Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée

[Monographie] - Moyen Âge


Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle)

Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 378
Rome: École française de Rome, 2018
ISBN: 978-2-7283-1286-3

État: À paraître

La Pénitencerie apostolique naît au début du XIIIe siècle, dans un monde où l’Église exerce son dominium sur toute la Chrétienté et où le pape commence à se doter d’un appareil administratif précoce et puissant. D’abord voué à entendre en confession les pèlerins qui se rendent à Rome pour demander l’absolution de leurs péchés, ce nouvel office se voit très vite mandaté par le souverain pontife pour répondre aux suppliques qui, chaque jour, lui sont adressées. Les registres de ces suppliques ont été conservés et constituent une formidable manne documentaire pour les historiens de l’Église, de la religion et de la société médiévales. La série continue de ces registres ne commence toutefois qu’au milieu du XVe siècle, si bien que les deux premiers siècles d’existence de la Pénitencerie apostolique ont été laissés dans l’ombre, faute de sources comparables qui puissent en éclairer pleinement le fonctionnement et l’action.

L’objet de ce livre est de réparer cet oubli en prenant appui sur des « formulaires » de lettres datant du XIIIe et du XIVe siècle. Au nombre de sept, ces formulaires recueillent, réordonnent et généralement abrègent, des centaines de lettres que la Pénitencerie expédiait en réponse aux suppliants. Leur fonction première est donc de fournir aux pénitenciers et à leurs scribes des modèles stylistiques, en même temps que des solutions juridiques. Véritables répertoires d’« exemples », ils reflètent tous les cas de figure auxquels pouvait être quotidiennement confrontée la Pénitencerie : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, faux et usage de faux, moines ayant fui leurs couvents, ou promotions frauduleuses.

La Pénitencerie avait ensuite à charge de lever les « censures canoniques » encourues par certains suppliants, d’octroyer des dispenses à ceux qui, par exemple, ne pouvaient légalement se marier, ou bien de délivrer des autorisations à celles et ceux qui souhaitaient renoncer à un jeûne ou un pèlerinage. Pareilles mesures consistaient à suspendre les règles établies par le droit, en même temps qu’elles témoignaient d’un réel souci de penser par cas et d’adapter le droit aux faits, en vue du salut des âmes. L’histoire de la Pénitencerie apostolique éclaire donc non seulement celle de la bureaucratisation des pouvoirs publics en Occident, mais aussi celle des techniques du gouvernement « pastoral » dont l’Église s’est dotée à la fin du Moyen Âge.

 

 

Ancien élève de l'École normale supérieure de Lyon et ancien membre de l'École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences à l'université de Bourgogne.
Ses recherches portent désormais sur l'institution du sujet en Occident.