Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


CEF_001-7 Henri Tréziny, et alii

Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine


Table des matières
Introduction


Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine est essentiellement la publication des fouilles menées par François Villard et Georges Vallet entre 1949 et 1975. L’attention des fouilleurs s’étant focalisée sur l’agora archaïque, les niveaux récents ont été moins étudiés, à l’exception du temple hellénistique (Mégara Hyblaea 4, 1966). L’étude actuelle se fonde sur un réexamen des données d’archive ainsi que sur une relecture systématique des vestiges visibles, accompagnée de quelques nettoyages et sondages de contrôle. Le dossier stratigraphique est donc limité et la chronologie difficile à fixer dans le détail. On propose cependant des modifications importantes dans les datations relatives et absolues de nombreux monuments (temple, fortification, bains). L’essentiel des vestiges commentés dans ce livre porte sur le IIIe s. av. J.-C. et le règne de Hiéron II, mais on s’est vite rendu compte de l’importance de l’époque classique et de la réoccupation d’époque romaine, jusque là méconnues, d’où le titre plus large donné au volume.

Le livre se présente donc comme la suite du Mégara 5, mais surtout comme le préalable indispensable à une reprise de fouilles modernes sur les niveaux post-archaïques de Mégara Hyblaea.

 

Ancien élève de l’ENS Saint-Cloud et de l’EFR, directeur de recherche émérite au CNRS (Aix-Marseille Université, Centre Camille Jullian), Henri Tréziny travaille à Mégara Hyblaea depuis 1973. Il a publié en 2004 avec Michel Gras et Henri Broise le volume Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque.

 


Collection de l'École française de Rome 1/7
Roma: École française de Rome, 2018
518 p., ill. coul. et n/b
ISBN:  978-2-7283-1282-5
Prix: € 110

CLASSIQUES-Jacques François Jacques

Le privilège de liberté


Introduction


De l’époque grecque classique à l’Antiquité tardive, la cité – polis en grec, civitas en latin – constitue un système politique dominant parmi les peuples de la Méditerranée. Mais qu’advient-il de ce modèle d’organisation quand, à la fin du Ier siècle avant notre ère, Octave-Auguste fonde un empire territorial, le plus vaste ayant jamais existé ? Publié en 1984, cet ouvrage a ouvert des perspectives originales sur la question des relations entre le pouvoir impérial romain et les habitants des cités. À partir d’enquêtes documentaires minutieuses, François Jacques a démontré que l’autonomie et le dynamisme des communautés locales ne furent pas compromis par l’intervention des princes et de leurs agents. Au contraire, cette liberté, sans cesse défendue et préservée, contribua jusque tard dans le IIIe siècle à la cohésion et à l’intégration des nombreux peuples qui composaient l’imperium Romanum. Cette nouvelle édition du livre de François Jacques, épuisé depuis une dizaine d’années, est enrichie d’une préface inédite de Antony Hostein qui offre un état des recherches récentes sur les communautés civiques du monde romain.
 
François Jacques (1946-1992) était historien de l’Antiquité romaine, professeur à l’université de Lille III et auteur notamment de : Les Cités de l’Occident romain, Paris, Les Belles lettres, 1990 (rééd. 2012) et, avec John Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, tome 1, Paris, PUF, « Nouvelle Clio », 1990 (7e éd. 2010).
Antony Hostein, agrégé d’histoire, ancien Pensionnaire de la fondation Thiers, est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études. Numismate, spécialiste des cités du monde romain, il a récemment publié La cité et l’empereur, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 et co-édité avec Jérôme Mairat : Roman Provincial Coinage. Volume IX. From Trajan Decius to Uranius Antoninus (AD 249-254), Londres-Paris, BMP, BNF, 2016.


Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome, 2018
904 p.
ISBN:  978-2-7283-1326-6
Prix: € 20

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 129/2 (2017)


Varia
 
Luna SilensSul silenzio di Angerona e Tacita Muta, par Francesco Marcattili – La devotio : per un’analisi storico-religiosa della (auto)consacrazione agli dèi inferi nella religione romana, par Giorgio Ferri – Fabio Píctor y el doble de Breno, par Alberto Pérez Rubio – Ulubrae : locus in Italia, in quo nutritus est Caesar Augustus (Porph., ad Hor. Ep. I 11, 3), par Paolo Garofalo – Il monumento celebrativo della battaglia di Azio sul Palatino, par Maria Antonietta Tomei – Vicus Censori : un quartier urbain sur l’île Tibérine, par Hélène Moreau – Granai e spazi per lo stoccaggio e per il trattamento dei cereali nelle villae rusticae vesuviane, par Vincenzo Pellegrino – L’exploitation de la mer en Italie centrale tyrrhénienne (Étrurie et Latium) : production et commerce durant l’Antiquité, par Emmanuel Botte – Une capitale méconnue : la ville d’Aléria (Corse) et sa parure urbaine, par Arnaud Coutelas et Franck Allegrini-Simonetti – Le culte de Mars Auguste à Mustis et Simitthus (Tunisie), par Moheddine Chaouali – Dougga : le portique de Gallien et la fondation de la colonie (261/265), par Louis Maurin et Samir Aounallah – Les prodiges comme géographie sous Antonin le Pieux et Théodose. Sur une liste de l’Histoire Auguste (Vie d’Antonin 9, 1-5), par Romain Loriol – La Lucania tardoantica nella Tabula Peutingeriana alla luce delle fonti gromatiche, par Stefano Del Lungo. 


Mélanges de l'École française de Rome
332 p., ill. coul.
ISBN:  978-2-7283-1308-2
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50


Version en ligne journals.openedition.org

CEF553bis Mireille Cébeillac-Gervasoni, Nicolas Laubry, Fausto Zevi (dir.) 

Ricerche su Ostia e il suo territorio


Il volume raccoglie gli Atti del III Seminario ostiense, tavola rotonda internazionale ormai divenuta annuale presso l’École française de Rome, articolata, come nei seminari precedenti, in due sezioni. La prima, tematica, ha come oggetto Ostia e la riva destra del Tevere, e si apre con contributi che vanno dall’età protostorica (Bronzo recente e finale) all’età arcaica. Per il periodo romano, accanto alla presentazione di scavi recenti si segnala la ripresa delle ricerche nella Necropoli di Porto all’Isola Sacra, col riesame di alcune categorie di materiali, determinanti ai fini della cronologia, provenienti dalle esplorazioni sistematiche condotte alla fine degli anni ’80 del secolo scorso. La seconda sezione accoglie contributi di vario genere, alcuni dei quali approfondiscono aspetti del vastissimo, e ancora solo parzialmente esplorato, patrimonio epigrafico ostiense, nonché i risultati di scavi e di sondaggi stratigrafici recenti nel contesto della città, interessanti anche per chiarire meglio l’attitudine e il programma operativo degli archeologi al tempo del Grande Scavo del 1938-42.
 
Mireille Cébeillac-Gervasoni, già membro dell'École française de Rome, è stata direttrice del Centre Jean Bérard di Napoli e, successivamente, direttrice di ricerca al CNRS (UMR 8210, ANHIMA). I suoi lavori hanno riguardato in particolar modo le élites e le città dell'Italia romana, ma anche, fin dagli inizi, l'epigrafia e la storia di Ostia antica. È stata autrice, insieme a Maria Letizia Caldelli e Fausto Zevi, del volume Ostia. Cento iscrizioni in contesto (Roma, 2010), e una delle promotrici dei "Seminari Ostiensi" all'École française de Rome".
 
Già allievo dell’École normale supérieure (Parigi) e membro dell’École française de Rome, maître de conférences in storia romana all’Università di Paris-Est Créteil, Nicolas Laubry è attualmente direttore degli studi per l’Antichità presso l’École française de Rome. Tra i suoi principali interessi vi sono l’epigrafia dell’Occidente romano (Italia, Gallia) e la storia religiosa, istituzionale e sociale delle pratiche funerarie tra la fine della Repubblica e gli inizi della Tarda Antichità.

Perfezionatosi in Archeologia classica fra Roma e Atene, per quasi 25 anni Fausto Zevi ha lavorato nelle Soprintendenze archeologiche, dapprima a Ostia, poi come Soprintendente a Napoli e Pompei e a Roma; in seguito ha avuto la cattedra di archeologia nelle Università di Napoli e poi di Roma-Sapienza. Ad argomenti ostiensi è dedicata buona parte delle sue pubblicazioni su vari aspetti dell’Italia antica. È accademico dei Lincei.


Collection de l'École française de Rome 553
Roma: École française de Rome, 2018

ISBN:  élec. 978-2-7283-1333-4 ; papier 978-2-7283-1332-7
Prix: € 


Version en ligne OpenEdition Books

Claude Briand-Ponsart, Michèle Coltelloni-Trannoy

Bibliographie analytique de l'Afrique antique 45 (2011)



Bibliographie analytique de l'Afrique antique 45
Roma: École française de Rome, 2018
160 p.
ISBN:  978-2-7283-1324-2
Prix: € 25

CEF534 Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Hubert, William Van Andringa (dir.) 

Quand naissent les dieux. Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux


Table des matières
Introduction


Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est-ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.
 
 
– Sandrine Agusta-Boularot est professeur d’archéologie et d’histoire de l’art des mondes romains à l’université Paul Valéry-Montpellier 3 (UMR 5140 – Archéologie des sociétés méditerranéennes).
– Sandrine Huber est professeur d’archéologie classique à l’université de Lorraine (EA 1132 – HisCAnt-MA).
– William Van Andringa est professeur d’archéologie romaine à l’université de Lille (HALMA, UMR 8164 du CNRS) et à l’Institut universitaire de France, directeur de recherches au Helsinki Collegium for Advanced Studies.
 


Collection de l'École française de Rome 534
Roma: École française de Rome; École française d'Athènes, 2017
436 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1266-5
Prix: € 57

CEF540 Mathilde Carrive (dir.) 

Remployer, recycler, restaurer


Table des matières
Introduction


Lors des fouilles archéologiques, c’est le plus souvent sous forme fragmentaire que l’on retrouve les décors peints du monde romain. Quant aux peintures découvertes en place, il était d’usage à certaines périodes de les démanteler pour en emporter ce qu’on estimait le plus digne d’intérêt. C’est à l’histoire de ces fragments que s’intéresse cet ouvrage, en interrogeant les transformations qu’ils subissent, dans leur statut comme dans leurs fonctions. Il était en effet courant, dans l’Antiquité, de remployer les revêtements détruits comme matériau de construction, pour combler des structures, réaliser des niveaux de préparation de sol ou encore servir dans le blocage – voire dans les parements – de murs. Ils perdaient alors leur fonction décorative, qu’ils retrouvent par la suite entre les mains de l’archéologue qui tente de les reconstituer. Si la recherche a beaucoup progressé aux cours des dernières décennies sur la reconstitution et l’étude des décors qui nous sont parvenus à l’état fragmentaire, elle a néanmoins prêté peu d’attention aux fragments en eux-mêmes, devenus un temps matériaux de remploi ou simples gravats. C’est précisément cette deuxième vie, tout aussi riche d’informations que la première sur les pratiques de la société romaine, qui est éclairée dans la première partie de l’ouvrage. Le statut, esthétique et symbolique, du fragment a également évolué au cours de l’histoire : témoignage du monde antique arraché à l’œuvre de l’homme et du temps, son incomplétude peut grever l’intérêt qu’on lui porte ou au contraire lui donner un caractère d’autant plus précieux que menacé. La seconde partie s’intéresse ainsi à l’évolution du statut du fragment de décor et de son traitement aux époques moderne et contemporaine. L’ambition est ainsi de participer à une réflexion plus large sur les pratiques de construction anciennes et sur les méthodes de restauration et conservation modernes et contemporaines.

 

Ancienne membre de l’École Française de Rome, Mathilde Carrive est actuellement Maîtresse de Conférences en Histoire de l’Art et Archéologie Antiques à l’Université de Poitiers. Elle est spécialiste du décor et de l’architecture dans le monde romain.


Collection de l'École française de Rome 540
Rome: École française de Rome, 2017
142 p., 30 pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1272-6
Prix: € 23