Présentation 
Événements 
Liens 
Nouveautés carrello
À paraître 
Normes éditoriales 
Normes pour les curateurs 
Catalogue carrello
Ressources en ligne 
Distributeurs 
Mailing list 
Contacts 
Votre compte
 
 
English   Italiano
Cart Contents  
Traitement des données personnelles

Nouveautés

Antiquité Moyen Âge Époque moderne et contemporaine Toutes les nouveautés À paraître


BEFAR_390-Couverture-Jesné-FB-bassa Fabrice Jesné

La face cachée de l’empire. L’Italie et les Balkans, 1861-1915


Table des matières
Introduction


Ce livre étudie la fabrique d’une politique étrangère, celle de l’Italie dans cet étranger proche qu’est pour elle la péninsule balkanique. L’Europe du sud-est est en effet, à la fin du XIXe siècle, le principal théâtre d’une « question nationale » à laquelle l’Italie doit son existence. C’est l’entrelacs de la Realpolitik, de la cause des peuples, mais aussi des intérêts matériels des individus et des groupes impliqués dans l’expansionnisme qu’examine cet ouvrage. Le livre brosse successivement les traits fondamentaux de cette politique : d'abord l'invention d'une légitimité à guider les peuples balkaniques vers la rédemption nationale. Ensuite le choc de la réalité, celle d'une puissance faible qui doit se réfugier dans un soft-power libéral et humanitaire. Il situe ensuite les questions balkaniques par rapport au débat politique en Italie même : entre question d’Orient, irrédentisme et colonialisme. S’intéressant aux acteurs de cette politique balkanique (savants, militants, consuls et affairistes), il apporte des éléments factuels et interprétatifs neufs sur l'impérialisme en pleine grandeur qui dessine, entre 1912 et 1915, un embryon d'empire italien en Méditerranée.

 

Fabrice Jesné est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Nantes et directeur des études à l’EFR. Ses travaux portent sur la politique balkanique de l’Italie libérale ainsi que sur l’histoire de l’institution consulaire en France et en Italie.


Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 390
Roma: École française de Rome, 2021
603 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1449-2
Prix: € 40


Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranées modernes et contemporaines 132-2 (2020)



Mélanges de l'École française de Rome 132-2 (2020)
267 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  97827228314331
ISSN:  1123-9891
Prix: € 50


Version en ligne journals.openedition.org

Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité (2020) 132-2



Mélanges de l'École française de Rome 132-2
250 p., ill. n/b et coul.
ISBN:  978-2-7283-1438-6 (en ligne)
ISSN:  0223-5102
Prix: € 50


Version en ligne OpenEdition Books

Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge 132-2 (2020)



Mélanges de l'École française de Rome 132-2 (2020)

ISBN:  978-2-7283-1462-1 - ISBN électronique 978-2-7283-1463-8
ISSN:  1123-9883
Prix: € 50


Version en ligne OpenEdition Books

16673 DIDIER CUB (1) Didier Boisseuil, et alii (dir.) 

Le marché des matières premières dans l'Antiquité et au Moyen Âge


Le marché des matières premières n’a jusqu’alors pas fait l’objet d’une réflexion approfondie de la part des historiens et des archéologues, alors que ces produits jouaient un rôle important dans l’économie des sociétés anciennes. Surtout, l’étude comparative des conditions de circulation et des modalités d’échange, nécessaire pour mieux cerner les modes sociaux d’organisation des marchés, n’a jamais été entreprise à l’échelle du bassin méditerranéen et pour une ample séquence chronologique, de l’Antiquité romaine au Moyen Âge tardif. C’est une telle étude qu’ambitionne de réaliser le volume. Il considère les lieux d’échange et de stockage, la circulation des matières premières (produits naturels bruts : pierres et roches décoratives, terres, laine, bois, argile, etc., ou produits issus d’une première phase de traitement : alun, métaux, terres cuites architecturales, etc.) et les acteurs des échanges.
 
Didier Boisseuil est maître de conférences en histoire médiévale à l’université François Rabelais de Tours. Il a publié notamment : Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge, Rome, 2002.

Christian Rico est maître de conférences en histoire romaine à l’université de Toulouse-Jean Jaurès. Il est un spécialiste de l’archéologie du métal.

Sauro Gelichi est professeur d’archéologie médiévale à l’université Ca’ Foscari à Venise.


Collection de l'École française de Rome 563
Roma: École française de Rome, 2021
16 x 24 cm – 450 p.
ISBN:  9782728314065
Prix: € 40


Version en ligne journals.openedition.org

couverture-NEF Annliese Nef

Révolutions islamiques. Émergences de l'islam en Méditerranée (VIIe-Xe siècle)


Comment comprendre l’émergence du monde islamique aux VIIe-Xe siècles ? L’empire islamique est-il le dernier des grands empires antiques ou au contraire le premier empire médiéval ? Cet ouvrage propose de dépasser l’opposition entre rupture et continuité. Si l’empire islamique emprunte à l’existant, il engage aussi la création d’un monde nouveau, fruit d’une révolution symbolique inscrite dans un temps long. Ce processus révolutionnaire accompagne les conquêtes et produit des répliques dans les régions nouvellement intégrées qui, en retour, co-produisent ce monde nouveau. Une attention particulière est portée ici sur l’Occident islamique, trop souvent encore considéré comme périphérique, et sur la nature de la révolution shiite fatimide que cette région a connue au Xe siècle.

 

Annliese Nef est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de la Méditerranée islamique, elle a publié notamment : Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011, et plus récemment un livre remarqué, L’Islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Bordeaux, 2017


Lectures méditerranéennes
Roma: École française de Rome, 2021
236 p. - 4 cartes couleur
ISBN:  9782728314881
Prix: € 15

autocéphalies Marie-Hélène Blanchet , et alii (dir.) 

Autocéphalies. L’exercice de l’indépendance dans les églises slaves orientales


L’histoire des Églises autocéphales – gouvernées de manière indépendante sans autorité ecclésiastique supérieure, mais sans renoncer à la communion interecclésiale – est généralement exposée dans les termes de la controverse et construite à l’aune des revendications politico-identitaires contemporaines. En ce sens, elle est fidèle à son creuset moderne : les nationalismes balkaniques du xixe siècle, qui présentaient le statut des Églises locales des nouveaux États comme la simple continuation des Églises autocéphales médiévales. Pour dépasser ce récit des origines, avec ses pièges sémantiques, et aborder le sujet de manière critique, ce livre reprend à nouveaux frais le dossier sur la longue durée, seule à même de montrer les franches ruptures entre les pratiques anciennes et la théorie récente. Au sein d’une géographie cohérente, du ixe au xxie siècle, celle du monde slave depuis la Russie jusqu’aux Balkans, ce volume historicise les contextes dans lesquels prennent sens les tentatives d’autocéphalie, d’abord intimement liées aux décisions impériales byzantines et aux défis géopolitiques du moment. Avec les notions de schisme et de frontière, les autocéphalies sont des phénomènes particulièrement révélateurs des dynamiques d’une communauté qui prend conscience d’elle-même et qui veut accéder au gouvernement de soi.

 

Marie-Hélène Blanchet est directrice de recherche au CNRS (Laboratoire Orient et Méditerranée – UMR 8167). Elle étudie les transformations de l’orthodoxie byzantine à la fin du Moyen Âge et les relations entre l’Empire byzantin, l’Occident latin et le monde slave aux XIVe-XVe siècles.

 

Frédéric Gabriel est directeur de recherche au CNRS (IHRIM, ENS de Lyon – Université de Lyon). Il travaille sur la discursivité théologique, notamment dans son rapport à la pensée de l’institution (l’ecclésiologie et son historiographie).

 

Laurent Tatarenko, ancien membre de l’EFR, est chargé de recherche au CNRS (Institut d’histoire moderne et contemporaine – UMR 8066). Ses travaux portent sur les régulations sociales et les cultures institutionnelles des populations uniates et orthodoxes dans l’Europe moderne.


Collection de l'École française de Rome 572
Roma: École française de Rome

ISBN:  978-2-7283-1453-9
Prix: € 45


Version en ligne journals.openedition.org

Claude Briand-Ponsart, et alii

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLIX (2015)



Bibliographie analytique de l'Afrique antique 49
Roma: École française de Rome, 2021
102 p.
ISBN:  978-2-7283-1479-9
Prix: € 25


Version en ligne OpenEdition Books

Claude Briand-Ponsart, et alii

Bibliographie analytique de l’Afrique antique XLVIII (2014)



Bibliographie analytique de l'Afrique antique 48
Roma: École française de Rome, 2021
102 p.
ISBN:  978-2-7283-1477-5
Prix: € 25


Version en ligne OpenEdition Books

Berthelot Katell Berthelot, Natalie Dohrmann, Capucine Nemo-Pekelman (dir.) 

Legal engagement The reception of Roman law and tribunals by Jews and other inhabitants of the Empire


Table des matières
Introduction
Résumés des articles


The Roman empire set law at the center of its very identity. A complex and robust ideology of law and justice is evident not only in the dynamics of imperial administration, but a host of cultural arenas. Citizenship named the privilege of falling under Roman jurisdiction, legal expertise was cultural capital. A faith in the emperor’s intimate concern for justice was a key component of the voluntary connection binding Romans and provincials to the state.
Even as law was a central mechanism for control and the administration of state violence, it also exerted a magnetic effect on the peoples under its control. Adopting a range of approaches, the essays explore the impact of Roman law, both in the tribunal and in the culture. Unique to this anthology is attention to legal professionals and cultural intermediaries operating at the empire’s periphery. The studies here allow one to see how law operated among a range of populations and provincials—from Gauls and Brittons to Egyptians and Jews—exploring the ways local peoples creatively navigated, and constructed, their legal realities between Roman and local mores. They draw our attention to the space between laws and legal ideas, between ethnic, especially Jewish, life and law and the structures of Roman might; cases in which shared concepts result in diverse ends; the pageantry of the legal tribunal, the imperatives and corruptions of power differentials; and the importance of reading the gaps between depiction of law and its actual workings.
This volume is unusual in bringing Jewish, and especially rabbinic, sources and perspectives together with Roman, Greek or Christian ones. This is the result of its being part of the research program “Judaism and Rome” (ERC Grant Agreement no. 614 424), dedicated to the study of the impact of the Roman empire upon ancient Judaism.
  
Katell Berthelot is a CNRS Professor working on the history of Jews and Judaism in the Greco-Roman world, and a member of the TDMAM research center at Aix-Marseille University (UMR 7297). In 2014-2019 she was the Principal Investigator of the ERC “Judaism and Rome”.
 
Natalie B. Dohrmann of the University of Pennsylvania researches rabbinic culture in the context of the Roman Near East, especially on the relationship between Roman law and the emergence of rabbinic Judaism.
 
Capucine Nemo-Pekelman is Assistant Professor at the University of Paris-Nanterre, in the Faculty of Law. She is a Legal Historian specialized in Roman Law and the legal status of the Jews in Late Antiquity.


Collection de l'École française de Rome 579
Rome: École française de Rome, 2021
p.535
ISBN:  978-2-7283-1464-5 ; ISBN élec. 978-2-7283-1465-2
Prix: € 40