Presentazione 
News 
Links 
Novità carrello
Prossime uscite 
Norme redazionali 
Norme per i curatori 
Catalogo carrello
Risorse online 
Distributori 
Mailing list 
Contatti 
Il mio account
 
 
Francais   English
Cart Contents  
Informativa sulla Privacy

Novità editoriali

Antichità Medioevo Epoca moderna e contemporanea Tutte le novità In corso di stampa


SD-08 Edoardo Volterra, Pierangelo Buongiorno, Alessia Terrinoni (a cura di) 

Materiali per una raccolta dei senatusconsulta (753 a.C. – 312 d.C.)


Indice
Introduzione


Lungo l’arco di mezzo secolo, e sino agli ultimi giorni di vita, Edoardo Volterra lavorò a una raccolta delle deliberazioni senatorie romane di cui vi fosse traccia nelle fonti, accumulando numerosi materiali. Di essi solo una minima parte fu adoperata per le voci Senatus consulta, apparse nel 1940 e nel 1969. L’archivio dell’École française de Rome custodisce tali preziosi materiali, e fra essi una raccolta – già allestita e ritenuta dallo studioso pronta per la stampa – dei senatus consulta noti per il periodo dal 753 a.C. al 396 a.C., come anche un repertorio di fonti schedate e impostate in ordine cronologico, sino al 312 d.C., talvolta con non trascurabili annotazioni a commento.
Dopo una consultazione con gli eredi e con altri specialisti del settore è sembrato opportuno avviare la pubblicazione di tali materiali inediti. Si tratta infatti non già di un ‘fossile’ di un percorso di studio interrottosi per la morte dell’autore, ma di un legato scientifico di alto valore, che non solo permette di  avere un quadro chiaro del tema, pur con la consapevolezza di essere di fronte a un lavoro in fieri , ma anche di comprendere il metodo di Edoardo Volterra e la percezione che lo studioso aveva delle fonti oggetto di questa sua indagine, oltre che, in molti casi, i convincimenti da lui maturati sulle singole deliberazioni o su problemi di natura generale.
 
Pierangelo Buongiorno è professore associato di diritto romano all’Università del Salento. Vincitore del Sofja-Kovalevskaja-Preis (2014), dirige attualmente il progetto PAROS alla Westfälische Wilhelms-Universität Münster.
 
Alessia Terrinoni è dottore di ricerca all’Università degli Studi Roma Tre. Attualmente insegna per contratto Storia romana alla Westfälische Wilhelms-Universität Münster, dove è inoltre Research
Fellow del progetto PAROS.
 


Sources et documents 8
Roma: École française de Rome, PAROS-Project/WWU Münster, 2018
616 p.
ISBN:  978-2-7283-1344-0
Prezzo: € 40

SD-07 Michel Humbert

La Loi des XII tables. Édition et commentaire


Cette édition s’est attachée, à partir de toutes les sources disponibles (toujours accompagnées de leur traduction), de reconstituer, au mieux le texte même des divers versets attribués aux XII Tables, à défaut, le contenu des dispositions placées sous l’autorité des décemvirs par les traditions littéraire, juridique et antiquaire. Au-delà de ce travail de reconstitution, l’effort a porté sur le commentaire de chacun des versets, pour en dégager aussi bien le sens qu’on peut leur reconnaître dans le contexte du Ve s. av. J.-C. que la place, souvent décisive, qu’ils occupèrent dans le droit privé de Rome jusqu’au règne de Justinien au milieu du VIe s. ap. J.-C., après avoir été enrichis d’abord par l’interprétation des pontifes ou veteres, puis par la science des prudentes à l’âge classique. Chaque verset, pris séparément, est considéré comme un tout ; mais l’analyse isolée a été complétée par de multiples références d’un verset à l’autre, afin de mettre en évidence les concepts caractéristiques de la pensée des décemvirs. Dans ce travail, l’apport de la recherche antérieure a été systématiquement utilisé. Notamment celui de la science allemande, philologique (Schöll), juridique (Dirksen) ou pandectiste (Puchta). L’introduction met en relief l’histoire de ce document (et ses diverses tentatives palingénétiques), ainsi que la signification politique de ce moment décisif dans la formation des institutions de Rome, dans lequel les sources antiques retrouvaient « la source de tout le droit public et privé de Rome » ou encore « un petit volume, qui, à lui seul, par le poids de son autorité et l’étendue de son utilité, dépassait tous les livres de tous les philosophes », selon le jugement prêté à Crassus par Cicéron. Plusieurs index croisés (termes et expressions utilisés par le code ; références internes aux divers versets ; sources antiques et modernes ; index matières) s’efforcent de rendre plus maniable l’utilisation de l’ouvrage.

 

Agrégé des Facultés de droit, membre de l’École française de Rome, puis Professeur aux Universités de Lille -2 et de Paris 2, dont il dirigea l’Institut de droit romain de 1982 à 2008. Auteur de : Le Remariage à Rome (Roma 1972) ; Municipium et civitas sine suffragio (Rome 1978) ; Institutions politiques et sociales de l’Antiquité (12e éd. Paris 2018) ; Antiquitatis effigies (Recueil d’études de droit public et privé romain) (Pavia 2013).


Sources et documents 7
Rome: École française de Rome, 2018
952 p.
ISBN:  978-2-7283-1348-8
Prezzo: € 60

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 130/1 (2018)


Varia
 
Le tombeau de la contrada Faraone à Locres : une documentation inédite pour l’étude des naiskoi de Grande Grèce, par Fabien Bièvre-Perrin et Myriam Fincker.
La ceramica di stile geometrico a Tarquinia, tra importazione e produzione locale: un aggiornamento, par Giovanna Bagnasco Gianni, Silvia Bruni, Vittoria Guglielmi, Letizia Bonizzoni.
Las abreviaturas de los nombres personales ibéricos en el bronce de Áscoli, par Ignacio Simon Cornago.
Nuove ricerche nel territorio di Cutrofiano (Lecce) - Puglia meridionale, par Giovanni Mastronuzzi, Valeria Melissano, Fabrizio Ghio.
The Roman rural exceptionality thesis revisited, par Jeremia Pelgrom.
Intonaci di età tardorepubblicana e augustea provenienti dagli scavi di Vigna Barberini (Palatino, Roma): una panoramica, par Barbara Maurina.
Il sepolcro del liberto Epaphroditus: una proposta di identificazione e nuovi spunti di riflessione sugli horti dell’Esquilino sud-orientale, par Francesca d’Andrea
Lo sviluppo tecnologico della produzione di olio di oliva a Volubilis e nella Mauretania Tingitana, par Leonardo Bigi 
Le chien dans la religion et dans la vie quotidienne des communautés phéniciennes et puniques de la Méditerranée occidentale, par Bruno D’Andrea 
Ius publicum dedicandi e consecrandi: il diritto di dedica dall’epoca regia all’età imperiale, par Fabio G. Cavallero.
Le « jour de l’Allia » (dies alliensis) : recherches sur l’anniversaire d’une défaite dans les calendriers romains, par Mathieu Engerbaud.


Mélanges de l'École française de Rome 130/1 (2018)
268 p., ill. coul. et n/b
ISBN:  978-2-7283-1346-4
ISSN:  0223-5102
Prezzo: € 50


Versione on line OpenEdition Books

Classiques_HUMBERT Michel Humbert

Municipium et civitas sine suffragio. L'organisation de la conquête jusqu'à la Guerre Sociale


Indice
Introduzione


Sitôt libérée de la lutte séculaire entre le patriciat et la plèbe par l’achèvement en 340 de sa constitution patricio-plébéienne, Rome démarre, à partir de 338, une conquête qui, à terme, transforma l’Italie, pour le dire avec Polybe, en une « propriété romaine ». Cet ouvrage tente d’analyser les formes juridiques et la réalité politique de la domination de l’Italie jusqu’à la Guerre Sociale, en s’attachant à une forme d’incorporation d’une originalité absolue : l’extension de la citoyenneté romaine dite « sans suffrage » et l’invention de l’institution municipale. Par la première, Rome annexe à son profit les forces militaires des cités conquises, supprime l’autonomie « externe » de la cité défaite (qui ne conserve pas sa propre citoyenneté originelle) ; mais grâce à la seconde, elle maintient en place les éléments d’une autonomie locale compatible avec les exigences d’une autorité centrale. Avec la création du municipe, Rome a donné à la civilisation occidentale l’une de ses caractéristiques les plus solides : un type de décentralisation s’accommodant avec l’affirmation d’un « État » et d’une autorité unitaires. À l’occasion de sa réédition, ce volume s’accompagne d’une préface inédite de l’auteur présentant les principales orientations de la recherche actuelle, sur un thème qui n’est pas près d’épuiser les questions encore en suspens et les tentatives pour y répondre. 
 
Michel Humbert est agrégé des Facultés de droit, ancien membre de l’École française de Rome et professeur émérite des Universités. Il a dirigé l’Institut de droit romain de l’université de Paris 2 de 1982 à 2008. Il est auteur, notamment, des ouvrages suivants : Le Remariage à Rome (Giuffrè, 1972) ; Institutions politiques et sociales de l’Antiquité (12e éd., Dalloz, 2018) ; Antiquitatis effigies. Recherches de droit public et privé romain, Pavie 2013. En 2018, l’École française de Rome fera paraître son édition de La loi des XII Tables.


Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome, 2018
520 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1356-3
Prezzo: € 20