Presentation 
Announcements 
Links 
New books carrello
Forthcoming 
Editorial rules 
Rules for editors 
Catalogue carrello
Online sources 
Distributors 
Mailing list 
Contacts 
My account
 
 
Francais   Italiano
Cart Contents  
Privacy Policy

New books

Antiquity Middle Ages Modern and contemporary age All the news Forthcoming


CEF553 Mireille Cébeillac-Gervasoni, Nicolas Laubry, Fausto Zevi (ed.) 

Ricerche su Ostia e il suo territorio


Il volume raccoglie gli Atti del III Seminario ostiense, tavola rotonda internazionale ormai divenuta annuale presso l’École française de Rome, articolata, come nei seminari precedenti, in due sezioni. La prima, tematica, ha come oggetto Ostia e la riva destra del Tevere, e si apre con contributi che vanno dall’età protostorica (Bronzo recente e finale) all’età arcaica. Per il periodo romano, accanto alla presentazione di scavi recenti si segnala la ripresa delle ricerche nella Necropoli di Porto all’Isola Sacra, col riesame di alcune categorie di materiali, determinanti ai fini della cronologia, provenienti dalle esplorazioni sistematiche condotte alla fine degli anni ’80 del secolo scorso. La seconda sezione accoglie contributi di vario genere, alcuni dei quali approfondiscono aspetti del vastissimo, e ancora solo parzialmente esplorato, patrimonio epigrafico ostiense, nonché i risultati di scavi e di sondaggi stratigrafici recenti nel contesto della città, interessanti anche per chiarire meglio l’attitudine e il programma operativo degli archeologi al tempo del Grande Scavo del 1938-42.
 
 
 
Mireille Cébeillac-Gervasoni, già membro dell'École française de Rome, è stata direttrice del Centre Jean Bérard di Napoli e, successivamente, direttrice di ricerca al CNRS (UMR 8210, ANHIMA). I suoi lavori hanno riguardato in particolar modo le élites e le città dell'Italia romana, ma anche, fin dagli inizi, l'epigrafia e la storia di Ostia antica. È stata autrice, insieme a Maria Letizia Caldelli e Fausto Zevi, del volume Ostia. Cento iscrizioni in contesto (Roma, 2010), e una delle promotrici dei "Seminari Ostiensi" all'École française de Rome".

Già allievo dell’École normale supérieure (Parigi) e membro dell’École française de Rome, maître de conférences in storia romana all’Università di Paris-Est Créteil, Nicolas Laubry è attualmente direttore degli studi per l’Antichità presso l’École française de Rome. Tra i suoi principali interessi vi sono l’epigrafia dell’Occidente romano (Italia, Gallia) e la storia religiosa, istituzionale e sociale delle pratiche funerarie tra la fine della Repubblica e gli inizi della Tarda Antichità.

Perfezionatosi in Archeologia classica fra Roma e Atene, per quasi 25 anni Fausto Zevi ha lavorato nelle Soprintendenze archeologiche, dapprima a Ostia, poi come Soprintendente a Napoli e Pompei e a Roma; in seguito ha avuto la cattedra di archeologia nelle Università di Napoli e poi di Roma-Sapienza. Ad argomenti ostiensi è dedicata buona parte delle sue pubblicazioni su vari aspetti dell’Italia antica. È accademico dei Lincei.


Collection de l'École française de Rome 553
Roma: École française de Rome, 2018

ISBN:  élec. 978-2-7283-1333-4 ; papier 978-2-7283-1332-7
Price: € 


On line version OpenEdition Books

CEF536 Étienne Anheim, Massimo Miglio, Catherine Virlouvet (ed.) 

Jacques Le Goff. L’Italia e la storia – Jacques Le Goff. L’Italie et l’histoire


Contents
Introduction


Réalisé en partenariat avec l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, ce livre, plus encore qu’un hommage à un immense savant, l’un des grands esprits de notre temps, est un essai collectif sur l’utilité scientifique et sociale de l’histoire à travers deux préoccupations majeures de Jacques Le Goff, le rôle de l’historien dans la compréhension du monde contemporain et le dialogue ininterrompu entre les chercheurs de toute l’Europe – plus particulièrement, l’importance des échanges scientifiques entre la France et l’Italie. Il propose un parcours thématique à travers l’histoire et l’historiographie de Jacques Le Goff, entre France et Italie, faisant dialoguer des chercheurs français et italiens, mais aussi des historiens et d’autres témoins du travail de Le Goff, en particulier des éditeurs. À travers la figure à la fois impressionnante et attachante de Jacques Le Goff, il s’agit donc aussi dans ce livre de s’interroger sur cette relation entre France et Italie, unique au monde du point de vue historiographique : c’est aussi un part de son héritage, un héritage partagé.
 
 
Étienne Anheim est directeur d'études à l'EHESS (Paris) et directeur des Annales. Histoire, sciences sociales.
Massimo Miglio est président de l’Istituto storico italiano per il Medio Evo.
Catherine Virlouvet est directrice de l'École française de Rome.


Collection de l'École française de Rome 536
Roma: École française de Rome; Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 2018
224 p.
ISBN:  978-2-7283-1276-4
Price: € 25

LM_02 Tommaso di Carpegna Falconieri

L'homme qui se prenait pour le roi de France


Giannino di Guccio, marchand de Sienne du XIVe siècle, est persuadé d’être l’héritier du royaume de France. Sous le nom de Jean Ier, il consacre sa vie à récupérer son trône. Une véritable enquête historique et une incroyable aventure picaresque.

« Nous sommes en septembre 1354, Giannino devient le roi Jean, imposteur sincère et mythomane convaincant qui “fabrique la vérité pour la prouver”. Car entre ces deux images, celle d’une vie qui bascule et celle d’une vie qui s’écrit, que se passe-t‑il ? Une histoire de fausse barbe, de trésors cachés et de berceaux échangés, où l’on visite les prisons d’Aix, Marseille et Naples, où l’on s’interroge sur une couronne en or et un sceau presque authentique, une histoire faite de mille intrigues enchevêtrées, de rumeurs, de calculs et de naïvetés, mais aussi de tricheries et de manipulations, ainsi que d’une bonne quantité de ruses et de maladresses, le tout nous menant jusqu’en Hongrie. On laissera au lecteur le plaisir de démêler le vrai du faux. » – Patrick Boucheron

Le volume est en vente sur le site www.tallandier.com
 
Tommaso di Carpegna Falconieri est professeur d'histoire médiévale à l'université d'Urbino. Il est l'auteur de Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge (2015).
 
Préface de Patrick Boucheron – Traduit de l'italien par Colette Collomp
 
 


Lectures méditerranéennes 2
Rome-Paris-Madrid: École française de Rome; Tallandier; Casa de Velázquez, 2018
288 p.
ISBN:  979-10-210-3125-8
Price: € 

Claude Briand-Ponsart, Michèle Coltelloni-Trannoy

Bibliographie analytique de l'Afrique antique 45 (2011)



Bibliographie analytique de l'Afrique antique 45
Roma: École française de Rome, 2018
160 p.
ISBN:  978-2-7283-1324-2
Price: € 25

Olivier Poncet

Mazarin l’Italien


De Jules Mazarin (1602-1661), ses contemporains ont tout dit, sur le ton de l’emphase et de l’admiration aussi bien que sur le mode de la détestation et de la moquerie. Aujourd'hui, les historiens veulent en retenir la figure de l’homme d’État, les prouesses du politique, la patience du diplomate, la générosité du mécène et le goût du collectionneur. Pourtant, le personnage déroute dès qu’on le ramène sur les terres qui l’ont vu naître. Audacieux ou défait dans la négociation, pressé et déraisonnable dans l’action, gauche et passionné dans l’expression, Mazarin, dans ses rapports avec Rome et avec l’Italie, n’est pas toujours celui que l’on attend.

Questionner les liens de Mazarin avec l’Italie du Seicento permet en fait de mieux comprendre l’homme : ils nuancent l’action du ministre, ils précisent les espoirs du mécène, ils expliquent la discrétion du chrétien. Son ministériat constitue aussi le champ du cygne, à l’âge moderne, de l’intense dialogue politique et artistique entretenu par la France et les Français avec l'Italie depuis la fin du Moyen Âge. Contempler le visage de Mazarin renvoyé par le miroir italien, c’est enfin revisiter les notions d’identité et de patrie dans l’Europe du XVIIe siècle, en des termes qui peuvent donner à réfléchir à notre temps.

 

Le volume est en vente sur le site : www.tallandier.com


Olivier Poncet, ancien membre de l’École française de Rome, est professeur à l’École nationale des chartes où il enseigne l’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne. Ses recherches portent en particulier sur la monarchie française et la papauté, et sur la place de l’écrit en Occident entre XVIe et XVIIIe siècles. Il est l’auteur, entre autres, de La France et le pouvoir pontifical, 1595-1661. L’esprit des institutions (Rome, 2011).

 


Lectures méditerranéennes 1
Rome-Paris-Madrid: École française de Rome; Tallandier ; Casa de Velázquez, 2018
288 p., pl. coul.
ISBN:  979-10-210-2437-3
Price: € 

CEF534 Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Hubert, William Van Andringa (ed.) 

Quand naissent les dieux. Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux


Contents
Introduction


Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est-ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.
 
 
– Sandrine Agusta-Boularot est professeur d’archéologie et d’histoire de l’art des mondes romains à l’université Paul Valéry-Montpellier 3 (UMR 5140 – Archéologie des sociétés méditerranéennes).
– Sandrine Huber est professeur d’archéologie classique à l’université de Lorraine (EA 1132 – HisCAnt-MA).
– William Van Andringa est professeur d’archéologie romaine à l’université de Lille (HALMA, UMR 8164 du CNRS) et à l’Institut universitaire de France, directeur de recherches au Helsinki Collegium for Advanced Studies.
 


Collection de l'École française de Rome 534
Roma: École française de Rome; École française d'Athènes, 2017
436 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1266-5
Price: € 57

CEF530 François Jankowiak, Laura Pettinaroli (ed.) 

Les cardinaux entre Cour et Curie. Une élite romaine, 1775-2015


Contents
Introduction


 

Les cardinaux sont connus du grand public comme des figures prestigieuses des Églises et des sociétés locales. Ils suscitent aussi l’intérêt des médias internationaux par leur rôle, majeur mais toujours mystérieux, dans l’élection du pape. Pourtant, la nature de leur charge et la réalité de leurs fonctions demeurent largement dans l’ombre. Les membres du Sacré Collège composent une élite qui ne ressemble à aucune autre : aristocratique au sens du choix des « meilleurs », et cependant non héréditaire, à fort ancrage local mais aussi très internationalisée, placée à partir des Lumières et de la Révolution face au défi de s’adapter à la modernité.

Cet ouvrage est centré sur les aspects spécifiquement romains de l’activité multiforme des « porporati ». Ceux-ci sont saisis à la fois en tant que corps constitué, sede plena (consistoire) et sede vacante (conclave), qu’individuellement, comme responsables de dicastères de la Curie, acteurs majeurs de la diplomatie vaticane, mais aussi protecteurs de congrégations religieuses, dignitaires de la Cour pontificale et détenteurs d’un « titre » cardinalice symbolisant leur ancrage dans la Ville.

Les vingt-cinq contributions réunies dans ce volume, accompagnées d’une bibliographie et de plusieurs index, sont le fruit d’un programme de recherches interdisciplinaires qui a rassemblé une équipe internationale d’historiens et d’historiens du droit, et qui a été conduit par l’École française de Rome, l’Institut catholique de Paris et l’Université Paris-Sud.

 

Ancien membre de l’École française de Rome, agrégé des Facultés de Droit, François Jankowiak est professeur d’histoire du droit et des institutions à l’Université Paris-Sud (Paris-Saclay) où il dirige le laboratoire « Droit et Sociétés religieuses » (DSR – EA 1611).

 

Ancienne élève de l’École normale supérieure (Lyon) et de l’École française de Rome, agrégée d’histoire, Laura Pettinaroli, est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut catholique de Paris et membre de l’unité de recherche « Religion, culture et société » EA 7403.

 


Collection de l'École française de Rome 530
Roma: École française de Rome, 2017
482 p.
ISBN:  978-2-7283-1230-6
Price: € 27

CEF543 Otchakovski François Otchakovsky-Laurens

La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385)


La commune marseillaise au XIVe siècle est marquée par la domination angevine de Naples, qui n’étouffe cependant pas la vitalité politique urbaine, dont témoigne la dimension scripturale de l’administration municipale. Le gouvernement quotidien a en effet produit une abondante documentation jusqu’ici peu étudiée pour elle-même : les délibérations du conseil de ville, qui permettent de retracer les jeux de pouvoir traversant la cité portuaire.

Les années 1348-1385 sont marquées à Marseille par une situation de crise prolongée, notamment par la durable déstabilisation du pouvoir souverain. Dans ce contexte, l’assemblée municipale s’affirme comme le lieu du gouvernement de la ville. Alors que s’effacent les officiers royaux, le conseil de ville s’approprie une part grandissante d’autonomie et consolide le statut marseillais d’exception dans le comté de Provence.

Au cours des pratiques de l’assemblée – délibérations, serments, désignation de citoyens chargés de mettre en œuvre les ordonnances adoptées – de nombreux habitants participent à l’activité de l’assemblée urbaine, sous la direction d’une élite municipale qui s’entoure de notaires et de praticiens du droit. La légitimité communale s’appuie sur les outils scripturaux, depuis les statuts de la ville jusqu’aux écrits les plus quotidiens, dont la circulation définit un régime de normativité spécifique. L’enregistrement des séances s’avère l’instrument décisif de la construction de l’autorité par l’écrit : autour des registres délibératifs gravitent les multiples pièces administratives et juridiques qui assurent l’institutionnalisation et l’autonomie du gouvernement de la ville.

 

Professeur agrégé en lycée international à Marseille, François Otchakovsky-Laurens est docteur en histoire médiévale et chercheur associé au laboratoire TELEMME (UMR 7303, Université d'Aix-Marseille et CNRS). Ses travaux portent sur l'écrit de gouvernement, la normativité juridique, la vie politique et les pratiques de délibération urbaines à la fin du Moyen Âge.


Collection de l'École française de Rome 543
Roma: École française de Rome, 2018
521 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1252-8
Price: € 36

BEFAR377 Cogné Albane

Les propriétés urbaines du patriciat (Milan, XVIIe-XVIIIe siècle)


Contents
Introduction


Par le prisme des propriétés urbaines, l’ouvrage offre un nouveau point de vue sur le patriciat milanais, souvent présenté de manière monolithique comme l’élite sociale du duché. La consistance des patrimoines et les choix résidentiels démontrent en effet l’hétérogénéité du groupe social et reflètent le niveau de richesse des familles, leur implication institutionnelle et leurs origines sociales. La recherche associe la réalisation d’un système d’information géographique fondé sur le cadastre thérésien à la documentation issue des fonds familiaux qui informe sur la constitution des patrimoines urbains et leur place dans l’économie familiale (nature et valeur des investissements réalisés, pratiques de gestion et de transmission des biens). La double nature de l’immobilier (résidence et biens locatifs) le fait obéir à des logiques variées qui ne sont pas seulement représentatives et économiques mais qui relèvent aussi d’enjeux sociaux et politiques. C’est finalement le rôle du patriciat dans la fabrique de la ville qui est envisagé et qui connaît des évolutions dans la seconde moitié du XVIIIsiècle lorsque les souverains habsbourgeois cherchent à mieux contrôler l’urbanisme et que les nouvelles logiques résidentielles aboutissent à l’émergence des des « beaux quartiers » et à l’éclatement des familles.

 

 

 

Albane Cogné est normalienne (ENS, Fontenay-Saint-Cloud), agrégée et docteur en histoire. Elle a été membre de l’École française de Rome et est actuellement maître de conférences à l’université Fr. Rabelais de Tours et rattachée au Cethis. Ses recherches portent sur l’histoire urbaine et sociale de l’Italie à l’époque moderne.

 


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 377
Roma: École française de Rome, 2017
640 p., ill. n/b et pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1234-4
Price: € 45

CEF540 Mathilde Carrive (ed.) 

Remployer, recycler, restaurer


Contents
Introduction


Lors des fouilles archéologiques, c’est le plus souvent sous forme fragmentaire que l’on retrouve les décors peints du monde romain. Quant aux peintures découvertes en place, il était d’usage à certaines périodes de les démanteler pour en emporter ce qu’on estimait le plus digne d’intérêt. C’est à l’histoire de ces fragments que s’intéresse cet ouvrage, en interrogeant les transformations qu’ils subissent, dans leur statut comme dans leurs fonctions. Il était en effet courant, dans l’Antiquité, de remployer les revêtements détruits comme matériau de construction, pour combler des structures, réaliser des niveaux de préparation de sol ou encore servir dans le blocage – voire dans les parements – de murs. Ils perdaient alors leur fonction décorative, qu’ils retrouvent par la suite entre les mains de l’archéologue qui tente de les reconstituer. Si la recherche a beaucoup progressé aux cours des dernières décennies sur la reconstitution et l’étude des décors qui nous sont parvenus à l’état fragmentaire, elle a néanmoins prêté peu d’attention aux fragments en eux-mêmes, devenus un temps matériaux de remploi ou simples gravats. C’est précisément cette deuxième vie, tout aussi riche d’informations que la première sur les pratiques de la société romaine, qui est éclairée dans la première partie de l’ouvrage. Le statut, esthétique et symbolique, du fragment a également évolué au cours de l’histoire : témoignage du monde antique arraché à l’œuvre de l’homme et du temps, son incomplétude peut grever l’intérêt qu’on lui porte ou au contraire lui donner un caractère d’autant plus précieux que menacé. La seconde partie s’intéresse ainsi à l’évolution du statut du fragment de décor et de son traitement aux époques moderne et contemporaine. L’ambition est ainsi de participer à une réflexion plus large sur les pratiques de construction anciennes et sur les méthodes de restauration et conservation modernes et contemporaines.

 

Ancienne membre de l’École Française de Rome, Mathilde Carrive est actuellement Maîtresse de Conférences en Histoire de l’Art et Archéologie Antiques à l’Université de Poitiers. Elle est spécialiste du décor et de l’architecture dans le monde romain.


Collection de l'École française de Rome 540
Rome: École française de Rome, 2017
142 p., 30 pl. coul.
ISBN:  978-2-7283-1272-6
Price: € 23

CEF546 Hugo Vermeren

Les Italiens à Bône (1865-1940)


Contents
Introduction


Quelles sont les raisons qui ont poussé des milliers d’Italiens et d’Italiennes à franchir la Méditerranée au XIXe siècle et à s’installer en Algérie ? Comment la ville de Bône (Annaba), à l’origine petit port du Maghreb oriental, est-elle devenue le premier lieu d’implantation italienne pendant la colonisation française ? Dans quelle mesure ces étrangers ont-ils participé à la formation d’une population française outre-Méditerranée ? Ce livre retrace les parcours des immigrants italiens qui se sont installés à Bône du milieu du XIXe siècle au début de la seconde guerre mondiale à l’appui d’archives inédites conservées en France, en Italie et en Algérie. La contribution des Italiens au peuplement européen de l’Algérie, au développement de ses villes portuaires et des activités maritimes, est encore aujourd’hui méconnue. Le cas de Bône et de ses pêcheurs italiens est à ce titre éclairant. Il inscrit les migrations italiennes dans des pratiques de longue durée et des stratégies bien déterminées, contrastant avec l’image récurrente de migrants poussés par la faim et la misère. L’histoire des Italiens de Bône nous invite à repenser la manière dont s’est formée la population des Français d’Algérie et à reconsidérer la place occupée par les étrangers dans la société coloniale algérienne. Au cœur de ce livre, l’étude des politiques d’immigration et de naturalisation menées par la France sur les territoires de son empire colonial témoigne d’une contradiction constante entre cosmopolitisme colonial et intégration « à la française ». Cette recherche replace également Bône, et plus largement l’Algérie, au centre d’un espace méditerranéen convoité au sein duquel se tissent les relations parfois tendues entre la France et l’Italie.

 

 

Docteur en histoire contemporaine de l’Université Paris Ouest-Nanterre, Hugo Vermeren est spécialiste des phénomènes migratoires, de l’histoire du Maghreb colonial et de l’histoire des mondes maritimes et des sociétés littorales en Méditerranée.


Collection de l'École française de Rome 546
Rome: École française de Rome, 2017
630 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1274-0
Price: € 36

CEF539 Enrico Cirelli

La ceramica di Cencelle nel Medioevo : i materiali rinvenuti negli scavi dell’École française de Rome (Settore III, 1994-1999)


Contents
Introduction


Cencelle è una città di fondazione papale, costruita nell’854 per accogliere gli abitanti di Civitavecchia fuggiti negli assalti musulmani del IX secolo. Negli scavi condotti dall’École Française de Rome a Cencelle (1994-1999) è stato riportato alla luce un vasto settore del sito medievale, frequentato fino all’abbandono dell’insediamento. Al suo interno sono state rinvenute ceramiche prodotte in area altolaziale in gran parte riferibili a un atelier attivo all’interno della città nella seconda metà del Trecento. In questo volume viene presentato l’insieme complessivo di tutti i rinvenimenti ceramici recuperati all’interno dei diversi ambienti, secondo un’organizzazione tradizionale in classi di materiali, tenendo conto sia delle produzioni fini da mensa (produzioni rivestite e dipinte), sia di quelle comuni prive di decorazione e rivestimento. Oltre alle caratteristiche salienti di ogni raggruppamento riconosciuto nei contesti di scavo, vengono espresse le quantità minime, la diffusione all’interno del sito e le relazioni con gli altri insediamenti vicini. Sono caratterizzate tutte le tipologie di impasto, su cui sono state compiute analisi mineralogiche, i vari gruppi di rivestimento interno ed esterno, i motivi decorativi oltre alla distribuzione nei diversi periodi individuati nella sequenza stratigrafica di tutti i prototipi classificati, a partire dalla metà del IX fino al primo quarto del XV secolo.

 

Enrico Cirelli è docente di archeologia medievale e ricercatore presso l’Università di Bologna. Si occupa di insediamenti medievali in Italia e nel Mediterraneo dalla tarda Antichità al Medioevo. Tra i suoi lavori Ravenna: archeologia di una città (Firenze 2008) e Gli scavi di San Pietro in Cotto e il territorio della Valconca dall’età romana al Medioevo (Rimini 2014).

 


Collection de l'École française de Rome 539
Roma: École française de Rome, 2017
186 p., ill. n/b
ISBN:  978-2-7283-1284-9
Price: € 18

Copertina-Morelli Serena Morelli (ed.) 

Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration de territoires composites (XIIIe-XVe siècle)


Carrefour historiographique des trente dernières années, le thème centre-périphérie a été choisi pour la deuxième édition d’EUROPANGE. Les essais rassemblés s'articulent autour de la double intention d'observer les aspects des réalités politiques qui sont entrées dans l'orbite des Anjou et d'approfondir les relations qui ont été créées par la famille royale dans tout l'espace Angevin dans le but commun d'analyser les structures et la cohérence des appareils financiers. Les institutions, la gouvernance, les systèmes de drainage des ressources et les politiques économiques sont quelques-uns des sujets abordés dans un recueil qui, grâce à l'analyse prosopographique, contribue également à la comparaison entre les domaines articulés de la domination angevine. Le volume offre ainsi un premier moment important de réflexion sur la circulation des élites financières dans un espace de frontières changeantes et variables où le terme « périphérie financière » acquiert une signification heuristique pour l'étude d'une monarchie qui a gouverné pendant environ deux siècles dans une grande partie de l'Occident médiéval.

 

 


Crocevia storiografico degli ultimi trent’anni, il tema centro-periferie è stato scelto per la seconda pubblicazione di EUROPANGE. Con l’obiettivo comune di analizzare strutture e consistenze degli apparati finanziari, i saggi raccolti sono articolati intorno al duplice intento di osservare aspetti delle realtà politiche entrate nell’orbita degli Angiò e approfondire le relazioni che furono create dalla famiglia reale nell’intero spazio angioino. Istituzioni, pratiche di governo, sistemi di drenaggio delle risorse e politiche economiche sono alcuni degli argomenti affrontati in una raccolta che, anche grazie ad analisi di taglio prosopografico, vuole fornire un contributo alla comparazione tra le articolate aree del dominio angioino. Il volume offre così un primo importante momento di riflessione sulla circolazione delle «élites» finanziarie in uno spazio dai confini cangianti e mutevoli, nel quale proprio la locuzione «periferia finanziaria» acquista un significato euristico per lo studio di una monarchia che regnò per circa due secoli in buona parte dell’Occidente medievale.

 

 


Serena Morelli enseigne l’histoire médiévale auprès du Dipartimento di Lettere e Beni culturali dell’Università della Campania « Luigi Vanvitelli ».
Spécialiste des « élites » bureaucratiques et des géographies administratives, elle est l'auteur de nombreuses publications sur le Mezzogiorno angevin et aragonais. Parmi ses livres : Per conservare la pace. I giustizieri nel Regno di Sicilia da Carlo I a Carlo II d’Angiò, Napoli, Liguori, 2012 ; Il quaderno di NucioMarinacio. Erario del principe Giovanni Antonio Orsini da Lecce a Santa Maria di Leuca. 1461-1462, Napoli, Paparo Edizioni, 2013.

 

 

 

Serena Morelli insegna storia medievale presso il Dipartimento di Lettere e Beni culturali dell’Università della Campania «Luigi Vanvitelli». Studiosa delle «élites» burocratiche e delle geografie amministrative, è autrice di numerose pubblicazioni sul Mezzogiorno angioino e aragonese. Tra i suoi libri: Per conservare la pace. I giustizieri nel Regno di Sicilia da Carlo I a Carlo II d’Angiò, Napoli, Liguori, 2012; Il quaderno di NucioMarinacio. Erario del principe Giovanni Antonio Orsini da Lecce a Santa Maria di Leuca. 1461-1462, Napoli, Paparo Edizioni, 2013.

 

 


Collection de l'École française de Rome 518/2
Roma: École française de Rome, 2017
volume en ligne
ISBN:  978-2-7283-1319-8
Price: € 


On line version OpenEdition Books

CLASSIQUES-TALLON Alain Tallon

La France et le concile de Trente (1518-1530)


Vingt ans après la première parution de cet ouvrage, la question des rapports entre État moderne et les Réformes religieuses reste une de plus débattues dans l’historiographie du XVIe siècle européen et même de celui de la première mondialisation. La cas français dans sa singularité mérite toujours l’attention car il se révèle bien plus complexe que le simple conflit juridictionnel qui a servi trop longtemps de clé exclusive d’interprétation. Grâce aux débats conciliaires, nous percevons la pluralité des acteurs et leur relative autonomie, qui suit des chronologies très différentes. La clarification tridentine a dans le cas français laissé suffisamment de place aux compromis doctrinaux et aux intérêts ecclésiastiques de chacun pour, malgré les éclats de voix diplomatiques, avoir une influence durable dans le royaume, où elle fédère les multiples initiatives venues de cercles les plus divers tout en disqualifiant une réforme imposée d’en haut, par le pouvoir royal allié ou non au pouvoir pontifical. Le France et le concile de Trente montre comment le catholicisme moderne a su rester pluriel.
 
Alain Tallon est un ancien membre de l’École français de Rome (1993-1996). Il est professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Sorbonne Université).


Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome, 2017
976 p.
ISBN:  978-2-7283-1278-8
Price: € 20

Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines 129/1 (2017)


Les intermédiaires du travail. Acteurs du recrutement et de la gestion des travailleurs, xvie-xxie siècle

sous la direction de Andrea Caracausi, Corine Maitte et Manuela Martini

Introduction. Pour une histoire des médiateurs du travail dans la longue durée, par Andrea Caracausi, Corine Maitte et Manuela Martini ; Places, palais, auberges. À la recherche du travail dans une ville baroque, par Eleonora Canepari ; Fattori, caporali e capisquadra. Note su mediatori e « mercato » del lavoro agricolo nel Ferrarese dell’Ottocento, par Michele Nani ; Du « caporale » au « caponero ». L’intermédiation de main d’oeuvre agricole migrante en Italie du Sud, par Romain Filhol ; Gli intermediari del lavoro marittimo a Venezia tra XVII e XVIII secolo : galeotti e marinai, par Luca Lo Basso « S’adresser à M. le Clerc, Huissier, rue S. Honoré. » (1780) ou les intermédiaires de l’intermédiaire. Presse d’annonces et emploi domestique à Paris à la fin de l’Ancien Régime, par Ulrike Krampl ; Apparieur et marchand de travail : le bureau de placement à Paris au tournant du XXe siècle, par Benjamin Jung

 

Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales

sous la direction de Magali Della Sudda, François Dumasy et Pierre-Antoine Fabre

Introduction, par François Dumasy et Pierre-Antoine Fabre ; Sur les pas de Boris Jeanne (1978-2017). Pistes pour une histoire connectée du fait religieux, par Magali Della Sudda. ; Les sources latines de l’Amérique, au carrefour de l’histoire érudite et de l’anthropologie religieuse et sociale, par Boris Jeanne ; La production académique d’un savoir sur le religieux : une étude des thèses en cours en France, par Matthieu Brejon de Lavergne et Sara Teinturier ; La notion de « fait religieux » peut-elle rendre compte des constructions médiévales de l’altérité ?, par Camille Rouxpetel ; Les aventures du mot « martyre » entre l’Asie et l’Europe ou les aléas de la traduction, par Hitomi Omata Rappo ; Tourisme, patrimoine et religions en Méditerranée. Usages culturels du religieux dans le catholicisme et l’islam contemporains (Europe du Sud-Maghreb), par Katia Boissevain et Cyril Isnart ; Le prix de la foi. Économie des services religieux dans une ville de l’époque moderne (Naples, XVIIe-XVIIIe siècle), par Diego Carnevale ; Le religieux comme objet en science politique : des recompositions de la division du travail scientifique à l’ouverture dechantiers de recherche distincts, par Franck Fregosi et Guillaume Silhol ; Marchés, business et consumérisme en religion : vers un « tournant économique » en sciences des religions ?, par Lionel Obadia ; Béni soit le Léviathan ? Les liturgies catholiques et l’État souverain (fin XVIIIe-début XIXe siècle), par Vincent Petit

 

Varia

« Né si potevano castigare per la libertà del loco e il dominio che vi è ». Cattolici e protestanti nell’Impero ottomano attraverso i dubia e le facultates, par Felicita Tramontana


Mélanges de l'École française de Rome 129/1 (2017)

ISBN:  978-2-7283-1296-2
ISSN:  1123-9891
Price: € 50


On line version TORROSSA On line version REVUES.ORG

Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge 129/1 (2017)


Pise de la peste noire à la conquête florentine (1348-1406). Nouvelles orientations pour l’histoire d’une société en crise
sous la direction de Sylvie Duval, Alma Poloni et Cédric Quertier
 
Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle : sortir d’une vision décliniste, par Sylvie Duval, Alma Poloni et Cédric Quertier ; La société pisane vue à travers les testaments : adaptations, mutations et permanences face aux crises du XIVe siècle, par Sylvie Duval. ; Culti civici ed epidemie a Pisa nei secoli XIV-XV. Guglielmo di Malavalle e Nicola da Tolentino, par Cecilia Ianella ; Il Duomo e la città : i segni di una rinnovata attenzione dopo il primo soggiorno pisano di Carlo IV (1355-1362), par Mauro Ronzani ; Pisa negli ultimi decenni del Trecento : i mercanti-banchieri e i ritagliatori, par Alma Poloni ; Le jeu des six différences : comparer les nations florentine et catalane à Pise dans la seconde moitié du XIVe siècle, par Cédric Quertier ; S’observer, coopérer, se fréquenter ou rester avec les siens : les interactions entre marchands florentins et pisans dans les correspondances Datini vers 1400, par Jérôme Hayez.
 
Varia
 
« Tenere vivo il fuoco o adorare le ceneri ? » Cluny e il mondo universitario nel XIII secolo : tra riappropriazione della tradi¬zione e ridefinizione della propria identità, par Pietro Silanos ; Le silence des agneaux : la normativité pastorale à la lumière de la prédication mendiante sur le Bon Pasteur (Jean, 10, 11) au XIIIe et XIVe siècles, par Florent Coste ; L’eredità artistica del Medioevo nei documenti d’archivio della prima età moderna : alcuni esempi quarnerini e istriani, par Danijel Ciković
 
Atelier doctoral : les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge
sous la direction de Philippe Bernardi, Hélène Dessales, Philippe Dillmann, Daniela Esposito
 
Les réemplois en architecture, entre Antiquité et Moyen Âge : introduction à l’école d’été (Rome, 19-23 septembre 2016), par Philippe Bernardi et Hélène Dessales ; Réemplois d’éléments architecturaux volés et innovations architecturales : l’introduction du marbre dans la Rome tardo-républicaine, par Pauline Ducret ; Les réemplois en architecture : étude de cas à Vaison-la-Romaine (Vasio Vocontiorum), par Caroline Lefebvre ; La mesure du temps par luminescence : datation de réemplois dans la crypte de Saint-Seurin à Bordeaux, par Pierre Guibert et Petra Urbanová ; Il riuso in Campania : pratiche e ideologia nelle architetture medievali di Salerno e della costa d’Amalfi, par Angela Palmentieri ; Tempo, identità e antico nel XIII e XIV secolo, par Francesca Lembo Fazio ; La récupération et le réemploi des matériaux dans les villes du sud-ouest de la France pendant la guerre de Cent Ans, par Cécile Sabathier ; Effondrement et reconstruction du pont Notre-Dame à Paris en 1499 : réemploi et organisation du chantier, par Nicolas Moucheront.


Mélanges de l'École française de Rome 129/1 (2017)

ISBN:  978-2-7283-1298-6
ISSN:  1123-9883
Price: € 50


On line version TORROSSA On line version REVUES.ORG

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité 129/1 (2017)


Magno e Latio totaque ausonia : etnografia virgiliana e Italia augustea
Sous la direction de Stéphane Bourdin et Alessandro Pagliara
 
Introduzione, par Stéphane Bourdin, Alessandro Pagliara ; Le peuplement de l’Italie dans l’Énéide de Virgile : situation historique ou reconstruction érudite ?, par Stéphane Bourdin ; Il catalogo dei popoli italici nell’Eneide (7, 623-817) e i suoi modelli, par Roberto Nicolai ; L’Italie augustéenne au regard de l’Italie virgilienne : ethnographie, poésie et principat, par Clément Chillet ; L’Etruria di Virgilio : immaginario e realtà, par Mario Torelli ; Tota Italia, par Arnaldo Marcone ; Les Aborigènes et l’ethnographie de l’Énéide, par Dominique Briquel ; Servius, Cato the Elder and Virgil, par Christopher J. Smith ; Ausonii e Aurunci nell’Eneide, par Alessandro Pagliara ; Virgilio e i Celti, par Giuseppe Zecchini ; Angizia, Feronia, Marica : divinità e culti italici nell’Eneide, par Massimiliano Di Fazio ; Diomede ed Antenore, rivali letterari ed ideologici di Enea, par Gérard Capdeville ; Ethnographie et merveilleux dans le catalogue du chant VII de l’Éneide, par Judith Rohman ; La giornata di un traduttore : appunti da un viaggio nell’Eneide, par Alessandro Fo ; Que penser de l’ablepsia virgilienne ?, par Philippe Heuzé.
 
Varia
Una suonatrice di lira e un guerriero : due bronzetti dagli scavi sull’acropoli di Cuma, par Teresa E. Cinquantaquattro, Carlo Rescigno ; L’« economia » di Publio Valerio Publicola : condizione materiale e atteggiamenti etici, tra storia e letteratura, par Cristiano Viglietti ; Kothon, cothon et ports creusés, par Nicolas Carayon, Pascal Arnaud, Núria Garcia Casacuberta, Simon J. Keay ; Lo spazio del sacro nella Messapia (Puglia meridionale, Italia), par Giovanni Mastronuzzi ; La Tomba del Peccato di Falerii Novi : riflessioni in margine a documenti inediti, par Laura Ambrosini ; Deux règles d’ivoire trouvées à Pompéi (Campanie), par Marie Tuffreau-Libre, Isabelle Brunie, Sébastien Daré ; CIL IV, 9591 : un transport de blé entre Ostie et Pompéi, par Jean Andreau, Lucia Rossi et André Tchernia.


Mélanges de l'École française de Rome 129/1 (2017)
337 p., ill. coul.
ISBN:  978-2-7283-1256-6
ISSN:  0223-5102
Price: € 50


On line version REVUES.ORG

BEFAR-380 Alain Dewerpe

Les mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne


« Ce livre a un objet : l’usine comme espace social. Il a un moyen : l’observation du travail industriel. » Voici l’aboutissement d’une très longue enquête menée sur les usines de l’entreprise Ansaldo – sidérurgie, métallurgie, mécanique, chantiers navals – à l’ouest de Gênes, du milieu du XIXe siècle aux années 1930. Après ses premiers travaux sur la proto-industrialisation et sur la manufacture, Alain Dewerpe y propose une ethnographie historique des pratiques sociales au sein de l’usine et de leurs transformations, de leurs ajustements souvent difficiles, de leurs confrontations et de leurs conflits. Au centre, donc, le travail, dans ses dimensions économiques, techniques, professionnelles, relationnelles, culturelles ; les rapports de forces induits par les compétences, par l’organisation mais aussi par les habitudes ; les tentatives pour les ordonner à des logiques productives, techniques, financières. Et, plus largement, une réflexion sur la transformation des modes de vie, sur la discipline des corps et des temps. Car derrière les grandes réalisations qui ont fait la gloire de l’Ansaldo, en amont des stratégies du capital et des incertitudes de la gestion, ce livre fait comprendre la « réalité diversifiée des rapports sociaux, l’intégration des microdispositifs, les trajectoires de l’infiniment petit, les combinatoires de l’infime » : ce qui fait l’usine, au jour le jour.
 
Le livre est en vente sur le site des éditions de l'EHESS.
 
Normalien, ancien membre de l’École française de Rome, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, Alain Dewerpe (1952-2015) a consacré une part majeure de ses recherches et de son enseignement à l’histoire du monde industriel et des formes de l’industrialisation.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 380
Roma – Paris: École française de Rome – EHESS; , 2017
628 p.
ISBN:  978-2-7283-1304-4
Price: €