Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Catalogue

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Recherche simple Recherche combinée


Recherche:
Collection = "classiques"

Notice Brève suivant suivant

Classiques-Tchernia

[Monographie]


Le vin de l’Italie romaine : essai d’histoire économique d’après les amphores

Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome, 2016
ISBN: 978-2-7283-1179-8
447 p., ill. n/b

État: Disponible
Prix: € 20
Ce livre retrace l’évolution de la production, de la consommation et du commerce du vin de l’Italie antique pendant six siècles, du IIIe siècle avant n. è. au début IVe siècle de notre ère. Publié pour la première fois en 1986, il a fait date dans l’histoire de l’économie romaine. C’était le fruit d’un long travail combinant, sous le regard d’un œnophile, lecteur de Roger Dion et d’Émile Peynaud, l’interprétation, entièrement renouvelée, des sources écrites (le livre comporte en appendice un catalogue de toutes les références aux crus de l’époque) et du matériel archéologique alors disponible. Les publications sur les amphores se sont multipliées depuis de façon incroyable. La préface attire l’attention sur les principaux travaux de ces trente dernières années dans ce domaine et indique leur incidence sur certaines des conclusions de l’ouvrage, dont plusieurs ont cependant bien résisté au temps. Un texte plus récent vient, en fin de volume, l’enrichir avec des idées nouvelles sur les exportations de vin italien vers la Gaule à la fin de la République romaine.

 

André Tchernia est directeur d’Études émérite à l’École des Hautes Études en sciences sociales, ancien directeur des Recherches Archéologiques sous-Marines et ancien directeur-adjoint des sciences Humaines au CNRS. Pionnier de l’archéologie sous-marine et des recherches sur les amphores romaines, il s’est ensuite consacré de plus en plus à l’étude des structures du commerce et de l’économie de l’Empire romain (Les Romains et le commerce, Naples, Centre Jean Bérard, 2011). Il a aussi cherché, en recourant à l’archéologie expérimentale, à comprendre le goût du vin romain et la nature des grands crus de l’époque (Le vin romain antique, avec Jean-Pierre Brun, Grenoble, Glénat, 1999 ; Vins, vignerons et buveurs de l’Antiquité, avec François Salviat, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2013).