoli e Pompei e a Roma; in seguito ha avuto la cattedra di archeologia nelle Università di Napoli e poi di Roma-Sapienza. Ad argomenti ostiensi è dedicata buona parte delle sue pubblicazioni su vari aspetti dell’Italia antica. È accademico dei Lincei.


Collection de l'École française de Rome 553
Roma: École française de Rome, 2018 (en ligne) ; 2019 (papier)
412 p., ill. n/b et coul
ISBN:  élec. 978-2-7283-1333-4 ; papier 978-2-7283-1332-7
Prix: € 69


Version en ligne OpenEdition Books

Couv-Caricin Grad-IV Bernard Bavant, Vujadin Ivaniševic (dir.) 

Caričin Grad. IV, Catalogue des objets des fouilles anciennes et autres études


Table des matières
Introduction


Caričin Grad est un site archéologique bien connu de Serbie, qui correspond selon toute vraisemblance à Iustiniana Prima, la ville fondée par l’empereur Justinien Ier près de son lieu de naissance. Sa durée d’existence fut très brève : des années 530 aux premières décennies du VIIe siècle. La coopération franco-serbe s’y est développée depuis 1978.
Le présent volume, consacré pour l’essentiel à des études de matériel, résulte de la reprise en 1997 de cette coopération qui avait été interrompue en 1991 par la dislocation de la Yougoslavie. La nouvelle équipe franco-serbe qui se mit alors au travail se donna pour objectifs non seulement d’achever les fouilles précédemment entreprises, mais aussi de publier le matériel antérieurement découvert et les travaux ponctuels restés inédits.
Comme la brièveté de l’occupation du site est exceptionnelle, et qu’elle fait de Caričin Grad un point d’ancrage chronologique précieux pour toute l’archéologie de l’Antiquité tardive dans les Balkans, on a dressé un catalogue complet des objets trouvés sur le site jusqu’en 1978, qu’ils soient conservés dans les musées de Leskovac ou de Belgrade, ou attestés seulement par les anciens inventaires. Ce catalogue, classé selon les fonctions des objets, constitue le premier chapitre du livre. Le chapitre II présente les résultats de la fouille de l’église double de la Ville Basse, effectuée en 1964-1965, en renouvelant la mise en phases et en offrant une documentation graphique sérieuse. Le chapitre III étudie pour la première fois un petit lot de céramiques qui fut découvert en 1975-1977 dans la partie sud de la Ville Haute et qui présente un grand intérêt, car il atteste dans ce secteur une réoccupation sporadique, probablement de nature domestique, aux Xe et XIe siècles. Enfin le chapitre IV ouvre sur les perspectives d’avenir : il s’agit de la première étude sur la provenance des marbres utilisés dans la décoration architecturale des bâtiments publics de Caričin Grad, avec recours à des analyses pétrographiques et géochimiques.

Bernard Bavant, ancien membre de l’École française de Rome et ancien chargé de recherche au CNRS (en retraite depuis 2017), s’est intéressé à l’histoire de la période protobyzantine, surtout en Syrie et dans les Balkans (formes de l’habitat, culture matérielle, rapports entre sources écrites et données archéologiques). Il a été co-directeur de la fouille de Caričin Grad de 1997 à 2018.
Vujadin Ivanišević est directeur de recherche à l’Institut archéologique de Belgrade, membre correspondant de l’Académie serbe des sciences et des arts et correspondant étranger de l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Numismate et archéologue de formation, il a travaillé sur le monnayage serbe médiéval, sur la période des Grandes Migrations et les débuts du Moyen Âge, et il porte un intérêt particulier à l’archéologie du paysage. Il dirige la fouille de Caričin Grad depuis 1999.
 


Collection de l'École française de Rome 75/4
Rome, Belgrade: École française de Rome ; Institut archéologique de Belgrade, 2019
368 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1338-9
Prix: € 65

Nicolas Lamare

Les fontaines monumentales en Afrique romaine


Table des matières
Introduction


 Les fontaines monumentales constituaient des marqueurs essentiels du paysage urbain de l’Antiquité. Dans les villes du Maghreb romain et tardo-antique, elles occupaient une place privilégiée que leur accordaient peu d’autres régions de l’empire. Cet ouvrage prend en considération les provinces romaines d’Afrique, entre Atlantique et Tripolitaine, au cours des six premiers siècles de notre ère. Les analyses et les résultats de cette recherche se fondent sur un catalogue d’édifices et un corpus épigraphique inédits.
Soulignant les enjeux passés et présents dans l’étude de l’hydraulique antique, l’enquête retrace l’histoire des explorations archéologiques en Afrique du Nord, pour s’intéresser ensuite aux relations entre terminologie et classifications typologiques modernes et dresser un tableau de l’évolution morphologique des fontaines monumentales antiques. L’analyse technique et architecturale des édifices constitue le cœur de cette étude qui prend également en compte la gestion des aménagements hydrauliques et la perception des fontaines dans le tissu urbain.
Il s’agit ici de considérer les fontaines monumentales comme des composantes de la ville et du réseau hydraulique. Cette réflexion envisage ainsi l’ensemble de la circulation et des usages de l’eau et ambitionne plus largement de penser la civilisation urbaine, les aménagements de la ville antique et ses transformations sur la longue durée.

Click here for English Abstract
 
Nicolas Lamare est docteur en archéologie de l’université Paris-Sorbonne et membre associé de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée.
Spécialiste du Maghreb antique, il a collaboré à plusieurs chantiers de fouilles en France, au Maroc, en Tunisie et en Turquie.
  
 
 


Collection de l'École française de Rome 557
Rome: École française de Rome, 2019
484 p., ill. et planches n/b
ISBN:  978-2-7283-1380-8
Prix: € 64