Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


Annoville-Couverture-site web-tiis Naïma Ghermani, Caroline Michel D'Annoville (dir.) 

Image et droit. Du ius imaginis au droit à l’image


Ce livre est issu d’une série de trois colloques à l’École française de Rome qui entendait non pas revenir sur les représentations de la justice, mais s’interroger sur l’usage anthropologique des images juridiques, en partant du fondement antique jusqu’à la période récente où celui-ci est largement relu, commenté et exploité : que signifie avoir droit à l’image ? Comment les enjeux religieux fondent-ils une partie du droit des images depuis l’Antiquité jusqu’à la période moderne ? Quelle place ont les images non seulement dans la production juridique de l’époque moderne et contemporaine, mais également dans l’économie du texte juridique ? Les débats théologiques sur la licéité des images, qui occupent une place historique majeure dans cette réflexion, donnent-ils naissance à une jurisprudence particulière sur les usages ?
Cet ouvrage a ainsi pour double vocation de faire dialoguer des spécialistes européens, principalement français, allemands et anglo-saxons issus de plusieurs disciplines, en associant les sciences humaines et les sciences juridiques, et de permettre une réflexion diachronique sur ledroit des images, des images qui créent du droit, des images objets du droit ou encore des fictions juridiques qu’elles soient anciennes ou actuelles. Il permet d’esquisser les contours d’un droit des images et d’un droit aux images qui demeurent encore aujourd’hui l’objet de luttes et de conflits.

Naïma Ghermani est maîtresse de conférences à l’université de Grenoble-Alpes. Elle a publié en 2009 Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle (Presses Universitaires de Rennes). Son habilitation à diriger des recherches (HDR) intitulée « Nous pauvres exilés ». Généalogie du droit d’asile au XVIIe siècle paraîtra prochainement aux Presses universitaires de France.

Agrégée d'Histoire, ancienne membre de l'École française de Rome, Caroline Michel d'Annoville est professeure en archéologie et histoire de l'art de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, membre de l'UMR Orient et Méditerranée (UMR 8167).  Elle a coordonné, en collaboration avec Y. Rivière, la publication d'un ouvrage collectif intitulé Faire parler et faire taire les statues. De l'invention de l'écriture à l'usage de l'explosif, Rome, 2016.


Collection de l'École française de Rome 599
Roma: École française de Rome, 2022
428 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1561-1 papier - 978-2-7283-1562-8 en ligne
Prix: € 32


Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 134-1 (2022)


Mise en vente : septembre 2022.


Mélanges de l'École française de Rome 134-1 (2022)
298 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1567-3
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50


Version en ligne journals.openedition.org

CEF_601-Goupy-Couverture-FB-br Marie Goupy, Yann Rivière (dir.) 

De la dictature à l’état d’exception


Cet ouvrage collectif naît d’abord d’un contexte. À une époque où les crises s’enchaînent au point de paraître permanentes, les législations d’urgence et les mesures dérogatoires connaissent une expansion telle que l’exception semble devenir la règle. Pourtant, le concept même d’état d’exception ne va pas de soi et alimente, dans le champ académique, de nombreux débats. Ne masque-t-il pas, derrière le sentiment partagé de quitter un monde politique et constitutionnel stabilisé, des situations juridiques très différentes ? Ce faisant, ne nous rend-il pas, paradoxalement, impuissants à penser le monde qui vient ?
Les textes rassemblés ici proposent d’élargir ces réflexions en les réinscrivant dans une perspective historique longue. Ils présentent un vaste répertoire des formes historiques de « l’exceptionnalité », depuis l’institution romaine de la dictature jusqu’à l’état d’urgence contemporain, en tenant compte des normes et des pratiques juridico-politiques, mais aussi des concepts qui leur ont été associés.
Au fil d’un dialogue entre histoire et philosophie, l’ouvrage s’ouvre à d’autres disciplines et aux réflexions transversales qui ont accompagné ces concepts. Il interroge la manière dont des termes « dictature » ou « état d’exception » circulent et se modifient, en laissant émerger des questions récurrentes, notamment autour du rapport du droit et du politique à l’histoire et au temps.

Marie Goupy est maîtresse de conférences à l’Institut catholique de Paris et chercheuse associée au LLCP-Paris 8. Ses recherches en philosophie politique et en philosophie du droit portent sur l’état d’exception et les pouvoirs de crise du XVIIIe au XXe siècle.

Yann Rivière est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales où il enseigne l’histoire sociale, politique et juridique de la Rome antique. Il a notamment publié une Histoire du droit pénal romain de Romulus à Justinien (2021) qui a reçu le Prix Charles Aubert-Droit décerné par l’Académie des Sciences morales et politiques.


Collection de l'École française de Rome 601
Roma: École française de Rome, 2022
476 p.
ISBN:  978-2-7283-1499-7
Prix: € 32