Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée
Riviere

[Monographie] - Antiquité


Les délateurs sous l'Empire romain

Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 311
Roma: École française de Rome, 2002
ISBN: 2-7283-0559-5
578 p.




Version en ligne TORROSSA

Table des matières
Introduction

État: Disponible
Prix: € 59.0
Les délateurs apparaissent dans la documentation littéraire au commencement de l’époque impériale. Ce surgissement traduit à la fois une nouveauté procédurale et une évolution des conduites sociales. Plus largement, il reflète les transformations qui affectent le pouvoir, dès l'établissement du Principat. Depuis Auguste, des récompenses légales encouragent la délation fiscale qui s’affirme comme un recours nécessaire, malgré la répression légale ou arbitraire de ses abus. Par ailleurs, des personnages de haut rang, en quête de prises patrimoniales, placent secrètement leur activité au service du prince, à l’occasion des grands procès criminels dont ils apparaissent en surface comme les promoteurs. Ainsi, aux trois premiers siècles de l’Empire, à Rome, la cour sénatoriale devient le laboratoire d’une procédure inquisitoriale, activée par l’extension de la lèse-majesté. Parallèlement, depuis l’époque antonine jusque dans l’Antiquité tardive, la législation criminelle perfectionne la marche efficace d’une procédure d’enquête en définissant ses mécanismes dans le cadre obsolète d'un système de normes accusatoires. Sous l’angle de l’histoire sociale, l’encouragement des délateurs par l’État impérial commande les conduites aristocratiques et oriente la circulation des patrimoines.