Presentation 
Announcements 
Links 
New books carrello
Forthcoming 
Editorial rules 
Rules for editors 
Catalogue carrello
Online sources 
Distributors 
Mailing list 
Contacts 
My account
 
 
Francais   Italiano
Cart Contents  
Privacy Policy

New books

Antiquity Middle Ages Modern and contemporary age All the news Forthcoming


Copertina Pierre Martin Père Charles-Pierre Martin

Histoire du couvent royal des Minimes français de la très Sainte Trinité sur le Mont Pincius à Rome


Contents
Introduction


Œuvre de pierre perchée sur les hauteurs du Pincio à Rome, le couvent royal des Minimes français de la Trinité-des-Monts est aussi une oeuvre de papier sous la forme d’un imposant manuscrit écrit, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, par le père Charles Pierre Martin (1747-1806) et aujourd’hui conservé dans les Archives des Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette. Témoin de la tourmente révolutionnaire qui entraîna en 1798 la suppression d’un couvent trois fois séculaire, le père Martin entreprit la rédaction d’une monumentale histoire qui se voulait tout à la fois restitution du passé, témoignage de son époque, fondation d’une possible renaissance à venir.

Cette oeuvre de mémoire est construite comme un triptyque dont chaque tableau correspond à un temps de l’histoire du couvent : le temps des fondations sous l’impulsion de saint François de Paule, sous la protection des rois de France, de souverains pontifes et de grands seigneurs avec l’aide d’une multitude d’humbles donateurs ; le temps des épreuves, marqué par une interminable querelle juridictionnelle au sujet des privilèges des Minimes français sur le couvent, qui prit un tour éminemment politique du fait de la rivalité entre les monarchies catholiques et des oscillations de la position pontificale ; le temps de l’accomplissement durant lequel des frères, par leur foi et leur science, établirent la renommée du couvent.
Inspirée par une quête d’exhaustivité, cette oeuvre composite emprunte à plusieurs genres – les annales, l’hagiographie, la vie des hommes illustres, le corpus d’inscriptions lapidaires, la compilation d’archives, le recueil juridique – avec le souci de toujours mettre en avant les sources, en français et en latin.
Les spécialistes de l’histoire de l’Église, de l’histoire de l’art, de l’histoire des sciences savent combien ce manuscrit constitue une source aussi précieuse qu’inépuisable. Son édition, accompagnée d’études critiques sur la documentation mobilisée par le père Martin et d’index pour s’orienter dans le labyrinthe de l’oeuvre, met à la disposition des lecteurs un livre qui, à l’image de son objet, est un monument de foi et de science.
 
- Maria Giovanna Canzanella-Quintaluce est bibliothécaire du Centre Jean Bérard.
- Jean-François Chauvard est professeur d’histoire moderne à l’Université Lumière Lyon 2 – LARHRA.
- Benoît Schmitz est professeur agrégé d’histoire.
- Laurence Beck est agrégée de lettres classiques au Lycée Saint-Michel de Picpus (Paris).
- Sophie Conte est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
- Sebastiano Roberto est professeur d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à l’Université de Sienne.
- Antonella Romano est directrice d’études à l’EHESS.


Sources et documents 6
Roma: École française de Rome, 2018
1237 p., pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1208-5
Price: € 80

Copertina Bruno D'Andrea

Bambini nel « limbo ». Dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici


Contents
Introduction


Il volume offre una sintesi generale e un’analisi critica della documentazione disponibile (diretta e indiretta) relativa ai santuari fenici e punici chiamati tofet, esaminando le diverse proposte interpretative e cercando di prospettare nuove strade e di introdurre nuovi elementi. Dopo le prime scoperte archeologiche della seconda metà del XIX sec. e, soprattutto, dopo la scoperta del tofet di Cartagine nel 1921, questi santuari sono stati considerati il teatro di sacrifici umani, in connessione con le narrazioni di alcuni autori di lingua greco-romana e con la tradizione biblica relativa a Molek/Moloch. A queste ipotesi interpretative si sono affiancate, a partire dalla fine degli anni ’80 del secolo scorso, alcune tesi volte a negare in tutto o in parte l’ipotesi del sacrificio : esse considerano i bambini dei tofet morti per cause naturali e deposti in questi santuari per questioni iniziatico-rituali o come mezzo di comunicazione tra il fedele e la divinità. Il dibattito resta aperto: l’esame complessivo della documentazione non permette attualmente di  « uscire dal limbo », cioè di prendere una posizione definitiva sull’argomento, ma soltanto di fissare alcuni punti fermi, escludere alcune opzioni e proporre delle ipotesi.

Membro dell’École française de Rome, Bruno D’Andrea si occupa di archeologia fenicio-punica, con particolare attenzione alle questioni di carattere religioso e in particolar modo all’archeologia del rito, agli animal studies e ai cambiamenti religiosi intervenuti nel mondo fenicio e punico in età ellenistica e romana. Nel 2014 ha pubblicato I tofet del Nord Africa dall’età arcaica all’età romana: studi archeologici » (Collezione di studi fenici, 45).


Collection de l'École française de Rome 552
Roma: École française de Rome, 2018
170 p., pl. n/b
ISBN:  978-2-7283-1336-5
Price: € 27

CEF537 Julien Schoevaert

Les boutiques d’Ostie : l’économie urbaine au quotidien : Ier s. av. J.-C. Ve ap. J.-C.


Contents
Introduction


L’aménagement du port de Claude, puis la construction du port de Trajan ont profondément transformé le rôle portuaire d’Ostie. Ces mutations n’ont pas été sans conséquences sur l’économie urbaine de la ville. C’est ce qu’explore ce livre à travers une étude des boutiques et du rôle qu’elles ont joué dans les transformations économiques, sociales et urbaines d’Ostie du Ier s. av. J.-C. au Ve s. ap. J.-C. La première partie est consacrée aux spécificités architecturales des boutiques d’Ostie et à leurs évolutions qui semblent avoir été en grande partie induites par les mutations du rôle portuaire de la ville au IIe siècle et par l’essor démographique qu’elles ont suscité. La deuxième partie concerne la place occupée par les gens des boutiques et leurs activités dans l’économie d’Ostie où les métiers du port, de la mer et de la construction prédominent. À partir du milieu du IIIe siècle ap. J.-C., une recomposition de l’économie d’Ostie semble s’opérer autour d’enjeux plus locaux et régionaux. La dernière partie traite de la manière dont les boutiques ont contribué à structurer le territoire urbain. De l’artère marchande à l’arrière-cour d’immeuble, en passant par un questionnement sur l’existence de quartiers spécialisés et les stratégies de séduction des boutiquiers, il apparaît que les boutiques ont joué un rôle majeur dans l’émergence d’une nouvelle image urbaine.

Julien Schoevaert est actuellement ingénieur de recherche au laboratoire EVCAU de l‘École Nationale d‘Architecture Paris Val de Seine. Ce livre est issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2013.
 


Collection de l'École française de Rome 537
Roma: École française de Rome, 2018
310 p., ill n/b, 18 pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1294-8
Price: € 39

CEF_001-7 Henri Tréziny, et alii

Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine


Contents
Introduction


Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine est essentiellement la publication des fouilles menées par François Villard et Georges Vallet entre 1949 et 1975. L’attention des fouilleurs s’étant focalisée sur l’agora archaïque, les niveaux récents ont été moins étudiés, à l’exception du temple hellénistique (Mégara Hyblaea 4, 1966). L’étude actuelle se fonde sur un réexamen des données d’archive ainsi que sur une relecture systématique des vestiges visibles, accompagnée de quelques nettoyages et sondages de contrôle. Le dossier stratigraphique est donc limité et la chronologie difficile à fixer dans le détail. On propose cependant des modifications importantes dans les datations relatives et absolues de nombreux monuments (temple, fortification, bains). L’essentiel des vestiges commentés dans ce livre porte sur le IIIe s. av. J.-C. et le règne de Hiéron II, mais on s’est vite rendu compte de l’importance de l’époque classique et de la réoccupation d’époque romaine, jusque là méconnues, d’où le titre plus large donné au volume.

Le livre se présente donc comme la suite du Mégara 5, mais surtout comme le préalable indispensable à une reprise de fouilles modernes sur les niveaux post-archaïques de Mégara Hyblaea.

 

Ancien élève de l’ENS Saint-Cloud et de l’EFR, directeur de recherche émérite au CNRS (Aix-Marseille Université, Centre Camille Jullian), Henri Tréziny travaille à Mégara Hyblaea depuis 1973. Il a publié en 2004 avec Michel Gras et Henri Broise le volume Mégara Hyblaea 5. La ville archaïque.

 


Collection de l'École française de Rome 1/7
Roma: École française de Rome, 2018
518 p., ill. coul. et n/b
ISBN:  978-2-7283-1282-5
Price: € 110

CEF528-Chauvard-Fideicommis Jean-François Chauvard

Lier et délier la propriété. Tutelle publique et administration des fidéicommis à Venise aux derniers siècles de la République


Contents
Introduction


Les fidéicommis étaient consubstantiels aux sociétés d’Ancien Régime. En rendant les biens indisponibles et en fixant la ligne de succession, ces fondations testamentaires visaient la conservation de l’assise matérielle des familles. Au nom de la libre circulation des biens et d’une conception absolue de la propriété, ils furent au XVIIIe siècle l’objet de critiques qui débouchèrent sur des réformes dans certains États italiens. Rien de tel dans la République de Venise où le patriciat n’envisagea jamais de réformes systémiques qui risquaient de remettre en cause les équilibres politiques et sociaux. Néanmoins, dès la fin du XVe siècle, l’État vénitien légiféra à mesure que les fidéicommis entraient en contradiction avec d’autres systèmes normatifs : le recouvrement des créances et des impôts et le remboursement des dots. L’État définit également les conditions de levée de l’inaliénabilité des biens et mit en place, sous l’égide des Juges du Procurator, une procédure pour garantir le réinvestissement des capitaux assujettis à fidéicommis (emprunts publics et prêts) au prix d’un travail administratif considérable. L’exploitation des archives de cette cour de justice permet d’éclairer le rôle de l’autorité judiciaire dans la cogestion des fidéicommis et celui des ayants droit qui pouvaient se comporter en administrateurs actifs, capables de remodeler le contenu du fidéicommis sans changer sa valeur. En scrutant les modalités du passage de l’indisponible au disponible, ce livre interroge l’élasticité d’un dispositif réputé pour sa rigidité ; il démontre aussi que les fidéicommis étaient une institution totalisante dont le gouvernement était autant une affaire de famille que l'affaire de l'État.
 
Ancien directeur des études modernes et contemporaines à l’École française de Rome, Jean-François Chauvard est professeur d’histoire moderne à l’Université Lumière Lyon 2 - LARHRA. Ses travaux portent sur l’histoire des sociétés urbaines de l’Italie moderne, en particulier sur le monde vénitien.

 


Collection de l'École française de Rome 528
Roma: École française de Rome, 2018
626 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1222-1
Price: € 42

CEF201 Paolo Cammarosano (ed.) 

Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento. Relazioni al convegno di Trieste (2-5 marzo 1993)


Introduction


Nel Duecento e nel Trecento le formazioni politiche dell’Europa (regni, principati, Papato, Comuni cittadini autonomi) avevano raggiunto una piena maturità istituzionale. Ad essa si integrò una politica di celebrazione e di propaganda che attinse a tutte le forme della cultura, a loro volta oramai riccamente elaborate: dottrina politica e arti della retorica, letteratura e poesia, scrittura epistolare, immagini visive e scritture esposte, cancelleria e notariato, procedure giudiziarie. Il convegno triestino del 1993 offerse per la prima volta, coniugando storia politica e storia della cultura, un quadro di queste forme in tutta la loro complessa articolazione e in tutti i contesti istituzionali. Il riferimento speciale era all’Italia, ma i ventidue saggi, integrati dalle illuminanti pagine conclusive di Jacques Le Goff, si estendono alla dimensione europea nella quale si inserivano le vicende delle corone, dei principati e degli Stati cittadini d’Italia.
 
Paolo Cammarosano ha insegnato Storia medievale nell’Università di Trieste dal 1972 al 2014. È presidente del CERM (Centro Europeo di Ricerche Medievali). Ha scritto numerosi libri e saggi di storia medievale, tra i quali Nobili e re. L’Italia politica dell’alto medioevo, Laterza, 1998.  


Collection de l'École française de Rome 201
Roma: École française de Rome, 1994, réimpr. 2018
562 p., 8 pl.
ISBN:  2-7283-0322-3
Price: € 40


On line version TORROSSA

Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge 129/2 (2017)


Les princesses angevines. Femmes, identité et patrimoine dynastiques (Anjou, Hongrie, Italie méridionale, Provence, XIIIe-XVe siècle)
Coordonné par Marie-Madeleine de Cevins, avec la collaboration de Gergely Kiss et Jean-Michel Matz
Propos introductif, par Marie-Madeleine de Cevins, Gergely Kiss et Jean-Michel Matz ; Celle par qui tout advint : Béatrice de Provence, comtesse de Provence, de Forcalquier et d’Anjou, reine de Sicile (1245-1267), par Thierry Pécout ; Conventus iste fundatricis reginae tumulo non parum illustratur. Il sepolcro di Eleonora d’Angiò nella chiesa di San Francesco a Catania, par Paola Vitolo ; Sancia par la grâce de Dieu reine de Jérusalem et de Sicile, par Jean-Paul Boyer ; La reine Marguerite d’Anjou-Duras et la construction d’une mémoire familiale, par Luciana Mocciola ; Les filles des rois arpadiens de Hongrie comme instruments d’une politique dynastique, par Attila Zsoldos ; De Luxembourg à Oradea. Histoire de la reine Béatrice de Hongrie, par Renáta Skorka ; Les églises réginales dans la Hongrie angevine, par Gergely Kiss ; Princesse au pouvoir, femme de pouvoir ? L’action politique de Marie de Blois d’après le Journal du chancelier Jean Le Fèvre (1383-1388), par Jean-Michel Matz ; Titres et insignes du pouvoir des duchesses de la seconde Maison d’Anjou. Une approche diplomatique, sigillaire et emblématique de la puissance féminine à la fin du Moyen Âge, par Marion Chaigne-Legouy
 
Varia
Metalworking in the ‘Post-Classical’ phases of Roman Villas in Italy (5th-7th centuries AD), par Angelo Castrorao Barba ; La società cornetana prima e dopo il Mille, par Antonio Berardozzi ; Alle origini dell’Aureum Saeculum desideriano : Montecassino tra i secoli X-XI, par Amalia Galdi 
 
Atelier doctoral : « Circulations, connexions et dynamiques sociales : la Méditerranée centrale et occidentale entre mondes chrétiens et islamiques (VIIe-XVe siècles) »
Introduction, par Lucia Arcifa et Annliese Nef ; Un caso di translatio martiriale da al-Andalus a Roma ? Alcune considerazioni sugli scambi di doni tra Ottoni, Bisanzio e Cordova, par Aimone Grossato ; Navires et marchandises islamiques en Méditerranée occidentale durant le haut Moyen Âge. Des épaves comme témoignages des échanges commerciaux entre domaines chrétiens et musulmans (IXe-Xe siècle), par Catherine Richarté-Manfredi ; Trasmissioni mediterranee : la ceramica come fonte di studio per i repertori figurativi di alcuni soffitti dipinti della Corona d’Aragona, par Maria del Mar Valls Fusté ; Le maestranze saracene a Lucera (FG) nel XIII secolo. Spunti di ricerca sull’impiego dell’edilizia in laterizio in Puglia centro settentrionale e nel Meridione normanno-svevo, par Nunzia Mangialardi 
 
Regards croisés
Conoscenza reciproca delle opere letterarie e scientifiche tra Occidente, Bisanzio e il mondo arabo nell’alto Medioevo, par Paolo Cammarosano 


Mélanges de l'École française de Rome
290 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1312-9
ISSN:  1123-9883
Price: € 50


On line version TORROSSA On line version journals.openedition.org

COUVERTURE--1 Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Mathieu Grenet, Jörg Ulbert (ed.) 

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)


Les vingt-huit études rassemblées ici s’intéressent aux multiples rôles joués par les consuls et l’institution consulaire auprès des marchands actifs dans l’espace méditerranéen du XVIIe au XXe siècle. Ce livre offre tout d’abord une présentation et une analyse des fonds et des sources disponibles pour mener à bien cette enquête historique, depuis les abondantes correspondances jusqu’aux manuels consulaires. Il met également à l’épreuve des pratiques et des usages les prérogatives juridictionnelles des consuls concernant le règlement des contentieux marchands et la certification des transactions et des contrats dans l’Empire ottoman comme en Europe occidentale. L’ouvrage propose ensuite d’observer la variété des contextes d’exercice des consuls et les stratégies commerciales différenciées de leurs autorités de tutelle, de la République de Gênes à la Suède, en passant par le Royaume-Uni, les États-Unis d’Amérique, la République des Sept-Îles ou le Royaume de France. Plusieurs études soulignent enfin les marges de manœuvre politiques, diplomatiques et économiques de consuls qui évoluent dans des relations de pouvoir et des réseaux d’affaires aux contours mouvants. En posant de la sorte la question de l'utilité commerciale des consuls, ces différents chapitres invitent à jeter un regard nouveau sur l’histoire de la fonction consulaire et sur les mécanismes de régulation politiques et institutionnels du commerce international aux époques moderne et contemporaine.
Cet ouvrage a été publié avec le concours du GIS Histoire et Science de la Mer.
 
Agrégé d’histoire et ancien membre de la Casa de Velázquez, Arnaud Bartolomei est actuellement  maître de conférences en histoire moderne et contemporaine à l’Université Côté d’Azur et membre du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine. Ses recherches portent sur les pratiques et les institutions du commerce à distance dans les espaces européens, atlantiques et méditerranéens au XVIIIe et au XIXe siècle.
 
Guillaume Calafat est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine). Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé d’histoire, ancien membre de l’École Française de Rome, ses recherches portent sur les échanges marchands et maritimes et leurs régulations dans la Méditerranée de  l’époque moderne.
 
Docteur en histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence, Mathieu Grenet est maître de conférences en histoire moderne à l’INU Champollion d’Albi, chercheur au sein de l’UMR 5136 FRAMESPA et membre du projet ERC « Mediterranean reconfigurations ». Il s’intéresse en particulier aux mobilités internationales, aux contacts interculturels et aux constructions identitaires à l’époque moderne.
 
Jörg Ulbert est maître de conférences en allemand à l’Université de Bretagne Sud. Ses recherches portent sur l’histoire des services consulaires français aux XVIIe et XVIIIe siècles ainsi que sur les rapports franco-allemands à l’époque moderne.
 


Collection de l'École française de Rome 535
Roma-Madrid: École française de Rome, Casa de Velazquez, 2017 (version en ligne), 2018 (version papier)
570 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1260-3
Price: € 39


On line version TORROSSA On line version OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines 129/2 (2017)


Propriété et politique : exil, séquestres, confiscations dans l’Italie du XIXe siècle / Proprietà e politica : esilio, sequestri e confische nel lungo Ottocento italiano
sous la direction de Catherine Brice
Politique et propriété. Confiscation et séquestre des biens des exilés politiques au XIXe siècle : les bases d’un projet, par Catherine Brice. – Aspetti legislativi  Brevi note sulla publicatio bonorum fra diritto comune e codificazioni moderne : verso l’abolizione o un « eterno ritorno » ?, par Roberto Isotton ; La confisca nel regno di Napoli : primi spunti ricostruttivi, par Marzia Lucchesi ; Confische e sequestri contro i nemici interni dello Stato borbonico durante l’ultima fase del regno di Ferdinando II (1848-1859), par Francesco Mastroberti  – Case studies  Lotte politiche e patrimoni familiari : la sopravvivenza nella diaspora degli esuli meridionali, par Renata De Lorenzo ; I patrimoni degli emigrati politici e le pratiche repressive dei Borbone. 1848-1860, par Laura Guidi ; Sequestro e confisca nella reazione borbonica al 1848 : la vicenda di Eugenio de Riso, par Francesca de Rosaet Ludovico Maremonti  – Lombardo Veneto  La confisca nel Lombardo-Veneto tra normativa e prassi giudiziaria Il caso della congiura bresciano-milanese del 1814, par Emanuela Fugazza ; « Dare un ordine alle mie cose » : esuli e deportati lombardi tra perdita materiale e difesa del patrimonio (1821-1848), par Arianna Arisi Rota ; « Umiliare il ricco refrattario, proteggere il cittadino fedele » : i sequestri austriaci a Venezia tra leggenda nera e prassi burocratica, par Pietro Giovanni Trincanato ; « Per li nemici del popolo, li controrivoluzionari, li ribelli alle autorità » : le confische nella Venezia democratica (1797), par Giacomo Girardi ; « Un colpo di scopa su tutte le classi di emigrati » : esuli e sequestri nelle provincie austriache di Pavia, Lodi e Crema, Cremona e Mantova (1853-1854), par Michele Cattane ; « Signori, conviene partire, partire assolutamente » : La deportazione politica in America dei patrioti italiani dal porto di Trieste (1835-1837) : aspetti materiali e organizzativi, par Tullia Catalan.  – Piemonte  La questione dei sequestri austriaci del 1853 : echi e reazioni nel regno sardo, par Ester De Fort ; I sequestri piemontesi del 1821 e il principe Emanuele Dal Pozzo della Cisterna, par Silvia Cavicchioli – Stati Pontifici : Roma  « L’affaire » de la Mano Regia de Carlo Armellini (1849-1851), par Catherine Brice
 
Varia
Evangelismo ed eterodossia nella diplomazia franco-turca di Francesco I, par Guillaume Alonge – La conjura mesinesa de Giuseppe Marchese a través de los « Avisos de Levante » (1678-1683), par María del Pilar Mesa Coronado
 


Mélanges de l'École française de Rome
238 p.
ISBN:  978-2-7283-1314-3
ISSN:  1123-9891
Price: € 50


On line version TORROSSA On line version journals.openedition.org

CLASSIQUES-Jacques François Jacques

Le privilège de liberté


Introduction


De l’époque grecque classique à l’Antiquité tardive, la cité – polis en grec, civitas en latin – constitue un système politique dominant parmi les peuples de la Méditerranée. Mais qu’advient-il de ce modèle d’organisation quand, à la fin du Ier siècle avant notre ère, Octave-Auguste fonde un empire territorial, le plus vaste ayant jamais existé ? Publié en 1984, cet ouvrage a ouvert des perspectives originales sur la question des relations entre le pouvoir impérial romain et les habitants des cités. À partir d’enquêtes documentaires minutieuses, François Jacques a démontré que l’autonomie et le dynamisme des communautés locales ne furent pas compromis par l’intervention des princes et de leurs agents. Au contraire, cette liberté, sans cesse défendue et préservée, contribua jusque tard dans le IIIe siècle à la cohésion et à l’intégration des nombreux peuples qui composaient l’imperium Romanum. Cette nouvelle édition du livre de François Jacques, épuisé depuis une dizaine d’années, est enrichie d’une préface inédite de Antony Hostein qui offre un état des recherches récentes sur les communautés civiques du monde romain.
 
François Jacques (1946-1992) était historien de l’Antiquité romaine, professeur à l’université de Lille III et auteur notamment de : Les Cités de l’Occident romain, Paris, Les Belles lettres, 1990 (rééd. 2012) et, avec John Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, tome 1, Paris, PUF, « Nouvelle Clio », 1990 (7e éd. 2010).
Antony Hostein, agrégé d’histoire, ancien Pensionnaire de la fondation Thiers, est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études. Numismate, spécialiste des cités du monde romain, il a récemment publié La cité et l’empereur, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 et co-édité avec Jérôme Mairat : Roman Provincial Coinage. Volume IX. From Trajan Decius to Uranius Antoninus (AD 249-254), Londres-Paris, BMP, BNF, 2016.


Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome, 2018
904 p.
ISBN:  978-2-7283-1326-6
Price: € 20

CEF533 Sulamith Brodbeck, Manuela De Giorgi, Marina Falla Castelfranchi, Catherine Jolivet-Lévy, Marie Patricia Raynaud (ed.) 

San Filippo di Fragalà. Monastero greco della Sicilia normanna – San Filippo de Fragalà. Monastère grec de la Sicile normande


Contents
Introduction


Arroccato sui Nebrodi, il monastero di S. Filippo di Fragalà, nel Val Demone, fondato alla fine dell’XI secolo, va annoverato tra le più importanti fondazioni monastiche italo-greche del Mezzogiorno normanno: tra i documenti originari si conservano l’atto di fondazione di Ruggero I e le tre redazioni del testamento-typikon dell’egumeno Gregorio. Il volume, connotato da un approccio multidisciplinare, presenta la storia della fondazione, il contesto architettonico e uno studio dettagliato della vasta decorazione che comprende, in particolare, un ciclo agiografico inedito del santo titolare, Filippo di Agira, figura chiave del monachesimo italo-greco. La ricerca intende definire il ruolo del monastero nel contesto dei secoli XI e XII da una parte e, dall’altra, aprire uno sguardo nuovo sulle relazioni artistiche, cultuali e culturali tra la Sicilia, il mondo bizantino e l’Occidente all’inizio della dominazione normanna sull’isola.
Le monastère S. Filippo de Fragalà, situé dans le Val Demone (province de Messine) sur les pentes des Monts Nebrodi, est l’un des plus importants établissements cénobitiques siculo-grecs du Mezzogiorno normand à la fin du XIe siècle. Outre les trois rédactions successives du typikon-testament de l’higoumène Grégoire et la charte de fondation de Roger Ier, subsistent une partie des bâtiments monastiques et l’église principale, de dimensions impressionnantes, décorée de peintures. Cet ouvrage pluridisciplinaire présente l’histoire de la fondation, l’analyse de son architecture et l’étude détaillée de son vaste décor peint qui comprend en particulier un cycle hagiographique inédit du saint titulaire, Philippe d’Agira, figure clé du monachisme italo-grec. Il a pour ambition de définir la place du monastère dans le contexte des XIe et XIIe siècles, et d’apporter un éclairage neuf sur les relations artistiques, cultuelles et culturelles entre la Sicile, le monde byzantin et l’Occident plus septentrional au début de la domination normande de l’île.
 
Le volume est en vente sur le site Adda Editore.
 


Collection de l'École française de Rome 533
Roma-Bari: École française de Rome; Mario Adda Editore, 2018

ISBN:  978-2-7283-1292-4
Price: € 

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 129/2 (2017)


Varia
 
Luna SilensSul silenzio di Angerona e Tacita Muta, par Francesco Marcattili – La devotio : per un’analisi storico-religiosa della (auto)consacrazione agli dèi inferi nella religione romana, par Giorgio Ferri – Fabio Píctor y el doble de Breno, par Alberto Pérez Rubio – Ulubrae : locus in Italia, in quo nutritus est Caesar Augustus (Porph., ad Hor. Ep. I 11, 3), par Paolo Garofalo – Il monumento celebrativo della battaglia di Azio sul Palatino, par Maria Antonietta Tomei – Vicus Censori : un quartier urbain sur l’île Tibérine, par Hélène Moreau – Granai e spazi per lo stoccaggio e per il trattamento dei cereali nelle villae rusticae vesuviane, par Vincenzo Pellegrino – L’exploitation de la mer en Italie centrale tyrrhénienne (Étrurie et Latium) : production et commerce durant l’Antiquité, par Emmanuel Botte – Une capitale méconnue : la ville d’Aléria (Corse) et sa parure urbaine, par Arnaud Coutelas et Franck Allegrini-Simonetti – Le culte de Mars Auguste à Mustis et Simitthus (Tunisie), par Moheddine Chaouali – Dougga : le portique de Gallien et la fondation de la colonie (261/265), par Louis Maurin et Samir Aounallah – Les prodiges comme géographie sous Antonin le Pieux et Théodose. Sur une liste de l’Histoire Auguste (Vie d’Antonin 9, 1-5), par Romain Loriol – La Lucania tardoantica nella Tabula Peutingeriana alla luce delle fonti gromatiche, par Stefano Del Lungo. 


Mélanges de l'École française de Rome
332 p., ill. coul.
ISBN:  978-2-7283-1308-2
ISSN:  0223-5102
Price: € 50


On line version TORROSSA On line version journals.openedition.org

BEFAR378 Arnaud Fossier

Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle)


Contents
Introduction


Ce livre est le résultat d’une enquête menée sur les archives les plus anciennes d’une institution originale et mal connue : la Pénitencerie apostolique. Né au tout début du XIIIe siècle dans le giron d’une papauté exerçant son pouvoir sur tout l’Occident latin, ce nouvel office fut d’abord chargé d’entendre en confession les pèlerins qui se rendaient à Rome pour demander l’absolution de leurs péchés. Puis il se vit mandaté pour répondre aux suppliques qui, chaque jour, étaient adressées au souverain pontife. L’enquête s’appuie donc sur les « formulaires » voués à recueillir, réordonner et abréger les milliers de lettres que la Pénitencerie expédiait en réponse aux suppliants. Véritables répertoires d’exemples, dans lesquels la forme et la norme étaient indissociables, ces manuels reflètent tous les cas de figure auxquels pouvait être confrontée la Pénitencerie : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, faux et usage de faux, moines ayant fui leurs couvents, etc. À tous ces suppliants, le tribunal du pape avait la charge d’octroyer des dispenses, des licences ou des absolutions, parfois dans le secret du « for de la confession ». Situé au croisement d’une histoire des pratiques de l’écrit et de l’avènement des bureaucraties, du gouvernement pastoral et de la souveraineté pontificale, de la confession auriculaire et de l’espace public, ce livre entend dépasser le cadre classique de la monographie institutionnelle. 

 

Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 378
Rome: École française de Rome, 2018
648 p.
ISBN:  978-2-7283-1286-3
Price: € 39


On line version TORROSSA

CEF553 Mireille Cébeillac-Gervasoni, Nicolas Laubry, Fausto Zevi (ed.) 

Ricerche su Ostia e il suo territorio


Il volume raccoglie gli Atti del III Seminario ostiense, tavola rotonda internazionale ormai divenuta annuale presso l’École française de Rome, articolata, come nei seminari precedenti, in due sezioni. La prima, tematica, ha come oggetto Ostia e la riva destra del Tevere, e si apre con contributi che vanno dall’età protostorica (Bronzo recente e finale) all’età arcaica. Per il periodo romano, accanto alla presentazione di scavi recenti si segnala la ripresa delle ricerche nella Necropoli di Porto all’Isola Sacra, col riesame di alcune categorie di materiali, determinanti ai fini della cronologia, provenienti dalle esplorazioni sistematiche condotte alla fine degli anni ’80 del secolo scorso. La seconda sezione accoglie contributi di vario genere, alcuni dei quali approfondiscono aspetti del vastissimo, e ancora solo parzialmente esplorato, patrimonio epigrafico ostiense, nonché i risultati di scavi e di sondaggi stratigrafici recenti nel contesto della città, interessanti anche per chiarire meglio l’attitudine e il programma operativo degli archeologi al tempo del Grande Scavo del 1938-42.
 
 
 
Mireille Cébeillac-Gervasoni, già membro dell'École française de Rome, è stata direttrice del Centre Jean Bérard di Napoli e, successivamente, direttrice di ricerca al CNRS (UMR 8210, ANHIMA). I suoi lavori hanno riguardato in particolar modo le élites e le città dell'Italia romana, ma anche, fin dagli inizi, l'epigrafia e la storia di Ostia antica. È stata autrice, insieme a Maria Letizia Caldelli e Fausto Zevi, del volume Ostia. Cento iscrizioni in contesto (Roma, 2010), e una delle promotrici dei "Seminari Ostiensi" all'École française de Rome".

Già allievo dell’École normale supérieure (Parigi) e membro dell’École française de Rome, maître de conférences in storia romana all’Università di Paris-Est Créteil, Nicolas Laubry è attualmente direttore degli studi per l’Antichità presso l’École française de Rome. Tra i suoi principali interessi vi sono l’epigrafia dell’Occidente romano (Italia, Gallia) e la storia religiosa, istituzionale e sociale delle pratiche funerarie tra la fine della Repubblica e gli inizi della Tarda Antichità.

Perfezionatosi in Archeologia classica fra Roma e Atene, per quasi 25 anni Fausto Zevi ha lavorato nelle Soprintendenze archeologiche, dapprima a Ostia, poi come Soprintendente a Napoli e Pompei e a Roma; in seguito ha avuto la cattedra di archeologia nelle Università di Napoli e poi di Roma-Sapienza. Ad argomenti ostiensi è dedicata buona parte delle sue pubblicazioni su vari aspetti dell’Italia antica. È accademico dei Lincei.


Collection de l'École française de Rome 553
Roma: École française de Rome, 2018

ISBN:  élec. 978-2-7283-1333-4 ; papier 978-2-7283-1332-7
Price: € 


On line version OpenEdition Books

CEF536 Étienne Anheim, Massimo Miglio, Catherine Virlouvet (ed.) 

Jacques Le Goff. L’Italia e la storia – Jacques Le Goff. L’Italie et l’histoire


Contents
Introduction


Réalisé en partenariat avec l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, ce livre, plus encore qu’un hommage à un immense savant, l’un des grands esprits de notre temps, est un essai collectif sur l’utilité scientifique et sociale de l’histoire à travers deux préoccupations majeures de Jacques Le Goff, le rôle de l’historien dans la compréhension du monde contemporain et le dialogue ininterrompu entre les chercheurs de toute l’Europe – plus particulièrement, l’importance des échanges scientifiques entre la France et l’Italie. Il propose un parcours thématique à travers l’histoire et l’historiographie de Jacques Le Goff, entre France et Italie, faisant dialoguer des chercheurs français et italiens, mais aussi des historiens et d’autres témoins du travail de Le Goff, en particulier des éditeurs. À travers la figure à la fois impressionnante et attachante de Jacques Le Goff, il s’agit donc aussi dans ce livre de s’interroger sur cette relation entre France et Italie, unique au monde du point de vue historiographique : c’est aussi un part de son héritage, un héritage partagé.
 
 
Étienne Anheim est directeur d'études à l'EHESS (Paris) et directeur des Annales. Histoire, sciences sociales.
Massimo Miglio est président de l’Istituto storico italiano per il Medio Evo.
Catherine Virlouvet est directrice de l'École française de Rome.


Collection de l'École française de Rome 536
Roma: École française de Rome; Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 2018
224 p.
ISBN:  978-2-7283-1276-4
Price: € 25


On line version TORROSSA

LM_02 Tommaso di Carpegna Falconieri

L'homme qui se prenait pour le roi de France


Giannino di Guccio, marchand de Sienne du XIVe siècle, est persuadé d’être l’héritier du royaume de France. Sous le nom de Jean Ier, il consacre sa vie à récupérer son trône. Une véritable enquête historique et une incroyable aventure picaresque.

« Nous sommes en septembre 1354, Giannino devient le roi Jean, imposteur sincère et mythomane convaincant qui “fabrique la vérité pour la prouver”. Car entre ces deux images, celle d’une vie qui bascule et celle d’une vie qui s’écrit, que se passe-t‑il ? Une histoire de fausse barbe, de trésors cachés et de berceaux échangés, où l’on visite les prisons d’Aix, Marseille et Naples, où l’on s’interroge sur une couronne en or et un sceau presque authentique, une histoire faite de mille intrigues enchevêtrées, de rumeurs, de calculs et de naïvetés, mais aussi de tricheries et de manipulations, ainsi que d’une bonne quantité de ruses et de maladresses, le tout nous menant jusqu’en Hongrie. On laissera au lecteur le plaisir de démêler le vrai du faux. » – Patrick Boucheron

Le volume est en vente sur le site www.tallandier.com
 
Tommaso di Carpegna Falconieri est professeur d'histoire médiévale à l'université d'Urbino. Il est l'auteur de Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge (2015).
 
Préface de Patrick Boucheron – Traduit de l'italien par Colette Collomp
 
 


Lectures méditerranéennes 2
Rome-Paris-Madrid: École française de Rome; Tallandier; Casa de Velázquez, 2018
288 p.
ISBN:  979-10-210-3125-8
Price: € 

Claude Briand-Ponsart, Michèle Coltelloni-Trannoy

Bibliographie analytique de l'Afrique antique 45 (2011)



Bibliographie analytique de l'Afrique antique 45
Roma: École française de Rome, 2018
160 p.
ISBN:  978-2-7283-1324-2
Price: € 25

Olivier Poncet

Mazarin l’Italien


De Jules Mazarin (1602-1661), ses contemporains ont tout dit, sur le ton de l’emphase et de l’admiration aussi bien que sur le mode de la détestation et de la moquerie. Aujourd'hui, les historiens veulent en retenir la figure de l’homme d’État, les prouesses du politique, la patience du diplomate, la générosité du mécène et le goût du collectionneur. Pourtant, le personnage déroute dès qu’on le ramène sur les terres qui l’ont vu naître. Audacieux ou défait dans la négociation, pressé et déraisonnable dans l’action, gauche et passionné dans l’expression, Mazarin, dans ses rapports avec Rome et avec l’Italie, n’est pas toujours celui que l’on attend.

Questionner les liens de Mazarin avec l’Italie du Seicento permet en fait de mieux comprendre l’homme : ils nuancent l’action du ministre, ils précisent les espoirs du mécène, ils expliquent la discrétion du chrétien. Son ministériat constitue aussi le champ du cygne, à l’âge moderne, de l’intense dialogue politique et artistique entretenu par la France et les Français avec l'Italie depuis la fin du Moyen Âge. Contempler le visage de Mazarin renvoyé par le miroir italien, c’est enfin revisiter les notions d’identité et de patrie dans l’Europe du XVIIe siècle, en des termes qui peuvent donner à réfléchir à notre temps.

 

Le volume est en vente sur le site : www.tallandier.com


Olivier Poncet, ancien membre de l’École française de Rome, est professeur à l’École nationale des chartes où il enseigne l’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne. Ses recherches portent en particulier sur la monarchie française et la papauté, et sur la place de l’écrit en Occident entre XVIe et XVIIIe siècles. Il est l’auteur, entre autres, de La France et le pouvoir pontifical, 1595-1661. L’esprit des institutions (Rome, 2011).

 


Lectures méditerranéennes 1
Rome-Paris-Madrid: École française de Rome; Tallandier ; Casa de Velázquez, 2018
288 p., pl. coul.
ISBN:  979-10-210-2437-3
Price: € 

CEF534 Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Hubert, William Van Andringa (ed.) 

Quand naissent les dieux. Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux


Contents
Introduction


Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est-ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.
 
 
– Sandrine Agusta-Boularot est professeur d’archéologie et d’histoire de l’art des mondes romains à l’université Paul Valéry-Montpellier 3 (UMR 5140 – Archéologie des sociétés méditerranéennes).
– Sandrine Huber est professeur d’archéologie classique à l’université de Lorraine (EA 1132 – HisCAnt-MA).
– William Van Andringa est professeur d’archéologie romaine à l’université de Lille (HALMA, UMR 8164 du CNRS) et à l’Institut universitaire de France, directeur de recherches au Helsinki Collegium for Advanced Studies.
 


Collection de l'École française de Rome 534
Roma: École française de Rome; École française d'Athènes, 2017
436 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1266-5
Price: € 57


On line version TORROSSA

CEF530 François Jankowiak, Laura Pettinaroli (ed.) 

Les cardinaux entre Cour et Curie. Une élite romaine, 1775-2015


Contents
Introduction


 

Les cardinaux sont connus du grand public comme des figures prestigieuses des Églises et des sociétés locales. Ils suscitent aussi l’intérêt des médias internationaux par leur rôle, majeur mais toujours mystérieux, dans l’élection du pape. Pourtant, la nature de leur charge et la réalité de leurs fonctions demeurent largement dans l’ombre. Les membres du Sacré Collège composent une élite qui ne ressemble à aucune autre : aristocratique au sens du choix des « meilleurs », et cependant non héréditaire, à fort ancrage local mais aussi très internationalisée, placée à partir des Lumières et de la Révolution face au défi de s’adapter à la modernité.

Cet ouvrage est centré sur les aspects spécifiquement romains de l’activité multiforme des « porporati ». Ceux-ci sont saisis à la fois en tant que corps constitué, sede plena (consistoire) et sede vacante (conclave), qu’individuellement, comme responsables de dicastères de la Curie, acteurs majeurs de la diplomatie vaticane, mais aussi protecteurs de congrégations religieuses, dignitaires de la Cour pontificale et détenteurs d’un « titre » cardinalice symbolisant leur ancrage dans la Ville.

Les vingt-cinq contributions réunies dans ce volume, accompagnées d’une bibliographie et de plusieurs index, sont le fruit d’un programme de recherches interdisciplinaires qui a rassemblé une équipe internationale d’historiens et d’historiens du droit, et qui a été conduit par l’École française de Rome, l’Institut catholique de Paris et l’Université Paris-Sud.

 

Ancien membre de l’École française de Rome, agrégé des Facultés de Droit, François Jankowiak est professeur d’histoire du droit et des institutions à l’Université Paris-Sud (Paris-Saclay) où il dirige le laboratoire « Droit et Sociétés religieuses » (DSR – EA 1611).

 

Ancienne élève de l’École normale supérieure (Lyon) et de l’École française de Rome, agrégée d’histoire, Laura Pettinaroli, est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut catholique de Paris et membre de l’unité de recherche « Religion, culture et société » EA 7403.

 


Collection de l'École française de Rome 530
Roma: École française de Rome, 2017
482 p.
ISBN:  978-2-7283-1230-6
Price: € 27


On line version TORROSSA

CEF543 Otchakovski François Otchakovsky-Laurens

La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385)


Contents
Introduction


La commune marseillaise au XIVe siècle est marquée par la domination angevine de Naples, qui n’étouffe cependant pas la vitalité politique urbaine, dont témoigne la dimension scripturale de l’administration municipale. Le gouvernement quotidien a en effet produit une abondante documentation jusqu’ici peu étudiée pour elle-même : les délibérations du conseil de ville, qui permettent de retracer les jeux de pouvoir traversant la cité portuaire.

Les années 1348-1385 sont marquées à Marseille par une situation de crise prolongée, notamment par la durable déstabilisation du pouvoir souverain. Dans ce contexte, l’assemblée municipale s’affirme comme le lieu du gouvernement de la ville. Alors que s’effacent les officiers royaux, le conseil de ville s’approprie une part grandissante d’autonomie et consolide le statut marseillais d’exception dans le comté de Provence.

Au cours des pratiques de l’assemblée – délibérations, serments, désignation de citoyens chargés de mettre en œuvre les ordonnances adoptées – de nombreux habitants participent à l’activité de l’assemblée urbaine, sous la direction d’une élite municipale qui s’entoure de notaires et de praticiens du droit. La légitimité communale s’appuie sur les outils scripturaux, depuis les statuts de la ville jusqu’aux écrits les plus quotidiens, dont la circulation définit un régime de normativité spécifique. L’enregistrement des séances s’avère l’instrument décisif de la construction de l’autorité par l’écrit : autour des registres délibératifs gravitent les multiples pièces administratives et juridiques qui assurent l’institutionnalisation et l’autonomie du gouvernement de la ville.

 

Professeur agrégé en lycée international à Marseille, François Otchakovsky-Laurens est docteur en histoire médiévale et chercheur associé au laboratoire TELEMME (UMR 7303, Université d'Aix-Marseille et CNRS). Ses travaux portent sur l'écrit de gouvernement, la normativité juridique, la vie politique et les pratiques de délibération urbaines à la fin du Moyen Âge.


Collection de l'École française de Rome 543
Roma: École française de Rome, 2018
521 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1252-8
Price: € 36


On line version TORROSSA

BEFAR377 Cogné Albane

Les propriétés urbaines du patriciat (Milan, XVIIe-XVIIIe siècle)


Contents
Introduction


Par le prisme des propriétés urbaines, l’ouvrage offre un nouveau point de vue sur le patriciat milanais, souvent présenté de manière monolithique comme l’élite sociale du duché. La consistance des patrimoines et les choix résidentiels démontrent en effet l’hétérogénéité du groupe social et reflètent le niveau de richesse des familles, leur implication institutionnelle et leurs origines sociales. La recherche associe la réalisation d’un système d’information géographique fondé sur le cadastre thérésien à la documentation issue des fonds familiaux qui informe sur la constitution des patrimoines urbains et leur place dans l’économie familiale (nature et valeur des investissements réalisés, pratiques de gestion et de transmission des biens). La double nature de l’immobilier (résidence et biens locatifs) le fait obéir à des logiques variées qui ne sont pas seulement représentatives et économiques mais qui relèvent aussi d’enjeux sociaux et politiques. C’est finalement le rôle du patriciat dans la fabrique de la ville qui est envisagé et qui connaît des évolutions dans la seconde moitié du XVIIIsiècle lorsque les souverains habsbourgeois cherchent à mieux contrôler l’urbanisme et que les nouvelles logiques résidentielles aboutissent à l’émergence des des « beaux quartiers » et à l’éclatement des familles.

 

 

 

Albane Cogné est normalienne (ENS, Fontenay-Saint-Cloud), agrégée et docteur en histoire. Elle a été membre de l’École française de Rome et est actuellement maître de conférences à l’université Fr. Rabelais de Tours et rattachée au Cethis. Ses recherches portent sur l’histoire urbaine et sociale de l’Italie à l’époque moderne.

 


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 377
Roma: École française de Rome, 2017
640 p., ill. n/b et pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1234-4
Price: € 45


On line version TORROSSA