Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


Annoville-Couverture-site web-tiis Naïma Ghermani, Caroline Michel D'Annoville (dir.) 

Image et droit. Du ius imaginis au droit à l’image


Ce livre est issu d’une série de trois colloques à l’École française de Rome qui entendait non pas revenir sur les représentations de la justice, mais s’interroger sur l’usage anthropologique des images juridiques, en partant du fondement antique jusqu’à la période récente où celui-ci est largement relu, commenté et exploité : que signifie avoir droit à l’image ? Comment les enjeux religieux fondent-ils une partie du droit des images depuis l’Antiquité jusqu’à la période moderne ? Quelle place ont les images non seulement dans la production juridique de l’époque moderne et contemporaine, mais également dans l’économie du texte juridique ? Les débats théologiques sur la licéité des images, qui occupent une place historique majeure dans cette réflexion, donnent-ils naissance à une jurisprudence particulière sur les usages ?
Cet ouvrage a ainsi pour double vocation de faire dialoguer des spécialistes européens, principalement français, allemands et anglo-saxons issus de plusieurs disciplines, en associant les sciences humaines et les sciences juridiques, et de permettre une réflexion diachronique sur ledroit des images, des images qui créent du droit, des images objets du droit ou encore des fictions juridiques qu’elles soient anciennes ou actuelles. Il permet d’esquisser les contours d’un droit des images et d’un droit aux images qui demeurent encore aujourd’hui l’objet de luttes et de conflits.

Naïma Ghermani est maîtresse de conférences à l’université de Grenoble-Alpes. Elle a publié en 2009 Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle (Presses Universitaires de Rennes). Son habilitation à diriger des recherches (HDR) intitulée « Nous pauvres exilés ». Généalogie du droit d’asile au XVIIe siècle paraîtra prochainement aux Presses universitaires de France.

Agrégée d'Histoire, ancienne membre de l'École française de Rome, Caroline Michel d'Annoville est professeure en archéologie et histoire de l'art de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, membre de l'UMR Orient et Méditerranée (UMR 8167).  Elle a coordonné, en collaboration avec Y. Rivière, la publication d'un ouvrage collectif intitulé Faire parler et faire taire les statues. De l'invention de l'écriture à l'usage de l'explosif, Rome, 2016.


Collection de l'École française de Rome 599
Roma: École française de Rome, 2022
428 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1561-1 papier - 978-2-7283-1562-8 en ligne
Prix: € 32


Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 134-1 (2022)


Mise en vente : septembre 2022.


Mélanges de l'École française de Rome 134-1 (2022)
298 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1567-3
ISSN:  0223-5102
Prix: € 


Version en ligne journals.openedition.org

CEF_598-couverture site web Cyril Courrier, et alii (dir.) 

Rome, archéologie et histoire urbaine : trente ans après l’Urbs (1987)


En 1987, paraissaient dans la Collection de l’EFR les actes d’un colloque fondateur : L’Urbs, espace urbain et histoire. Parce qu’il mit en dialogue les potentialités offertes par les progrès de la topographie historique de la ville de Rome et l’histoire urbaine de celle-ci, ce livre bouleversa nos connaissances. L’année suivante, disparaissait un éminent représentant de la topographie historique : Ferdinando Castagnoli. S’il ne put participer au colloque de 1985, F. Castagnoli avait été l’un des acteurs majeurs des renouvellements qui avaient conduit à son organisation. À trente ans d’écart, le présent livre, lui-même le fruit d’un colloque tenu à Rome en 2018, analyse l’héritage laissé par chacun, mesure le chemin parcouru et ouvre de nouvelles voies à la recherche en archéologie et en histoire urbaine sur la ville éternelle.

  

Cyril Courrier est maître de conférences en histoire romaine à l’Université d’Aix-Marseille et membre junior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur l’histoire de la plèbe de Rome et des milieux populaires dans l’Occident romain.

 

Jean-Pierre Guilhembet est professeur d’histoire romaine à Université de Paris. Vice-président de la Société Française d’Histoire Urbaine, il s’intéresse à l’histoire des villes dans l’Antiquité, notamment Rome, sous différents angles : topographie, toponymie, architecture domestique, marché immobilier.

 

Nicolas Laubry est maître de conférences en histoire ancienne à l’Université Paris-Est Créteil et directeur des études pour l’Antiquité à l’EFR. Ses travaux portent sur l’épigraphie et l’histoire des cités et des pratiques funéraires de l’Italie et de la Gaule romaines.

 

Domenico Palombi est Professore Associato di Archeologia Classica à La Sapienza, Università di Roma, dont il dirige la revue, Archeologia Classica. Ses recherches portent sur l’histoire urbaine de la Rome antique, l’urbanisme du Latium vetus, la mémoire de l’Antiquité à Rome et dans le Latium, l’histoire de l’archéologie romaine jusqu’à la période fasciste.

 


Collection de l'École française de Rome 598
Roma: École française de Rome, 2022
456 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1539-0 papier -978-2-7283-1540-6 en ligne
Prix: € 53


Version en ligne OpenEdition Books

BEFAR 387 Berrendonner-copertina-FB-per sito pubblicazioni Clara Berrendonner

Le peuple et l’argent. Administration et représentations du Trésor Public dans la Rome républicaine (509-49 av. J.-C.)


Pourquoi arrive-t-il que, dans les inscriptions latines d’époque républicaine, le mot populus soit employé pour désigner l’Aerarium ? C’est de cette question qu’est né ce livre consacré au Trésor Public romain entre le Ve siècle av. n. è. et l’époque césarienne. L’enquête porte, d’une part, sur les rouages d’un service administratif indispensable au fonctionnement de la première puissance méditerranéenne. Les relations de la cité romaine avec les publicains, les mouvements de fonds publics, les procédures institutionnelles relatives à la prise de décision financière et à sa mise en œuvre, les activités concrètes des questeurs urbains et de leurs appariteurs montrent la singularité d’une administration républicaine dont l’historiographie a souvent eu tendance à minorer l’importance. D’autre part, l’étude conduit à s’interroger sur le rôle, qu’au cours des siècles, l’idée de dépense publique légitime a joué dans la progressive structuration de la res publica, l’élaboration de la notion de biens communs et la définition de la place que le peuple devait occuper dans la cité.
 
Clara Berrendonner, ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et ancien membre de l’École française de Rome, est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR 8210-ANHIMA. Ses travaux actuels portent sur le fonctionnement institutionnel, l’administration et la gestion des finances publiques dans la Rome républicaine.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 404
Rome: École française de Rome, 2002
578 p.
ISBN:  978-2-7283-1559-8 papier - 978-2-7283-1560-4 en ligne
Prix: € 35


Version en ligne TORROSSA Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 133-2 (2021)



Mélanges de l'École française de Rome
524 p. ill. coul.
ISBN:  9782728315215
ISSN:  0223-5102
Prix: €  50


Version en ligne OpenEdition Books